Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AN 1169.

du mois d'Août. L'archevêque à la perfuafion des feigneurs & principalement du duc d'Autriche fon oncle, voïant la ruine dont étoient menacées les églifes & les monafteres, ccda au tems & se mit à la difcretion de l'empereur. Il lui réfigna l'archevêché & tous les droits regaliens en prefence des feigneurs ainfi l'empereur difpofa à fon gré de tous les biens de cette église. La même année & le vingt-feptiéme de Juin mourut Gerhoh abbé de Reichesperg dans la même province, après avoir gouverné ce monaftere pendant près de trentehuit ans & en avoit vécu foixante & feize. Il étoit fameux par fa doctrine & par fa vertu, & avoit foûtenu avec un grand courage la caufe de l'église contre les heretiques & les fchifmatiques fous In- ap. Tegnageĥ nocent II. & les papes fes fucceffeurs jufques à Alexandre III.

VII.

Conference de

Quand le roi d'Angleterre fut revenu en Normandie les nonces Gratien & Vivien s'y rendirent Domfront. auffi. Le vingt-quatrième d'Août veille de S. Bar- 1. p. 6. thelemi, ils arriverent à Domfront; & le foir même le roi venant de la chaffe alla defcendre à leur logis avant que d'aller au fien, & les falua avec beaucoup de refpect.

Le lendemain matin le roi vint encore au logis des nonces & fit entrer avec lui dans la chambre l'évêque de Sées & celui de Rennes : quelque tems après on fit venir auffi Jean, doïen de Sarifberi & les deux archidiacres Renaud de Sarifberi & Raoul de Landaf. Ils demeurerent enfermez jufque à l'heure de None, parlant, tantôt paisibleO o iij

ep.27.

2.45.

AN. 1169. ment, tantôt avec grand bruit. Les nonces prefenterent au roi la lettre du pape, & quand il l'eût lue il commença par déclamer beaucoup contre l'archevêque de Cantorberi, comme il avoit fait Sup. liv. LXXI. devant les cardinaux Guillaume & Otton; mais comme le pape lui enjoignit de recevoir ce prélat en fes bonnes graces, il y confentit en quelque maniere, & dit qu'il en prendroit conseil. Il demanda auparavant que les excommuniez fussent abfous, les nonces lui déclarerent le pouvoir qu'ils avoient fur ce point, qui étoit de les faire abfoudre en prêtant ferment de rendre tout ce qu'ils retenoient à l'archevêque de Cantorberi & aux fiens dans la S. Michel, fous peine de retomber dans l'excommunication ; & à la charge que la paix se feroit dans le même terme.

11. ep. 37.

[ocr errors]

Le roi ne vouloit point que les excommuniez
prêtaffent ce ferment;c'eft-pourquoi un peu avant
le coucher du foleil il fortit en colere en fe plai-
gnant beaucup du pape, & difant que jamais il ne
l'écouteroit en rien. Puis il ajoûta : Par les yeux de
Dieu je ferai autre chose. Mais Gratien lui répon-
dit: Seigneur ne faites point de menaces, nous
ne les craignons point, nous fommes d'une cour
qui a accoûtumé de commander aux empereurs &
aux rois. Alors le roi appella tous les barons &
les moines blancs, c'eft à-dire de Cîteaux, qui
étoient presens, & prefque tout le clergé de fa cha-
pelle; & il les pria de rendre témoignage en tems
& lieu des ofres qu'il avoit faites, le rétablif-
pour
fement de l'archevêque & de la paix. Enfin il pa-

[ocr errors]

rut un peu adouci en fe feparant des nonces, & AN. 1169leur promit dans la huitaine une réponse précise.

;

On s'affembla donc à Baïeux le dernier jour d'Août. L'archevêque de Rouen & celui de Bourdeaux y étoient, & tous les évêques de Normandie. Les nonces prefenterent au roi la lettre du pape, qui le prioit de rétablir l'archevêque, & le roi après avoir propofé à l'ordinaire fes plaintes contre ce prélat, ajoûta: Si je fais quelque chofe pour cet homme, le pape m'en aura bien de l'obligation. Il vouloit toûjours que les nonces donnaffent l'abfolution à fes clercs, fans en exiger de ferment & comme ils le refufoient conftamment, le roi courut à fon cheval & la négociation pensa être rompuë. Enfin les nonces fe rendirent à la priere des évêques, & le roi accorda le rétour de Thomas, & de tous ceux qui étoient fortis à caufe de lui. Enfuite il demanda aux nonces, qu'ils allaffent en Angleterre, ou du moins un d'eux, pour abfoudre les excommunicz qui y étoient; & comme les nonces le refuferent il fe retira fort en colere, & dit : Faites ce que vous voudrez je ne vous estime ni vos excommunications, la valeur d'un œuf. Enfin il s'appaifa & dit : Je dois faire beaucoup à la priere du pape qui eft nôtre feigneur & nôtre pere: c'est pourquoi je rends à Thomas fon archevêché & ma paix, & à tous ceux qui font hors du roïaume pour lui. Les nonces & tous les autres rendirent graces au roi.

Le lendemain premier jour de Septembre, on s'affembla encore fur le midi; & après avoir long

ep.27.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

tems difputé sur le ferment des excommuniez, on
convint enfin que trois qui étoient présens jure-
roient fur les évangiles, qu'ils executoroieut l'ordre
des nonces. Ensuite on chargea les evêques d'écri-
re les conditions de la paix, que le roi avoit ac-
cordée, mais quand les trois excommuniez eurent
été absous, le roi changea les termes du traité &
voulut que l'on mit la clause : Sauf la dignité de
fon roïaume, mais Gratien dit qu'il ne l'accorde-
roit jamais.

On fe fépara ainfi à trois heures de nuit, & on
convint de fe trouver à Caën huit jours après la
Nativité de la Vierge. Gratien refufoit cette claufe,
parce qu'il voïoit bien que fous le nom de la digni-
té de fon roïaume, le roi conferveroit les coûtumes
contestées & banniroit d'Angleterre l'autorité de
l'église Romaine. Les nonces vinrent à Caën au jour
marqué, conduits par l'archevêque de Rouen, l'ar-
chevêque de Bourdeaux s'y trouva auffi, & les
évêques de Lificux, de Vorcheftre, de Sées, de
Baïcux & de Rennes, & quelques feigneurs. Le
roi étoit allé à Rouen recevoir le comte de
Flandres.

A cette conference de Caën les commiffaires du roi preffoient les nonces d'admettre la clause : Sauf la dignité du roïaume, mais ils répondirent:Qu'on mette donc auffi: Sauf la liberté de l'églife. Ce que les commiffaires refuferent; & l'archevêque de Roücn écrivit au roi : Nous n'avons pû obtenir des nonces, qu'ils approuvaffent le projet de paix que yous nous avez laiffé, il ne vous convient pas

[ocr errors]

qu'ils fe retirent brufquement & fans efperance de paix. C'est pourquoi nous fommes convenus, de mettre fimplement que vous permettrez à l'archevêque de Cantorberi de retourner en Angleterre; & lui rendrez fon archevêché comme il l'avoit avant fa fortie. En effet les nonces étoient convenus de cet expedient. Mais le roi les aïant fait venir à Roüen leur manda qu'il n'abandonneroit point la claufe: Sauf la dignité de son roïaume. Les nonces fe retirerent ainfi fans avoir pû rien conclure, & ordonnerent aux archevêques par la foi qu'ils doivent au pape, de déclarer aux excommunicz, qu'en vertu de leur ferment l'abfolution qu'ils avoïent reçûë leur seroit inutile, fi la paix ne se faisoit avant la S. Michel, qui eft le terme preferit par le

pape.

ep. 27.

Les nonces s'étant retirez firent une derniere tentative, & envoïerent au roi d'Angleterre le doc- Gervafo teur Pierre archidiacre de Pavie, qui fut reçu honêtement, mais renvoïé honteusement, & avec indignité. Cependant le roi envoïa au pape une nouvelle députation avec une lettre où il fe plaignoit que les nonces lui avoient manqué de parole, & le faifoit attefter par des lettres de l'archevêque de Rouen, de Bernard évêque de Nevers & de tout le clergé de Normandie. De quoi le nonce Vivien étant averti, il écrivit auffi au pape une lettre où il lui rendit compte de tout ce qui s'étoit . 27x paffé jufques alors : le priant de ne rien croire de ce que l'on pourroit lui dire au contraire. Gratien fut communication de cette lettre : mais il n'écrivit Tome XV.

ep. 21. 22. 28.

PP

AN. 1169.

III.

ep. 37%

III. ep. 20.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »