Imágenes de páginas
PDF
EPUB

An. 1165.

pour dénoncer au pape Alexandre & à ses cardinaux , qu'ils ne donnassent plus de protection à Thomas, qu'ils laisfassent au roi la liberté de mettre un autre archevêquc à Cantorberi , & qu'ils declarafsent nul tout ce que Thomas avoit fait. Enfin

pour faire promettre au pape que lui & ses successeurs conserveroient les coûtumes d’Angleterre telles qu'elles avoient été du tems de Henri I. autrement que le roi Henri II. abandonneroit l'obédience d'Alexandre. Pour cet effet il prioit l'archevêque de Cologne de lui envoïer un chevalier Hospitalier , afin de conduire ses envoïez par les terres de l'empereur. L'archevêque de Cologne aïant reçû cette lettre consulta l'empereur sur la réponse qu'il y devoit faire , & l'empereur lui écrivit qu'il falloit satisfaire le roi d'Angleterre : On envoïa donc un Hospitalier nommé frere conduisit par

les terres de l'empereur ceux que le roi d'Angleterre vouloit envoïer à Rome : c'est - à - dire Jean d'Oxford & Richard d'Ivelcestre.

L'archevêque de Cologne les aïant presentez à l'assemblée de Virsbourg, l'empereur promit de suivre son avis , & le prélat le proposa ainsi : Il faut

que l'empereur jure en presence de toute sa
que

de sa vie il ne reconnoîtra pour pape Roland , ni aucun de son parti ; mais qu'il demeurera inviolablement attaché au pape Pascal : que

si l'empereur vient à mourir ses successeurs observeront le même serment. Il obligera les seigneurs à jurer de même, & à promettre qu'ils ne couron

Raoul, qui

cour

AN. 1165.

و .

neront point de roi poiir lui succeder , qui ne le jure aussi

. Les seigneurs dans six semaines après qu'ils seront retournez chez eux, feront faire le même serment à tous les abbez , prevôts & autres superieurs ecclesiastiques : aux chevaliers & à tous les autres qui ont des fiefs dans leur territoire, sous peine de confiscation , de dégradation, de privation de charges & de bannissement..

L'empereur approuva cet avis : mais il fut trouvé bien dur par quelques prélais , & l'archevêque de Magdebourg declara , qu'il ne prêteroit point de ferment que l'achevêque de Cologne ne se fit sacrer , pour montrer à tout le monde qu'il agissoit sincerement. Comme il refusoit de le promettre , l'empereur irrité lui dit : Il paroît manifeste que vous avez été un traître & un trompeur, en me donnant un pape à mon insceu avant la reception des lettres par lesquelles je vous défendois de proceder à l'élection. Vous m'avez plus trahi que l'archevêque élû de Maïence que vous en accusıcz ; & qui me donnoit un bon conseil , quo puisque Dieu m'avoit delivré de Victor , je ne me foûmisle point à son successeur. Il faut donc que vous tombiez dans le piége que vous avez preparé, & que vous fassiez le ferment quand tous les autres le refuseroient.

L'archevêque de Cologne ainsi pressé ne put s'en dédire , & fondant en larmes il fit le premier le ferment qu'il avoit proposé, & promit de recevoir les ordres & la confecration épiscopale. Il presenta aussi les envoïez d'Angleterre qui jurerent

au nom de leur roi , qu'il observeroit inviolable-An. 1165.

. ment tout ce que l'empereur auroit juré. L'empereur fit donc le ferment, mais avec cette restriction suggerée par l'archevêque de Magdebourg , que si les deux papes Alexandre & Pascal mouroient en même tems , que les cardinaux des deux obediences s'accordassent sur un même sujet, il seroit libre à l'empereur de le recevoir : pourvû toutefois, ce que l'archevêque de Cologne fit ajoûter, que l'élection fur faire du consentement de l'empereur. Ensuite quatre princes qui étoient presens firent le serment, savoir le duc de Saxe, le marquis de Brandebourg Albert le vieux : Conrad comte Palatin du Rein frere de l'empereur ; & son beau-frere le Lantgrave Louis.

Quand ce vint aux évêques , tous excepté celui de Verden dirent, qu'ils aimoient mieux abandonner les regales que de prêter un tel ferment : mais on leur répondit , qu'il falloit bon gré malgré faire le serment & garder les regales. Ils jurerent donc , mais avec beaucoup de larmes & de gemissemens. L'archevêque de Magdebourg jura le premier, mais à ces conditions, que tous les autres qui étoient absens jureroicnt , & qu'il seroit quitte de ce ferment quand il cesseroit de posseder les regales. L'évêque de Bamberg après diverses excuses jura que tant qu'il voudroit garder les regales il donneroit aide & conseil à l'empereur sur cette affaire. L'évêque de Verden & celui qui étoit intrus à Halberstat jurerent purement & simplement comme l'archevêque de Co.

Сc iij

AN. 1165.

logne. L'évêque de Verdun & celui de Frisingue s'excuferent sur l'absence de leurs archevêques &

obtinrent un délai jusques à la S. Pierre. Lc paChr. Reicherf: triarche' d'Aquilée, l'archevêque de Salsbourg ni 7.16. 1. ep. 70." celui de' Tréves ne se trouverent point à cette al

semblée ni aucun de leur suffragans. L'archevêque de Maïence étoit Conrad frere d'Otton comte Palatin , qui s'étoit retiré secretement de la cour de l'empereur, & cette même année 1165. étoit venu en France trouver le pape Alexandre, avec lequel il passa en Italie ; & lc pape le fit cardinal & évêque de Sabine. A sa place I'empereur mit à Maïence Christien fon chancelier qu'il avoit faic élire dès l'année 1161.

Or quoi qu'il y eût si peu d'évêques à l'assemblée de Virsbourg, l'empereur ne laissa pas de dire dans la lettre qu'il écrivit sur ce sujet , que les archevêques & évêques qui avoient fait ce serment étoient au nombre de quarante. Il est vrai qu'il y comprend ceux qui n'étoient qu'élûs ; & il ajoûte , que

le samedi des quatre-tems ils reçûrent tous les ordres sacrcz. Il dit aussi que tous les princes seculiers ont fait le ferment, mais il ne nomme que les quatre qui ont été marquez. Enfin il dit, qu'il a promis de ne jamais recevoir l'absolution de ce ferment. Cetre lettre est adressée à tous les peuples de l'empire & dattée de Virsbourg le premier jour de Juillet. L'empereur écrivit de même aux seigneurs de l'empire en particulier comme on void par

la lettre adressée à l'abbé de Stavelo.

[ocr errors]

AN. 1165.

XVIII. Plainte du pape

1. ep. 37:

Le pape

Alexandre fut promptement averti de ce qui s'étoit passé à Virsbourg ; & il écrivit aussicôt à Gilbert évêque de Londres , le prélat le plus accredité auprès du roi d'Angleterre, pour se plain- gleterre. dre, que ce prince avoit abandonné l'église, en communiquant avec des schismatiques & des gens nommément excommuniez; & qu'il la persecutoit en la personne de l'archevêque de Cantorberi. C'est pourquoi le pape ordonne à Gilbert de se joindre avec Robert évêque d'Herford , & tous deux ensemble de faire leurs efforts pour ramener le roi à la veneration qu'il doit à l'église Romaine : ensorte qu'il n'empêche point d'aller à Rome, ni d'y appeller : qu'il retabliffe l'archevêque dans son siége , & qu'il protege dans les états l'église qu'on l'accuse d'opprimer. Enfin le pape charge l'évêque de faire lever le denier S. Pierre de l'année courante par toute l'Angleterre, & lui envoïer le plûtôt qu'il sera possible. Et en attendant , ajoûte-t-il, que vous l'aïcz reçû , vous nous l'avancerés dans le premier jour d'Août de votre argent ou de celui que vous pourrez emprunter : à la charge de vous rembourser sur le denier même. Il nous sera aussi agréable que si vous nous le donnicz. C'est que

lc

pape avoit besoin d'argent pour son voïagė. La lettre cft dattée de Clermont en Auvergne le dixiéme de Juillet 1165. Le

pape étoit alors 'en chemin pour retourner à Aða ap. Bari Rome , où il étoit desiré depuis la mort de l'antipape Odavien. Après la fête de Pâques , qui cette'année 1165. fut le quatriéme d'Avril , il quita

« AnteriorContinuar »