Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AN. 1180.

tenant des nouveautez dangereuses ; dequoi l'empereur déja chagrin par sa maladie fut extremement irrité. Il reduisit donc son écrit en abregé & s'étant fait

porter à Scutari , pour être en meilleur air & plus en repos, il y fit venir les prélats & les hommes les plus dinstinguez par leur savoir. Mais ils furent à peine débarquez, qu'un de ses secretaires les plus aflidez nommé Théodore leur vint dire

que l'empereur n'étoit pas alors visible à cause fa maladie; & qu'ils devoient entendre la lecture de deux papiers qu'il avoit en main ; l'un étoit l'écrit donc j'ai parlé , que l'empereur vouloit faire souscrire aux prélats; dans l'autre adressé au patriarche Theodose &aux évêques, l'empereur fe plaignoir de leur resistance, & les menaçoit d'assembler un plus grand concile , & même de faire examiner certe question par le pape. Enfin aprés plusieurs contestations , les prélats convinrent, quoi qu'avec peine, que l'on effaceroit des cathechismes l'anathểme au dieu de Mahomet ; & que l'on mettroit seulement: Anathême à Mahomet , & à toute sa doctrine & sa fecte. Ainsi fut terminée cette affaire au bout de

trois mois. Catolog. Jus.

Le patriarche Théodose avoit succedé à ChariPagi: 1179. ton mort en 1177. aprés avoir tenu le siege de C. P.

quatorze mois. Théodose étoit originaire d’Antioche & avoit été long-tems moinc au mont saint Auxence ; il tint six ans le siege de C. P. Nous avons de lui une constitution fynodale dattée du trentiéme de Juillet indiction douziéme , qui est l'année 1179. portant qu'une fille peut épouser le

G.R.P. 303.

Jus Gr. R.lib. 2. . 231.

XXXII. Mort de Maa

cousin de celui à qui elle a été fiancée avant l'âge An. 1180. de puberté , parce que ces fiançailles étoient nulles.

Ce patriarche voyant l'empereur dangereusement malade , lui conseilloit pendant qu'il étoit nuel Alexis Comencore tems & qu'il avoit l'esprit sain , de donner Nicet.p.141.D. ordre aux affaires de l'empire ; & de chercher un homme capable de conduire son fils qu'il laissoit en bas âge. Mais l'empereur lui répondit, qu'il étoit asluré de ne pas mourir de cette maladie , & de vivre encore quatorze ans. C'est qu'il croyoit à des astrologues , qui lui promettoient une prompte guérison & de grandes conquêtes. Toutefois la maladie augmentant toûjours , il vit enfin évanoüir ces esperances , & par le conseil du patriarche , il signa un petit écrit contre l'astrologie. Ensuite s'étant lui-même tâté le pouls , il se frappa la cuisse en jettant un grand loûpir, & demanda l'habit monastique. On en prit un tel qu'on le pût trouver dans cette surprise, & on l'en revêtit par dessus ses habits ordinaires , quoi qu'il se trouvật trop court & indecent. L'empereur Manuel mourut ainsi le vingt-quatriéme de Septembre 1180. selon les Grecs 6689. l'indiction quatorziéme commençant. Il avoit regné trente-sept ans & demi, & fut enterré à C. P. dans le monastere du Cang. C.P. 18 Pantocrator , c'est-à-dire , du tout-puissant, fondé par l'imperatrice Irene fa mere, ou étoient des moines de l'ordre de saint Antoine jusques au nombre de sept cens. On y transporta peu de tems aprés. une pierre de marbre rouge de la grandeur d'un homme , que Manuel avoit fait apporter d'Ephes Tome XV.

Qg

*. 3

ܪ

[ocr errors]

p. 134. D.

AN. 1180. se ; & que l'on prétendoit être celle où le corps

de J. C. avoit été embaumé à la descente de la croix.

Manuel fonda lui-même à l'entrée du Pont Euxin un monastere en l'honneur de S. Michel, où il rassembla les moines estimez les plus parfaits ; & pour leur ôter tout sujet de dissipation, il ne leur donna ni terres labourables , ni vignes, ni autres immeubles , asignant tout leur revenu sur le tréfor imperial. Aussi renouvella-t-il une constitution de Nicephore Phocas, qui défendoit aux monasteres d'augmenter leurs acquisitions ; & il blâmoit les fondations de son pere & de son ayeul , qui avoient donné aux monasteres quantité de terres fertiles & de belles prairies : disant , qu'ils n'avoient pas bien fait leurs bonnes oeuvres , que les moines doivent habiter des cavernes , des deserts & des lieux écartez , puisqu'ils avoient renoncé au monde ; & ne se pas montrer dans les villes & les places publiques. Il se plaignoit aussi de la décadence de l'état monastique, qui ne consistoit presque plus que dans l’habit , la grande barbe & l'exterieur.

Guillaume archevêque de Tyr revenant du concile de Latran passa l'hiver à C. P. & n'en partit que le mercredi de Pâques vingt-troisiéme d'Avril de cette année 1180.Il loüe extrêmement la magnificence de l'empereur Manuel , particulierement ses aumônes ; & dit que son ame est allée au ciel, & que fa memoire est en benediction. Ce qui montre que ce prélat , tout latin qu'il étoit ,

G. Tyr. IX]T. 6. 4. S.

ز

XXXIII; Eglisc Latino

le tenoit pour catholique. Aulli avez-vous vû que A N. 1180. Manuel entretenoit commerce avec le pape

Alexandre; & on ne peut dire que de son tems le schisme des Grecs fût encore formé.Son fils Alexis Comnene lui succeda âgé d'environ treize ans, sous la conduite de sa mere Marie fille de Raimond prin- , Cang famil.

Byz.p.186. ce d'Antioche ; qui étoit gouvernée elle-même par Alexis Comnene protovestiaire ou grand maître de la garderobe, cousin du défunt empereur.

La même année 1180. mourut Amauri patriarche Latin de Jerusalem , qui à cause de la simpli- d'Orient. cité avoit été peu utile à son église. Son successeur fut Heraclius auparavant archevêque Latin de Ce- Sonus. 111 fidel

.

Cruc.par. 6.c.wla farée , homme de si mauvais exemple , qu'il entretenoit publiquement une femme, que le peuple nommoit la patriarchesse , lorsqu'il la voyoit pafser dans les ruës magnifiquement parée. A l'élection de ce prélat on disoit tout haut: La croix sera perduë sous le patriarche Heraclius, comme elle a été recouvrée sous l'empereur Heraclius ; ce qui fut confirmé

par l'évenement. Il tint le siege de Jerusalem onze ans.

Les affaires de ce royaume deperissoient à vûë d'ail, par l'accroissement de la puissance de Sa- G.Tyr

. Kl.ce ladin , qui aprés s'être rendu maître de l’Egypte s'étendoit dans la Syrie , avoit pris Damas & menaçoit tout le reste de la succession de Noradin. AinG les forces des infideles étoient réunies , au lieu que quatre-vingt ans auparavant, quand les Francs entrerent dans le pays, elles étoient divisées entre un grand nombre de seigneurs. Les Francs étoienç

6.7

An. 1180.

d'ailleurs affoiblis en eux-mêmes par l'extrême corruption de leurs mæurs, & leur incapacité dans la guerre & les exercices militaires. C'est ainsi qu'en parloit Guillaume de Tyr; prevoyant avec douleur la ruine prochaine de cet état. On en donna la regence pendant le bas âge du roi Baudouin IV. à Raimond III. comte de Tripoli, descendu de Raimond comte de Toulouse & parent du jeune roi;

& on resolut de s'opposer avec toutes les forces du 6. 20.23. royaume aux progrés de Saladin. En effet ce prin

ce étant venu attaquer Ascalon en 1177. le roi Baudouin marcha contre lui; & il y eut une grande bataille, ou Saladin fut entierement défait. Mais peu de tems aprés le comte de Tripoli , qui assiegeoit

Harenc, c'est-à-dire , Harem, château dépendant 6:25. d'Alep, leva le siege lorsque la place étoit prête à se rendre ; & le fit pour de l'argent, qu'il reçût

du jeune sultan Saleh Ismaël : ce qui confirma l'opinion que l'on avoit que le comte s'entendoit avec les Sarafins , & même avec Saladin.

L'année suivante 1178. le roi Baudouin entreprit de bâtir un château sur le bord du Jourdain au lieu nommé le Gué de Jacob ; pour s'opposer aux cour

ses des voleurs Arabes , & des garnisons des places Gen. xxx18

voisines. Ce lieu étoit ainsi nommé parce que l'on croyoit que c'étoit l'endroit où Jacob revenant de Mesopotamie avoit passé le Jourdain,& on le nommoit ausli la maison de Jacob. Le château étant bâti, le roi en donna la garde aux Templiers ; mais

ce prince croyant surprendre les ennemis, ils le sur$27. prirent lui-même dans des rochers ; le combat fut

Pie de Salade
MS.

& 26.

« AnteriorContinuar »