Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AN. 1170

parce qu'il les solltenoit séparées ; & par

conséquent

deux fils & deux Christs , l'un fils de Dieu, l'autre de la Vierge. Il vint ensuite à la prétenduë quaternité, & refuta cette objection par les paroles de S. Athanase dans la lettre à Epitecte , & par raison : montrant que lc Verbe n'a pas pris une nouvelle hypostase , mais qu'il a uni l'humanité à la sienne.

Alors Norsesis regarda l'évêque Syrien, & voïant qu'il tenoit les yeux baissez vers la terre sans les relever , il fit signe à Theorien, qui en soûrit , & continua de parler. Enfin le Syrien se sentant pressé se leva sans rien dire , & descendit de la chambre avec ses prêtres ; & comme ils lui demandoient pourquoi il n'avoit point parlé à ce philosophe , il répondit : Il ne m'est pas permis de parler de ces matieres dans une province étrangere.

Theorien refuta ensuite les Monothelices , puis p. 4653 continuant de lire la lettre de Norscsis à l'empereur , on vint à l'endroit où il disoit , que JesusChrist avoit été dans le sein de la Vierge neuf mois & cinq jours ; & Theorien lui montra que cette addition de cinq jours étoit sans fondement. Il lui fit voir de même qu'ils n'avoient aucune raison solide , pour ne faire qu’unc scule fête de la nativité de Jesus-Christ, & de son batême ; & Norselis convint quc ces questions touchant les divers usages des églises sont peu importantes , pourvû que l'on s'accorde sur la foi. Theorien vint ensuite au trisagion, & montra que l'addition : Crucifié pour nous , introduite

par Pierre lc Foulon a été justement sup. liv. IxII. n.

31.

p. 474.

user pour

les sacremens que

me

rejettée par l'église Catholique & n'a aucun fon AN.1176. dément dans les peres.

Continuant la lecture de la lettre, on trouva que les Armeniens prétendoient que pour les onctions facrées ils pouvoient user d'huile de sesame ou blé d'Inde , à cause de la rareté des oliviers en Armenie. Mais Theorien solltint qu'on ne devoit

d'huile d'olives ; compour le S. facrifice on n’emploie que du vin de vigne, non du cidre ou des autres liqueurs approchantes. Norselis passa encore condamnation sur cet article. Comme ils en étoient là, les prêtres Armeniens commencerent à chanter vepres hors l'église selon leur coûtume ; & Theorien en aïant demandé la raison, Norsesis dit , que ceux qui avoient reglé chez eux l'office divin avoient ordonné qu'on ne feroit dans l'église que la liturgie , pendant laquelle même les prêtres seuls seroient dedans, le peuple demeurant dehors : mais qu’on celebreroit dehors les autres offices ; & il en donna quelques

raisons de convenance. Mais Theorien montra par le concile de Nicée , que de demeurer hors C.10. de l'église étoit une peine imposée aux penitens

pour les plus grands crimes , & Norsefis le rendit aussi sur ce point.

On lut ensuite , comme ils étoient convenus , la

définition de foi du concile de Calcedoine : on trouSup. I. 2xv111. Va que l'exemplaire Armenien étoit conforme au

Grec , & Theorien satisfic Norsesis sur quelques Dial. p. 478.' expressions qui lui paroisfoient obscures. Alors

Theorien reprenant la définition de Calccdoine

n. 21.
to. 4. conc. p.565.

AN. 1170..

article

par article , lui fit voir qu'elle est route tirée des expressions des peres plus anciens , particulicrement de S. Cyrille : aprés quoi Norselis dit : Je m'étonne comment nos ancêtres ont si inpudemment calomnié cette définition. Thecricn lui fic p. 481. encore voir dans le détail toutes les heresies qui y sont condamnées. Après quoi Norsesis ajoûta : Je veux maintenant vous découvrir une chose qui a été cachée jusques ici. Il y a deux cens ans que vivoit un Catholique d'Armenie nommé Jean comparable en doctrine & en vertu aux plus grands d'entre les peres , quoi qu'il n'eût aucune connoilsance des sciences prophanes, même de la philosophie. Il étoit fort zclé contre les Monophysites, & ne cessa de les combattre par ses écrits & par ses discours pendant tout son pontificat. Nous en cclebrons la fête comme d'un saint. Or j'ai par devers moi un écrit de lui contre les Monophysites, plein de passages de l'écriture & de raisonnemens trés-puissans : aprouvé par Gregoire , qui a rempli ce siege peu avant moi. Car il a écrit à la fin : Je crois ainsi & j'anathematise ceux qui croient le contraire. Si vous voulez je vous lirai le commencement de cer écrit. Theorien aïant oüi cette lecture pria Norsesis de lui donner une copie de l'écrit entier & l'emporta à Constantinople.

Norsefis dit ensuite : Je veux faire mon possible pour sauver mes freres , & dès aujourd'hui je commencerai à écrire des lettres à tous les évêques d'Armenie pour convoquer un concile. Je leur proposerai les passages qu'ils croïent leur être

زنSs i

ر

favorables , puis ceux que vous m'avez citez ; & An. 1190. d'abord je prendrai le parti des Armeniens , puis je

leur découvrirai leur crreur petit à petit & avec beaucoup de menagement ; & j'emploirai pour les convaincre l'écrit du Catholique Jean , dont je vous ai donné copie. J'espere fermement que mes ouailles écouteront ma voix : mais si je ne puis les ramener toutes , je ferai avec celles qui me suivront un decret , que j'envoïerai à l'empereur & au patriarche par les plus considerables de mes évêques souscrit de ma main & de tous les évêques orthodoxes de ma dépendance ; & ce decret portera entre autres choses , que nous recevrons le concile de Calcedoine & les peres qu'il reçoit , & que nous anathematisons ceux qu'il condamne : savoir Eutychés & Dioscore ; & de plus Severe , Timothée Elure & tous ceux qui ont attaqué ce concile. Après que ce decret aura été aprouvé synodalement à Constantinople, & que mes prelats seront revenus : j'irai moi-même , li l'empereur l'ordon

lui rendre mes respects , & au patriarche. Norsesis fit alors sortir tous ceux qui étoient dans la chambre , & aïant le cæur serré & les yeux baignez de larmes , il dit à Theorien : Je conjure nôtre picux empereur que quand mes évêques seront à C.P. & auront obtenu la confirmation que j'ai dite, il fasse ensorte que le patriarche étant sur la chaire pendant la liturgie revêtu de les ornemens & tenant à la main la vraie croix , donnc sa benediction à la nation Armeniene en presence de tout le clergé & de tout le peuple ; & prie pour

ne

[ocr errors]
[ocr errors]

XXI. Couronnement

les armeniens défunts , qui n'ont péché que par An. 1170. ignorance. Thcorien attendri du sentiment que témoignoit Norsesis ne pût retenir ses larmes , & après qu'ils se furenr un peu remis, il lui promit de rapporter cette priere à l'empereur, pour lequel Norselis lui donna une lettre contenant qu'il recevoir le concile de Calcedoine : puis il donna sa benediction à Theorien en lui touchant la tête &

renvoïa en paix. Ainsi Theorien rendant graces à Dieu de l'heureux succez de son voïage rcvint à Constantinople. Les précautions que

le pape Alexandre avoit prises contre le couronnement du jeunc roi d'An- du jeune roi d'Angleterre furent inutiles , & ce prince ne laissa pas 6.p. u. d'être sacré par l'archevêque d’Yorc. Les lettres du pape arrivercnt en Angleterre , mais elles n'y furent montrées à personne. Cependant le roi Henri passa en ce roïaume dès le troisiéme jour de Mars , Gervas. an. 1170. & quelque tems après il ordonna que tous les évêques & les seigneurs se rendissent à Londres le

quatorziéme de Juin. L'archevêque de Roücn & l'évêquc de Nevers

le chemin d'Angleterre , écrivirent au roi l'ordre qu'ils avoient reçu du pape , & le roi leur manda de ne point s'exposer à la mer, leur promettant de repasser bien-tôt & d'accorder le projet de paix avec l'archevêque de Cantorberi. Le dimanche quatorziéme de Juin 1170. tous se trouverent à Londres : les évêques & les abbez de toute l'Angleterre , les comtes , les barons , les vicomtes , les prévôts & les aldermans : en grande crainte tous , ne sachant quel

prenant

« AnteriorContinuar »