Imágenes de páginas
PDF
EPUB

cré par le ministere d'un prêtre indigne ou crimi

AN. 1178. nel. Plusieurs témoignerent qu'ils leur avoient oui dire, que l'homme & la femme serendant le devoir conjugal ne pouvoient être sauvez. D'autres leur solltenoient en face qu'ils avoient dit que le batême ne sert de rien aux enfans, & plusieurs autres blasphèmes abominables. Comme Raimond & Bernard disoient

que

c'étoit de faux témoins , on les pressa de confirmer par

ferment leur confesion de foi : mais ils le refuserent, disant que N. S. dans l'évangile défend Mate. V. 34. absolument de jurer. On leur representa que saint Heb. 91. 16. Paul dit que le serment est la fin de toute dispute ; PS. CIE. & qu'il releve le serment de Dieu touchant le facerdoce de son fils. On allegua plusieurs autres pafsages de l'écriture, pour montrer qu'il est permis de jurer à cause de la foiblesse de ceux que nous voulons persuader. Enfin ces heretiques ne s'apercevoient pas, qu'ils avoient eux-mêmes apposé un serment dans la confeßion de foi qu'ils avoient donnée

par écrit, en disant: Par la verité qui est Dieu nous croirons ainsi. Et ils ne savoient pas que c'est jurer que d'apeler en témoignage de nos discours la verité & la parole de Dieu , comme fait l'apôtre quand il dit : Nous vous disons par la pa- 1. Thelf. 1v. 14. role de Dieu , & ailleurs : Dieu m'eft témoin, Rom. 1. 9: Ce sont les reflexions du légat Pierre dans la lettre dont est tiré ce recit. Raimond & Bernard parurent suffisamment convaincus par tant de témoins , & plusieurs autres se préparoient encore à déposer contre eux : toutefois pour user de mi

L ll iij

An. 1178, sericorde suivant l'esprit de l'église , le legat les

exhorta à abjurer leur heresie, & à se faire ab-
soudre de l'excommunication prononcée contre
eux par le pape , par les archevêques de Bourges &
de Narbonne, l'évêque de Toulouse & le legat lui-
même. Mais ils le refuserent & demeurerent dans
leur endurcissement. C'est pourquoi les deux le-
gats les excommunierent de nouveau avec les
cierges allumez, en presence de tout le peuple
furieusement animé contre ces herétiques, com-
me il le marquoit' par ses acclamations conti-
nuelles. C'est ce que témoigne le legat Pierre
dans la lettre adressée à tous les fideles : où il leur
enjoint d'éviter Raimond & Bernard & leurs com-
plices, comme excommuniez & livrez à satan,
de les chaffer de leurs terres. Le comte de Tou-
louse & les autres seigneurs du païs promirent par
serment devant tout le peuple de ne point favoriser
les herétiques.

Cette année 1178. fut la derniere de S. Anthelme évêque de Bellai. Depuis son épiscopat il ajoû

ta plûtôt à ses austeritez corporelles qu'il n'en di. . Juin c. 18. Sup. minua. Il faisoit l'office divin non dans sa chapelle » liv. lxx. n.os. mais dans la cathedrale avec les chanoines, pour

s'en acquiter avec plus de dignité. Il disoit la messe presque tous les jours, ce qui ne lui étoit auparavant permis que rarement. Ce sont les paroles de l'auteur de sa vie. C'est que chez les Chartreux il n'y avoit gueres, même le Dimanche , que la

mesle conventuelle, comme font entendre les C.7.9.4.

statuts de Guigues. Anthelme eut grand soin de

XIV. Fin de Saint Ana thelme évêque de Bellai.

purifier son clergé & aprés les exhortations charitables , il déposa six ou sept prêtres concubinaires. Vita G. 19.

Humbert comte de Savoie avoit fait emprisonner un prêtre , que le saint évêque fit delivrer malgré le prèvốt ; & comme il s'enfuyoit les gens du prévôt le tuerent. Deplus le comte avoit des pretentions sur quelques terres de l'église, qu'il disoit être de son domaine ; Anthelme l'exhortoit à s'en desister , & à faire satisfaction pour le meurtre du prêtre sous peine d'excommunication; mais le comte le menaça de son côté, disant qu'il avoit privilege du pape pour ne pouvoir être excommunié. Anthelme ne laissa pas de l'excommunier & en sa presence ; ce qui le fit entrer en fureur , & les aslistans disoient qu'une telle temerité meritoit la mort. Mais le prélat loin de s'en effrayer repeta l’excommunication en termes plus forts ; s'estimant heureux s'il eût souffert le martyre pour une si bonne cause. Le comte se plaignit au pape de l'infraction de son privilege , & le pape ordonna à faint Pierre de Tarentaise qui vivoit encore, & à un autre évêque de faire absoudre le comte, ou de l'absoudre eux-mêmes au refus de l'évêque de Bellai , dont il connoissoit la fermeté. Les évêques s'acquitterent de leur commission & prefferent Anthelme d'obéir au pape & d'appaiser le prince ; mais il répondit : Celui qui est lié justement ne doit point être delié qu'il n'ait satisfait par la penitence à celui qu'il a offensé. Saint Pierre lui-même n'a pas reçû le pouvoir de lier ou de délier ce qui ne le doit pas être. Soyez donc

C. 20.

6. 225

assurez que je ne me relâcherai point de la sentence que j'ai prononcée. Les deux prélats se retirerent fans ofer passer outre; mais le pape l'ayant appris, donna l'absolution au comte & le fit savoir à Anthelme.

Il en fut tellement touché, qu'il quitta son fiege & se retira dans sa cellule de la Chartreuse; mais sur les plaintes de tout le pays le clergé de Bellai obtint des lettres du pape en vertu defquelles il le fit revenir : & le comte de Savoïe ne se tint point absous & n'osa entrer dans l’église , jusques à ce que s'étant humilié devant le saint prélat , il reçut son absolution. Comme il ne se corrigeoit point & n'accomplissoit pas ses

promesses , ils se brouillerent encore ; & toutefois le comte dans les tems même qu'il haïssoit & menaçoit le prélat, ne laissoit pas de le respecter. En effet Anthelme s'étoit acquis par sa vertu une merveilleuse autorité. Tout l'ordre des Chartreux le regardoit comme son superieur , & tous les prieurs étoient sous la dépendance; ausi veilloit-il avec un

grand zele sur ce faint ordre pour y prevenir le 6. 24. moindre relâchement. Quand il se trouvoit dans

des conciles cu dans des essemblées pour affaires temporelles , il n'y avoit ni évêque ni autre de quelque rang qu'il fut qui ne lui cedât : la cour de Rome elle-même le respectoit. Aussi ne feignoit il point de reprendre en qui que ce fut ce qui étoit reprehensible ; & comme on voyoit que ses corrections n'avoient pour principes que la charité, la plậpart les recevoient volontiers.

6. 23.

ܪ

ز

[ocr errors]

Mais il avoit une grande indulgence pour

les

An. 1178.

pecheurs penitens & mêloit ses larmes avec les leurs.

Pendant la maladie dont il mourut on l'exhor- c. 25. toit à pardonner au comte de Savoie avec lequel il étoit encore en differend ; mais il répondit : Je n'en ferai rien, s'il ne se désiste de son injuste prétention , s'il ne promet de ne jamais rien demander à cette église, & ne se reconnoît coupable de la mort de ce prêtre. Personne n'osoit rapporter ce discours au comte , qui étoit dans le même lieu ; il n'y eût que deux Chartreux qui s'en chargerent ; & le comte touché de Dieu fondit en larmes, vint trouver le faint homme, reconnut sa faute, renonça à la prétention & demanda pardon. Anthelme lui imposa les mains & pria Dieu de lui donner fa benediction à lui & à son fils. Comme le compte n’avoir qu'une fille, on crut que le prelat se méprenoit & on voulut lui faire dire la fille; mais il repeta plusieurs fois le fils ; & en effet il en vint un au comte peu de tems aprés la mort d'Antelme. Elle arriva le vingt-sixiéme de Juin 1178. la quinziéme année de son épiscopat. Il avoit vécu plus de soixante & dix ans , & l'égtise honore sa memoire le jour de sa mort. Son successeur Martyr. R. 25: dans le siege de Bellai fut Rainald tiré comme lui jur, Gall. Chri de la grande Chartreuse , qui six ans aprés eut pour successeur Arnaud aussi Chartreux.

Environ trois mois aprés mourut sainte Hildegarde abbesse du mont saint Rupert prés de Mayen- Hildegarde. ce , dont les revelations avoient été approuvées par le pape Eugene II I. trente ans auparavant. Elle

Tome XV.

ܪ

[ocr errors]

XV.
Fin de sainte

Sup. liv. LXIX.

8. 37

Mmm

« AnteriorContinuar »