Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

ep. 223

ܪ

foametroit aux épreuves du fer chaud & du duel, A N. 1171.
dans en excepter les évêques: enfin on les frapoit &
on les tuoit impunément.
:. D'ailleurs les femmes corrompuës faisoient perir
les enfans qui étoient le fruit de leur débauche,
d'autres commettoient des inceftes ou des beftia-
litez. Il y avoit des prêtres qui employoient' à la
melle de la lie de vin ou des miettes du pain trem-
pées dans du vin. Quelques laïques quoique Chré-
tiens, fe marioient sans meflo & sans bénediction du
prêtre: ce qui produisoit souvent des divorces, & des
mariages illicites. Le pape exhorte les évêques de
Suede à corriger' tous ces abus ; & remarque que
l'ignorance en étoit la principale causé ; car elle eft
ordinairement plus grande dans les pays les plus
éloignez de la source de la religion & des études.
C'est pourquoi il insere dans ces deux lettres les
autoritez de l'écriture , des décretales des peres de
l'église les plus precises sur chaque matiere. Il or-
donne aux meres qui auront fait perir leurs enfans
bâtisez , trois ans de penitence, & cinq ans s'ils n'é-
toient pas bâtisez ; & veut que l'on envoye à Rome
ceux qui seront coupables de ce crime ou des au-
tres abominations qu'il a marquées , afin que la
fatigue du voyage fasse partie de la pénitence. C'est
le commencement des reserves au pape de certains
cas plus atroces.

Par une autre lettre adressée à l'archevêque ep. 15.
d'Upsal, à ses luffragans & au duc Gutherme , il dit
avoir appris, que quand les Finlandois se trouvent
pressez par les armées de leurs ennemis, ils

pro

..

[ocr errors]

mettent d'embrasser la foi Chrétienne & demana An. 1175. dent avec emprellement des missionnaires pour les

instruire : mais fi-tôt que l'armée s'est retirée ils renoncent à la foi & maltraitent les millionnaires, C'est pourquoi le pape exhorte ce duc & ces évêques à ne plus expofer le Christianisme à une telle dérision: à se faire livrer les places des Finlandois , ou prendre fi bien d'ailleurs leurs suretez, que ces peuples ne puissent plus les tromper, & soient contraints de garder la foi Chrétienne quand ils l'auront une fois embrassée.

Au retour de la cour de Rome l'évêque Foub ques demeura quelque tems à Reims avee l'abbé Pierre, que l'archevêque Henri allant à Rome avoit laissé son vicaire general

. Il retint donc Foulques pour

exercer dans le diocese de Reims les fonc

tions épiscopales, & pour profiter plus long-tems Pes: Cell. vs. sui-même d'une occasion de le voir, qu'il n'espe

-roit plus de retrouver. C'eft ainfi qu'il en écrit au roi de Suede & à l'archevêque; & en le renvoyant il le recommanda à Esquil archevêque de Lunden, qui l'avoit ordonné évêque , & aslifté de ses liberalitez, principalement dans ses voyages.

En Orient Saladin fi fameux dans nos. historres,

devint maître de l’Egypte. la même année 1176. Salad.mp. Il étoit de la nation des Courdes, repanduë dans Biu., Burient. Pour les montagnes qui separent la Syrie de la Perse,

& fe nommoit proprement Salah-eddin Jousef. Il vint avec son oncle Siracou au service de Nouradin Sultan d'Alep: à qui Aded Calife d'Egypte ayant demandé du secours.contre les Francs, Nou

op: 8. IS:

XXXVI:
Saladin sultan.
L'Egypte.

1

tadin lui envoya l'oncle & le neveu. Ils se rendi- An. 1176.
rent l'un & l'autre si puissans en Egypte ,. qu'aprés
la mort de Siracou, le Calife fut obligé de faire Sa-
ladin son Vizir ; & ce prince étant malade à l'extrê-
mité, Saladin n'attendit pas qu'il fut mort pour ôter
son nom de la priere publique , & y mettre celui de
Moustadi Calife Abbaside qui residoit à Bagdad.
Aded mourut incontinent aprés , fans savoir ce
changement; & en lui finirent les Califas Fatimites
d'Egypte , l'an de l'hegire 567. de Jesus-Christ Sup.liv. 2011r.
1171. aprés avoir regné deux cens huit ans depuis la ni29.
conquête de Moez. Saladin prit seulement le titre
de Sultan, & reçût solemnellement l'investiture du
Calife de Bagdad.

Une des reformes qu'il fit au commencement de
fon
regne,

diminuer le credit des Chrétiens & des Juifs. Depuis plus de deux cens ans les uns & les autres étoient employez dans les recettes & les fermes des revenus publics, ou dans les fonctions de notäires & d'écrivains du Divan; & ils recherchoient plus ces dernieres places, parce qu'elles leur attiroient plus d'autorité. Comme elles donnoient accés auprés des Vizirs, & souvent auprésdes Sultans mêmes, les Chrétiens se fervoient du Credit de ceux qui exerçoient ses fonctions pour obtenir des évêchez & d'autres dignirez ecclesias-tiques, malgré les patriarches, qu'ils faisoient sou-vent déposer à force d'argent ; & les patriarches d'avoient

fuc
poui

pas de justice à esperer , s'ils ne donnoient des sommes immenses, qu'ils amassoient par: des ordinations fimoniaques & par d'autres voyes:

Z_z iij,

AN. 1171.

Criminelles. Il arrivoit quelquefois que pour évi ter la peine de leurs crimes, ils renonçoient à la foi & faifoient ensuite de grands maux à l'église. Les Juifs de leur côté, abusant du pouvoir de leurs charges , supposoient des crimes aux Chrétiens : de forte que les tribunaux d'Egypte étoient concinuellement occupez de ces sortes d'affaires. Les Califes & les Vizirs qui en profitoient seuls par

les amendes & les confiscations, avoient entretenu ces desordres de tout leur pouvoir ; & cette facilité d'enlever aux Chrétiens & & aux Juifs ce qu'ils avoient amassi en plusieurs années, faisoit qu'il les employoient plus volontiers que les Musulmans, ausquels ils n'osoient faire des injustices aussi groffieres.

Saladin dont les sentimens étoient plus nobles, ordonna que les Chrétiens & les Juifs seroient à l'avenir incapables de tous ces emplois , & ceux qui en étoient pourvûs seroient obligez de les quitter au moins dans un certain tems: Ce reglement fut consideré comme une rude persecution ; & plusieurs Chrétiens aimerent mieux re. noncer à leur religion qu'à des emplois si lucratifs. Saladin obligea aussi les Chrétiens à fe diftinguer par leur habit : le portant plus court que les Musulmans, avec une ceinture par dessus & quelque

difference au turban. Or ces Chrétiens avoient une extrême aversion pour la ceinture, & avoient souvent donné de grandes sommes pour en être exemtez. Saladin défendit encore aux Chrétiens d'aller

par

la ville sur des chevaux ou sur des mu

& que

[ocr errors]

339.

1

porter fuc

les, de boire du vin en public, de faire hors des

AN. 1171.. églises la procession du dimanche des Rameaux, de chanter trop haut à l'office divin, & de sonner les cloches. It fit ôter toutes les croix du haut des églises , qu'il fit enduire de noir avec défense de les blanchir.

La ceinture nommée en Arabe zonnar , distin- bibl. Orient 2. gue les Chrétiens & les Juifs d'avec les Musulmans. Le premier qui les obligea à la le Calife Moutevaquel dixiéme des Abbaslides , l'an 235. 849. & cet usage est resté en Syrie & en Mesopotamie , ou les Neftoriens & les Jacobites la

portent ordinairement. Ce qui les fait nommer Chrétiens de la ceinture. Ils s'en font fait un honneur , & ont prétendu prouver par l'écriture & par les peres , que tout Chrétien la doit porter , & que les prieres faites sans cette marque de religion ne font pas agréables à Dieu. Une ceremonie de l'excommunication étoit autrefois de couper la ceinture au coupable publiquement.

Le roi Henri ayant appris la resolution du pape de lui envoyer des legats, se pressa de passer en An- en gleterre ; & donna ordre de garder soigneusement Gerv. p. 1419. les ports tant deçà que delà la mer; li quelqu'un se trouvoit chargé de lettres d'interdit , de l'arrêter & le mettre en prison , & de ne laisser palier aucun clerc , qu'il ne jurât de n'avoir aucun mauvais dessein contre le roi &•le royaume. Le roi arriva à Portsmouth •le troisiéme jour d'Août , & allembla une armée considerable pour passer en Irlande , ou il étoit appellé pour en être reconnu souverain.

XXXVII.
LeR d'Angl.

en Irlande.

« AnteriorContinuar »