Imágenes de páginas
PDF
EPUB

l'on y

AN. 1163. fi-tôt qu'ils auront connoissance

que

aurā apporté quelque chose pillée sur l'église , d'enavertir le seigneur , ou celui qui commande dans le château ; & s'il ne donne ordre à la restitution du butin , on cessera dans le châreau tout office divin , excepté le batême, la confession & le viatique. On poura seulement dire une messe par semainc à huis clos dans le village. Que si les gens

du
château demeurent incorrigibles quarante jours
après l'excommunication prononcée contre eux,les
chapelains s'en retireront, & fous la même loi fone
compris les écrivains. Car ces seigneurs ne lisoient
& n'écrivoient que par lc miniftere des clercs. Les
clercs des châteaux ne pouront être changez qu'en
faisant serment à la diligence de l'archidiacre d'ob-
server ce canon. Les marchands & les autres habi-
tans des villes & des bourgs ne logeront aucun ex-
communié, & n'auront aucun commerce avec lui.
Dans les lieux du domaine du roi, si le coneftable,
c'est-à-dire le gouverneur est excomunié, l'office
divin cessera quand il sera present dans le licu.
Les ordinations faites

par
Octavien &

par

les aútres schismatiques sont déclarées nulles. Il est 6.4: ordonné aux évêques & aux prêtres de veiller sur

les heretiques , qui s'étant depuis long-tems élevez à Toulouse & aux environs , se sont étendus en Gascogne & en d'autres païs. C'étoit les Manichécns depuis nommez Albigeois. Ileft défendu à ceux qui les connoîtront de leur donner retraite dans leurs terres,ni protection, d'avoir aucun commerce avec eux , soit pour vendre ou acheter , soit

C.9,

Chr. S. Pet.vis.

P 777.

autrement, le tout sous peine d'excommunication. An. 1163, Lors qu'ils seront découverts , les seigneurs catholiques les feront emprisonner avec confiscation de leurs biens ; & on fera toutes les diligences poffibles, pour empêcher les conventicules. Ce sont les canons du concile de Tours. Quand il fut fini, les deux rois de France & d'Angleterre prierent le pape Alexandre , que s'il vouloit sejourner dans f'un de leurs roïaumes il eût à choisir la ville qu'il lui plairoit davantage , pour y faire fa résidence. Il Ada Alex. choisit la ville de Sens, métropolitaine & fituée dans un païs fertile & agréable ; & il y demeura vi. tom. 2. Spicil. depuis le premier

d'Octobre 1163. jusques à Pâques de l'année 1165. y expediant les affaires de toute l'église comme s'il eût été à Rome.

Thomas archevêque de Cantorberi partir exprès d'Angleterre pour venir au concile de Tours ; & de S. Thomas de comme il étoit dans la plus grande faveur , il fue Cantosberi

. reçû en Normandie & par tout où il passa , comme ". 14. fi c'eût été le roi même. Quand il arriva à Tours, les prélats qui y étoient déja pour la plûpart , vinrent au devant de lui ; & contre la coûtume de l'église Romaine tous les cardinaux s'avancerent pour le recevoir assez loin hors de la ville : il n'y en eut que deux qui demeurerent auprès du pape.

Le

pape qui sur sa réputation desiroit de le voir depuis longtems , le reçut avec beaucoup d'amitié. Il demeura quelques jours après le concile, fit renouveller quelques privileges de fon église, & se retira avec la benediction & les bonnes graces

Il repassa en Angleterre où il fut reçû par le roi com

du pape.

LXIV.
Suite de la vie

Vitr quadrip.

AN. 1163.

V

C. 15.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

C. 16.

me un pere par son fils. C'étoit la seconde année de
son épiscopat , c'est-à-dire 1163.

Il y avoit alors deux évêchez vacans , Vorches-
tre & Herford. Car une coûtume profanc s'étoit
deja établie dans plusieurs roïaumes que les rois
rctcnoicnt à leur volonté les évêchez & les monal-
teres vacans pendant des années entieres , & appli-
quoicnt au fisc le patrimoine de J. C. & les biens
des pauvres. C'est ainsi qu'en parle Hebert de Bof-
cham qui étoit auprès de l'archevêque Thomas. Ce
prélat crut qu'il étoit de son devoir de ne pas souf-
frir un tel abus ; & il fit tant par ses prieres & ses
cxhortations , qu'il persuada au roi de remplir ces
deux siéges, lui representant les mauvais effets de la
longue vacance, tant pour le temporel que pour le
spirituel. L'évêquc de Vorchestre fut Roger hils du
comte de Glavor , jeune homme mais d'un mérite
singulier, pour la pureté de ses mæurs, la fermeté
pour la justice & son attachement au saint archevê-
que: L'évêché d'Herford vaquoit par la translation
de Gilbert Folioth à l'évêché de Londres. On mit à
sa place Robert de Melun docteur fameux, dont j'ai
déja parlé : mais plus recommandable encore par fa
vertu que par sa doctrine. Ce furent les premiers
que sacra l'archevêque Thomas , suivant la resolu-
tion qu'il avoit prise , de n'imposer les mains qu'à
de dignes sujets principalement pour l'épiscopat

. Depuis son sacre il étoit devenu un autre homme & menoit une vie toute édifiante. La premiere année il porta encore un habit précicux à fon ordinaire , par dessus le cilice & l'habit monastique ;

aup. 7.34

C.9.

C.10.

C. 11. in fi.

mais depuis il ne porta qu’un habit modeste, sui- An. 1163. vant l'usage du clergé, long jusques aux talons , d'étoffe brune & fourré seulement d'agneau. Il disoit matines avant le jour , & aussi-tôt on faisoit entrer treize pauvres à qui il lavoit les pieds, fervoit à manger & donnoit à chacun quatre pieces d'argent. Il faisoit cette action très-secrctement, & lc jour étant venu entroient douze autres pauvres à qui fon aumônier lavoit les pieds & donnoit à manger : enfin à l'heure de tierce deux aumôniers fervoient encore cent pauvres de ceux qu'on nommoit Prébendiers. Ces trois aumônes se faisoient tous les matins , mais le S. archevêque en faisoit grand nombre d'autres ; & il doubla les aumôncs reglécs de l'archevêque Thibaud, qui avoit déja doublé celles de ses prédecesseurs.

L'archevêque Thomas après son aumône prenoit un peu de repos : puis il se mettoit à la lecture de l'écriture sainte avec le docteur Hebert de Boscham Lombard né à Plaisance , qui fut toûjours attaché à lui inséparablement , & devint enfin ardinal & évêque de Benevent. Il expliquoit à l'archevêque les sens mystiques de l'écriture , car c'étoit ceux que l'on y cherchoit alors principalement. Ensuite le prélat demeuroit à mediter ces grandes veriteż, doit il profitoit pour l'instruction de son clergé & de son peuple. Il regretroit le tems qu'il avoit

de s'appliquer à cette étude ; & Touhaitoit ardemment d'être en repos pour s'y donner tout entier. Il portoit toûjours dans les grandes manches des billets contenans quelques senten-,

perdu,

avant que

AN. 1163.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ces édifiantes, pour s'en aider au befoin.; & il étoit
toûjours accompagné de plusieurs hommes ver-
tueux & favans, dont la conversation l'instruisoie
de plus en plus.

Il demeuroit donc enfermé jusques à l'heure de
tierce , & alors il sortoit de sa chambre

pour

celebrer ou entendre la messe. Il ne la disoit pas tous les jours : non par negligence , comme il le disoit lui-même, mais par respect. Car, ajoûte le docteur Hebert, la pratique des bons & saints prêtres varie sur ce point. Je croi voir dans ceux qui celebrent tous les jours une grande preuve de la pureté de leur vie , & dans les autres une marque de respect & d'humilité. Or dans les canons il n'y a de part ni d'autre, ni precepte ni conseil:mais ils témoignent qu'il suffit d'offrir le saint facrifice une fois

par jour, comme J. C. s'est offert une fois. Car je ne daigne pas ici parler de ces prêtres de Mammona plûtôt que de J. C. qui l'offrent volontiers chaque jour, même plusieurs fois , pour le profit des offrandes, Ce sont les paroles d'Hebert. Le faint archevêque fe préparoit à la messe ave une grande devotion & beaucoup de larmes ; pendant le chant de l'introïte & du reite il s'occupoit de quelque lecture ,principalement des oraisons de S. Anselme pour éviter les distractions & par la même raifon il étoit diligent dans la celebration de la mesle.

A none , j'entens à midi, il sortoit en public pour se mettre à tạble, &.y faifoit asseoir à sa droite les favans & à sa gauche les moines : les chevaliers & les seigneurs mangeoient feparement, de peur

C.12.

« AnteriorContinuar »