Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

conference. Mais comme l'affaire étoit difficile, à

AN. 1176. cause de la quantité de personnes puissantes qui étoient entrées dans le schisme, la negociation dura plus de quinze jours. On allegua les autoritez des peres,les privileges des empereurs,les anciennes coûtumes, on disputa long-tems & subtilement.Enfin on conyint de tous les articles entre l'église & l'empire ; laissant les Lombards oen: l'état où ils étoient , jusques à ce que l'empereur en personne eut une conference avec eux, & il fut resolu que le pape iroit lui-même en Lombardie. Cependant les envoyez de l'empereur donnerent de fa part une pleine süreté à tous les membres de l'église Romaine, pour leurs personnes & leurs biens. Ils promirent que l'empereur rendroit au pape la prefecture de infrum. ap. Rome & les terres de la comtesse Mathilde, & qu'il Lagi ann. 1176. donneroit fûreté au pape , aux cardinaux, & à leur suite pour aller à Venise , à Ravenne & aux autres lieux où ils avoient dessein d'aller , avec une tréve de trois mois en cas que la paix fût rompuë. Les choses ainsi reglées, les envoyez retournerent contens vers l'empereur.

de partir d'Anagni , le pape Alexan- Ata item. Rodre envoya Humbaud évêque d'Ostie & Rainier mualdo Saler. cardinal diacre de saint George, pour faire ratifier à l'empereur par le conseil des Lombards la sûreté qu'il avoit promife au pape par

ses envoyez: Les deux cardinaux trouverent l'empereur prés de Modene, & en leur presence il fit jurer pour lui le fils du marquis de Montferrat ; & pour mieux témoiknir ses bonnes intentions il fit faire le même fer

[ocr errors]

Avant que

ܪ

II. Le pape à Venise.

ment par tous les seigneurs Allemans qui étoient AN: 1176. presens. On.convint de part & d'autre que la con

ference du pape avec l'empereur se feroit à Boulo-
gne.
D'un autre côté le pape

fit prier Guillaume roi de Sicile de lui envoyer quelques-uns des grands de fa cour, pour assister à cette conference ; & le roi chargea de cette commission Romuald archevêque

de Salerne & Roger comte d’Andri grand conestable & grand justicier de la Pouille & de la terre de Labour. : Le pape partit d'Anagni le fixiéme de Decembre & vint à Benevent, où il demeura depuis Noël jusques à l'Epiphanie. Il attendit un mois le vent favorable au port de Guait sur la mer Adriatique avec les galeres du roi de Sicile. Ensin le mercredi des cendres neuviéme de Mars 1177. aprés la melle & la distribution des cendres , il s'embarqua avec cinq cardinaux & les envoyez du roi de Sicile sur onze galeres de ce prince; & le dimanche suivant ils arriverent à Zara en Dalmatie, où ils furent reçus avec d'autant plus de joye que jamais pape n'y étoit entré. On lui prepara un cheval blanc Lur lequel il monta fuivant l'usage de Rome , & on le mena ainsi en procession par le milieu de la ville jusques à la grande église dediée à sainte Anaftasie vierge & martyre dont le corps y repose , & cependant on chantoit les louanges de Dieu en Sclavon qui est la langue du pays. Quatre jours aprés le pape partit de Zara & arriva à Venise le vingt troisiéme de Mars. Il alla descendre au monastere de saint Nicolas au Lido ; &le lendemain le

duc

1

9

duc de Venise vint le recevoir avec le patriarche An. 1177.
d'Aquilée & tous ses suffragans, & un grand peuple
en quantité de barques. Aprés s'être mis humble-
ment aux pieds du pape , ils le menerent en pro-
cession à l'église de S. Marc, où ayant fait sa priere
il donna la benediction au peuple ; puis le duc le
conduisit dans la barque an palais du patriarche où
il logea. Le jour de l'Annonciation à la priere du
duc & des grands , il celebra la mefTe solemnelle-
ment avec ses cardinaux dans l'église de S. Marc.

L'empereur Frideric étoit cependant à Cesene,
ou

ayant appris que le pape étoit à Venise, il lui envoya l'archevêque de Magdebourg, l'évêque élu de Vormes & son protonotaire , pour le prier de changer le lieu de la conference ; parce que Chriftien lon chancelier ne croyoit pas pouvoir être en sureté à Boulogne, à cause des maux qu'il y avoit faits pendant la guerre. Le pape répondit : C'est de l'avis de nos legats & des Lombards, que l’empereur a reglé que le lieu de la conference feroit à Boulogne; nous ne pouvons donc le changer sans le consentement des Lombards & des cardinaux qui sont en ces quartiers-là. C'est qu'une partie des cardinaux étoient allez pat terre en Lombardie avant que le pape s'embarquât avec les autres. Le pape ajoûta: Toute fois pour accelerer la paix, nous irons incessamment jusques à Ferrare avec nos freres les cardinaux, pour y resoudre avec les recteurs des Lombards ce qui sera le plus convenable ; & il marqua le Dimanche de la passion dixiéme d'Avril pour le jour du rendez-vous à Ferrare. Cependant Tome XV.

Hhh

[ocr errors]

III. Le pape à ferare,

AN. 1877. voulant satisfaire le peuple qui accouroit de tous cốc

tez avec empressement pour le voir, il celebra solemnellement la Messe à saint Marc le quatriéme dimanche de carême, prêcha aprés l'évangile , & aprés la messe donna au duc de Venise la rose d'or.

Le pape partit de Venise la même semaine sur onze galeres , & remontant le Pô arriva en sa ville de Ferrare le dimanche de la Pasion. Le lendemain y arriverent le patriarche d'Aquilée, les archevêques de Ravenne & de Milan avec les évêques leurs fuffragans , les recteurs des villes de Lombardie , les marquis & les comtes. Ils s'affemblerent le lendemain dans la grande église dediée à saint George avec une multitude innombrable de peuple, le pape leur dit : Vous savez, mes chers enfans, la persecution que l'église a soufferte de la part de l'empereur qui

de l'empereur qui devoit la proteger ; vous savez

que

l'autorité de l'église Romaine impunis & les canons sans execution ; outre les autres maux ; la destruction des églises & des monafteres , les pillages, les incendies , les meurtres & les crimes de toutes sortes. Dieu a permis ces maux pendant dix-huit ans ; mais enfin il a appaisé la tempête & tourné le cæur de l'empereur à demander la paix. C'est un miracle de la puissance qu'un prêtre vieux & delarmé ait pû refilter à la fureur des Allemans & vaincre fans guerre un empereur fi puissant ; mais c'est afin que tout le monde connoisse qu'il estimpollible de combattre contre Dieu. Or quoique l'empereur nous ai sait 'demander la

en a été attriblie.

[ocr errors]

paix à Anagni pour l'église , & pour le roi de Sicilè, AN. 1177.
& qu'il ait voulu la faire sans vous, nous n'avons
pas voulu la recevoir: considerant avec quelle devo-
tion, & quel courage vous avez combattu pour
l'église , & pour la liberté de l'Italie ; & fans avoir
égard ni à nôtre dignité, ni à la foiblesse de notre
âge avancé, nous nous sommes exposez à la mer &
aux perils , pour venir deliberer avec vous fı'nous
devons accepter la paix qui nous est offerte.

Aprés que le pape eut parlé ; les Lombards qui
n'étoient pas moins éloquens que guerriers lui ré-
pondirent ainsi par la bouche d'un de leurs fages :
Toute l'Italie se jette à vos pieds pour vous rendre
graces , & vous témoigner la joie de l'honneur que
vous faités à vos enfans, de venir à eux & de cher-
cher les brebis égarées, pour les remaner. Nous co-
noissons

par
nôtre

propre experience la 'persecu-
tion que l'empereur'a faite à l'église & à vous: nous
nons sommes les premiers opposez à sa fureur , &
nous nous sommes mis au devant pour l'empêcher
de détruire l'Italie, & d'oprimer la liberté de l'égli-
fe; & pour une si bonne cause, nous n'avons évité
ni la dépense , ni les travaux, ni les pertes ni les
perils. C'est pourquoi, saint pere, il elt convena-
ble que vous n'acceptiez point sans nous la paix qu'il
vous offre, comme nous avons refusé celle qu'il
nous a souvent offerte sans l'églife. Au reste nous
la ferons volontiers avec l'empereur , & nous ne
lui refusons rien de ses anciens droits sur l'Italie :
mais
pour

nôtre liberté que nous avons reçuë de
nos peres, nous ne l'abandonnerons qu'avec la vie.

« AnteriorContinuar »