Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ر

nibon évêque de Veronc , qui l'avoit prié de l’en An. 1161. instruirc. Faftrede y parle ainsi : Après plusicurs exhortations aux rois & aux scigneurs , qui differoient de suivre la verité

par crainte ou par affection pour l'empereur : après plusieurs conseils que nous avons tenus avec des archevêques , des évêques & des personnes de pieté , qui parloient tous les jours aux rois , après plusieurs prieres accompapagnées de larmes repanduës devant Dieu , principalement dans nôtre ordre: lorsqu'il n'y avoit prefque plus d'esperance, enfin deux cardinaux qu'Octavien avoit seuls auprès de lui,sont venus en grande pompe, accompagnez des gens de l'empereur, au jour & au lieu

que

Ies rois de France & d'Angleterre leur avoient marqué, avec toute leur église. Les cardinaux ont été oüis les premiers , les autres leur ont répondu;& on a reconnu par leurs réponses, par des témoins presens & sans reproche , & par les propres paroles des schismatiques, à qui Dieu par un miracle visible faisoit dire la verité : que l'élection d'Octavien étoit nulle, qu'il s'étoit lui-même revêtu de la chape , qu'il s'étoit mis dans la chaire pontificale par le secours des laïques:comme je l'ai" oüi dire publiquement à Gui de Crême. Qu'Octavien excommunié depuis huit jours , a été sacré par l'évêque de Tusculum & celui de Ferentine excommuniez avec lui ; & par celui de Melfe déja condamné & deposé , pour ses crimes notoires, dont le roi d'Angleterre & ses évêques & les gens mêmes du païs ont rendu témoignage.

Au coniraire il a été prouvé qu'Alexandre a été

ses en

papes :

éln An. 1161.

par

tous les autres cardinaux qui étoient prez sens, & que fans sa fuite & fa refistance , & là violence de Jean , & de Gui de Crême , il auroit été solemnelement revêtu de la chape : ce qui fur depuis achevé en tems & licu. Il a été aussi prouvé que long-tems avant le concilc de Pavie , fempereur avoit reconnu Octavien pour pape par voïez & ses lettres bullées d'or. Quant à ce qu'ils ont écrit qu'au concile de Pavie il y avoit cent cinquante-trois évêques, il n'y en avoit que quarantequatre ; & sur ce que l'empereur leur declara, qu'étant laique il ne lui apartenoit pas de juger de l'église Romaine ni d'examiner l'élection des tous ces évêques avec le cardinal Guillaume de Pavie, qui étoit alors neutre , après avoir long-tems deliberé, réfolurent à cause de leur petit nombre de ne recevoir ni l’un ni l'autre pape : jusques à ce que l'on assemblât un concile general au moins de plusieurs roïaumes , ou que l'on vît plus clairement le

reçu par la plus grande & la plus faine partie de l'église. Ils résolurent aussi de donner ce conseil à l'empereur , mais il ne l'approuva pas : au contraire les prenant en particulier, il contraignit ceux qu'il put par menaces & par prieres à recevoir Octavien. Toutefois il n'y en avoit que vingt, les vingt-quatre autres n'y étoient plus , même l'évêque de Pavic , quoique la chose se pallât dans sa ville. C'eft ce que témoignoit le cardinal Guillaume. Ainfi par l'avis commun des deux rois & de toute leur église, on a rejetté le schismatique Octavien & reçû le pape Alexandre. L'archevêque de Treves

quel seroit

LV.

demeure dans l'unité : quelques-uns de ceux qui An. 1161. avoient suivi Octavien reviennent. Nous-mêmes à la priere des Chartreux nous avons intercedé pour l'évêque de Grenoble leur évêque. Telle est la lettre de l'abbé Fastrede à l'évêque de Verone touchant le concile de Toulouse.

Cependant l'antipape Victor avoit indiqué un concile de Lodi. concile à Pavie , puis à Cremone, & le tint enfin to. X.p: 1409.1*. à Lodi , suivant la volonté de l'empereur qui étoit present. Ce concile commença le jour de S. Gervais dix-neuviéme de Juin 1161. L'empereur y assifta avce les seigneurs de sa cour & le duc de Boheme. Il y eut grand nombre d'évêques dont les deux premiers étoient Pelegrin patriarche d’Aquiléc Gui de Blandrate élû archevêque de Ravenne : il y eut aussi grand nombre d’abbez, de prieurs , de prevôts & d'autres ecclesiastiques. Ils confirmercnt tout d'une voix l'élection de Victor , comme on avoit fait l'année precedente au concilc de Pavie. En celui-ci on lût des lettres des rois de Danemarc, de Norvege & de Hongrie, de fix archevêques , de vingt évêques , de quantité d'abbez, même de l'ordre de Citcaux qui tous reconnoissoient Victor pour pape., & promettoicnt de ratifier tout ce qu'il ordonneroit en ce concile. On y excommunia Hubert archevêque de Milan attaché au pape Italia Sac.th Alexandre , qu'il alla trouver à Gcnes & le suivit en France l'année suivante. On excommunia aussi les consuls de Milan qui défendoient la ville contre l'empereur, car il l'afficgeoit alors : On excommunia les évêques de Plaisance & de Brefle & les

Otto. Mor. 834.

4. p. 210.

[ocr errors][ocr errors]

Serrar.

AN. 1161.

consuls de ces deux villes : on déposa l'êvêque de
Boulogne , & on suspendit celui de Padoiie jusques
au premier jour d'Août. Le concile de Lodi dura
jusques au jour de S. Jaques , vingt-cinquiéme
de Juillet.

On y excommunia aussi ceux qui l'année prece

dente avoient tué Arnold archevêque de Maïence sup.liv.x.x. & leurs complices. Ce prélat avoit succedé à l'arradi Christ. ap. chevêque Henri deposé par deux legats en 1154.

mais plusieurs le regrettoient & croïoient sa dépo-
sition injuste. Arnold natif de Maïence avoit aussi
ses partisans, & cette division produisit une guerre
civile & de frequentes seditions. Des laïques du
parti d'Arnold s'emparerent de la grande église ,
& empêchoient l'entrée aux ecclesiastiques du par-
ti opposé ; car l'archevêque s'étoit attiré la haine

d'une grande partie de son clergé, jusques-là qu'en Dodech.ch. 99. 1159. ils entrerent à main armée dans son fynode

pour l’en chasser , mais ils furent repoussez par des
comtes , & l'archevêque alla en Lombardie porter
ses plaintes à l'empereur. Quand il fut revenu du
concile de Pavie , ses ennemis tinrent un conseil
où ils resolurent sa mort ; & quoi qu'il en eût reçû
avis il le méprisa. Enfin le jour de la S. Jean vingt-
quatriéme de Juin 1160, ils vinrent l'attaquer dans
le monastere de S. Jacques où il s'étoit logé, &.
commencerent y mettre le feu. Il leur parla de
la tour de l'église sans les pouvoir appaiser ; &
voïant qu'ils avoient permis aux moines de sortir,
il essaia de se sauver habillé en moine : mis il fur
reconnu & massacre de plusieurs coups. On le dé-

AN. 1161.

Dodech. 16 cm doc.

poüilla & son corps demeura trois jours sans sepulture , exposé à toutes les insultes de la populace. Ainsi finit l'archevéque Arnold après avoir occupé sept ans le siége de Maïence.

Les auteurs de la mort craignant qu'elle ne fût vengée, forcerent le clergé à élire à la place Rodolfc fils du duc de Zeringuen, dont ils cfperoient de la protection:mais en même tems Conrad comte Palatin fit élire - Christien comte de Buche en Turinge. Rodolfe alla en Lombardie avec de grands presens, demander l'investiture à l'empereur , qui le refusa avec mépris. Il ne s'arrêta pas même pour lors à l'élection de Christien, mais aïant auprès de lui les premiers de l'église de Maïence, il fit élire Conrad de Vittelspach frere d'Otton comte Palatin de Baviere.

L'empercur Frideric après avoir tenu Milan al- Tran Nation des siegé , tout l'hiver le prit enfin par famine & le trois rois. reduisit à se rendre à discretion le premier jour de suspic

, 2.508.epics Mars 1162. Les habitans vinrent le trouver à Lodi aïant des épées nuës au cou & des croix à la main pour demander misericorde, il leur donna la vie, mais non content de faire combler les foslez & abbatre les murailles , il fit ruiner la ville entie-. rement & détruire jusques aux églises , qu'il avoit d'abord épargnées. Il y en avoit entre autres une dédiée à S. Eustorge ancien évêque de Milan honoré le dix-huitiéme de Septembre, où l'on prétendit avoir trouvé le corps des trois mages qui vinrent à Bethléhem adorer J. C. enfant, & que l'on croïoit dès lors avoir été des rois. On ne voit point

epift. Frid. to.

ap. Freh

p. 236.

« AnteriorContinuar »