Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Romer. p.550.to.
X.c. p. 1469.

ز

Av. 1176. gner ses bonnes.graces. Dés son arrivez il permit

au roi de poursuivre devant les cfficiers laïques les clercs accusez d'avoir chassé dans ses bois ; ce qui fut trouvé trés-mauvais par le clergé d'Angleterre ; & on accusa: le legat de s'être laissé gagner par les liberalitez du roi.

Au commencement de l'année suivante , c'est-àdire, à la conversion de S. Paul vingt-cinquiéme de Janvier , le roi d'Angleterre tint à Northampton une grande assemblée de prélats & de seigneurs, ou vint Guillaume roi d'Escofle, qu'il avoit delivré de prison à de dures conditions ; & l'avoit obligé à lui rendre hommages , & fait promettre aux évêques

du pays de reconnoître pour superieur l'arRobert. de Mon- chevêque d'Yorc. Il vint donc à cette assemblée

par ordre du roi Henrizamenant avec soi Richard
évêque de saint André, Josselin évêque.de Glascou ;
& tous les autres évêques , abbez & feigneurs d'El-
cofle.Le roi d'Angleterre leur ordonna de faire à l'é-
glise Anglicane la même soûmission qu'ils avoient
accoûtumé de faire sous les rois ses predecesseurs.
C'est qu'il n'y avoit point encore de metropole
en Escoffe. Roger archevêque de d’Yorc foútint que
l'évêque de Glafcou & celui de Oüittérn ou Mai-
son-blanche lui étoient soûmis & produisit pour
le
prouver

des bulles des papes ; mais l'évêque de Glafcou soûtint que son église étoit fille speciale de l'église Romaine , & exemte de tout archevêque. Richard archevêque de Canrorberi prétendoic de son côté que toutes les églises d'Ecosle devoient être soûmises à la sienne; c'est pourquoi il perluada

[ocr errors]
[ocr errors]

ܪ

au

to. X p. 1470.
ex. Rog. Gerial

ܪ

àu roi de renvoier les évêques Ecossois sans qu'ils A N. 1176. fissent aucune soumission à l'église Anglicane.

Le quatriéme dimanche de Carême, qui cette année étoit le quatorziéme de Mars , le legat Hugucion convoqua un concile à Londres , ou Roger 91413 Rady! archevêque d'Yorc prétendit avoir la préseance sur Dic.p.588. l'archevêque de Cantorberi ; fondé sur une lettre de S. Gregoire , où il dit , que l'évêque de Londres. & celui d'Yorc devoient suivre entre eux le rang Sup. liv. XXXVI. de leur ordination. Car il soûtenoit que ce qui "Cregis11

. ep. 25. étoit dit de l'évêque de Londres devoit s'entendre de celui de Cantorberi , & dans le fait Roger étoit ordonné archevêque long-tems avant Richard. Le jeudi suivant les deux rois le pere & le fils étant presens au concile qui se tenoit à Qüestminster dans la chapelle de l'infirmerie , le legat comme president s'allit au milieu sur un siége élevé : Richard archevêque de Cantorberi se mit à sa droite comme primat : mais Roger archevêque d'Yorc voulut se mettre entre deux, & s'assit sur les

genoux

de Richard. Quelques évêques & d'autres tant clercs que laïques l’en örterent, & le jerterent par terre: on l'attaquoit de tous côtez à coups de point & de bâton, quand l'archevêque Richard le retira. Roger se leva avec sa chape déchirée dans le tumulte , & se jetta aux pieds du roi, lui demandant justice de Richard. Cependant plusieurs crioient : Va traître, va tes mains sont encore teintes du sang de saint Thomas. Le roi ne fit que rire de la plainte de Roger : 'on appella au pape de part & d'autre, puis on s'en désita. Ainsi le concile fut rompu, & le Tome XV.

FEE

LVIII. Vivien leg at en Escoce.

Gerung:

[ocr errors]

An. 1176. legat se retira voyant le

peu d'autorité qu'il avoit en Angleterre. Ensuite à la poursuite du roi les deux archevêques convinrent d'une surséance de cinq ans sur tous les differends , tant pour les coups que Roger avoit reçus en ce concile , que pour les contestations entre eux & leurs églises ; se foûmettant à l'arbitrage de l'archevêque de Rouen, & des évêques du royaume de France.

Le legat Hugucion sortir d'Angleterre vers la saint Pierre à la fin de Juin ; & le mois suivant arriva un autre legat, savoir Vivien prêtre cardinal destiné pour l'Escoce & les illes voisines & pour l'Irlande. Le roi d'Angleterre lui envoya Richard évêque de Vinchestre , & Geofroi évêque d'Eli , pour lui demander de quelle autorité il avoit osé entrer dans son royaume fans sa permission. Le legat épouvanté

par cette question , promit par serment de ne
rien faire dans sa legation contre la volonté du
roi ; ainsi on lui permit de passer , & le roi lui
donna escorte, & le défraya jusqu'à ce qu'il ar-
rivât sur les terres du roi d'Escoce. Il y celebra
l'année suivante un concile , où il suspendit Chris-
tien évêque de la Maison-blanche

pour
n'être

pas
venu au concile ; mais Christien ne s'effraya pas
de cette censure , ayant la protection de Roger
archevêque d’Yorc dont il étoit suffragant. D'Er-

coce le legat Vivien passa en Irlande, & tint à 10 %. 6. p. 1481: Dublin un concile general de toute l'isle ; mais

il n'en sortit pas aussi chargé d'argent qu'il esperoit
& retourna en Escoce.

Le jour de la Madeleine vingt-deuxiéme de Juil

[ocr errors][ocr errors]

-

1739 G. Neubris. ill. c. 9.

An. 1176.

LIX.
Jean de Sarif-

Petr. Cell. vita

[ocr errors]

let 1176. arriverent à Cantorberi, le doïen, le chantre, & le chancelier de l'église de Chartres : pour demander au nom de tout le chapitre Jean de Saris

beri évêque de beri qu'ils avoient élû leur évêque. Guillaume-aux Chartres

. blanche-mains beau frere du roi Louis le jeune gar- p. 592.

Radulf. de Dic. doit depuis huit ans en commande par dispense du påpe l'évêché de Chartres avec l'archevêché de Supen. 9. Sens, dont il avoit été pourvû dés l'année 1168. & ce fut lui qui fit élire pour Chartres Jean de Sarifberi : tant à cause de son merite personel, qu'en consideration de S. Thomas de Cantorberi dont il avoit été un des principaux confidens, compagnon de son exil , & de ses souffrances. Les députez de Chartres étant donc arrivez à Cantorberi , & aïant lû publiquement les lettres de leur chapitre , du roi de France, & de l'archevêque de Sens : le chapitre de Cantorberi en l'absence de l'archevê. que, leur remit Jean de Sarisberi afranchi de tous les

engagemens qu'il avoit en Angleterre. Ils l'amenerent en France, il fut sacré à Sens par Maurice évêque de Paris le dimanche huitiéme jour d'Août; & le dimanche suivant jour de l'Assomption de N. Dame, il fut intronisé solemnellement à Chartres, dont il tint le siége quatre ans.

Le même jour que Jean fut sacré, Guillaume archevêque de , Sens prit possession du siége de Bear. Cell

. vir. Reims, où il fut transferé

l'autorité du pape. L'archevêque Henri frere du roi Louis le jeune étoit mort le treiziéme de Novembre l'année prece- Bibi. Lab. 2.368. dente 1175. aprés avoir tenu ce siége quatorze ans; & Guillaume son successeur le tint vingt-six ans.

Rad. Dicet. p.

par

op.6.

Chr. Rem.f.I.

LX Pierre Comelcor.

107 ,

6.12.

Prefat.

An. 176.

Pendant que Guillaume aux blanches mains étoit archevêque de Sens, Pierre surnommé Comefc'est-à-dire le mangeur ,

lui dedia son fameux Otto, de S. Blas

ouvrage intitulé, 1 histoire scolastique. Il se qualifie C1, Ms ap: prêtre de Troies, & dit qu'il a entrepris ce tra40. P. Comes vail à l'instante priere de ses amis, & le soûmet

à la correction de l'archevêque. C'est la suite de l'histoire sainte depuis le commencement de la Genese jusques à la fin des Actes des Apôtres, tirée du texte de l'écriture , & des gloses avec quelques incidens de l'histoire profane. Toute fois cet ouvrage n'est pas purement historique : à l'histoire de la création l'auteur mêle les opinions des theologiens, & des philosophes de son tems touchant le ciel empyré, les quatre élemens , la maniere dont le monde a été formé ; & l'état du premier homme. Ainsi de tems en tems il insere à sa narration diverses explications, les suposant vraïes, fans se mettre en peine de les prouver. Il cite Platon, & Aristote , mais en general sans indiquer les endroits de leurs ouvrages. Il cite souvent Joseph l'histosien, & raporte plusieurs histoires profanes sans nommer les auteurs.

Le texte des livres historiques de l'écriture est raporté dans cet ouvrage presque tout entier, mais l'auteur s'écarte souvent du fens litteral , pour suivre des sens figurez, & des explications arbitraires, & donner aux noms propres de mauvaises étymologies. Il raconte plusieurs fables affirmativement; & d'ailleurs il est plein d'expressions qui marquent le doute. Cependant cet ouvrage tout imparfait

« AnteriorContinuar »