Imágenes de páginas
PDF
EPUB

XII.

Gregoire pape .

p. 507. S'O

. V. Pagi ann. 117.1. 13.

A N. 1187. tioche, Tyr & Tripoli..

tins en Orient que trois places considerables., An

Ces tristes nouvelles vinrent si promptement en Mort d'Urbain. Italie que le pape Urbain III. en mourut dans le

même mois.La paix ayant été faite entre lui & l'emCarvas. Chr. pereur Frideric d'une maniere qui paroissoit hono

rable à l'église, il quitta Verone & vint à Ferrare ; où il apprit la perte de la terre sainte, & comme il étoit déja consumé de vieillesse il tomba malade . & mourut le dix-neuviéme d'Octobre 1187. aprés avoir tenu le S. liege un an & prés d'onze mois. Il fut enterré le lendemain dans l'église cathedrale de Ferrare, & le vingt-uniéme du même mois on élut pape Albert natif de Benevent prêtre car. nal du titre de saint Laurenç en Lucinė,&chancellier

de l'église Romaine, qui fut nommé Gregcire VIII. Hugo Autis

& sacré le dimanche vingt-cinquiéme. Il étoit savạnt & éloquent, d'une vie pure & austere & d'un grand zele; mais il ne tint le faint siege qu'environ deux mois.

Dans ce peu de tems il fit ce qui lui fut possible pour animer les fideles au recouvrement de la terre sainte; comme on voit par une grande lettre don

née à Ferrare le vingt-neuviéme d'Octobre, où il 10. 10. conc. les exhorte à appaiser la colere de Dieu par la peGreg. ep.8. nitence & les bonnes æuvres

promet à ceux qui feront le voyage les mêmes graces que ses predecefleurs, c'eit-à-dire , l'indulgence pleniere de leurs pechez, & la protection de l'église pour leurs

biens-temporels. Par une autre lettre de la même is datte , il marque en particulier la penitence que

l'on

ز

[ocr errors]

l'on doit faire sur ce sujet. Nous ordonnons , dit-il, An.1187. par

le conseil de nos freres, c'ext-à-dire , des cardinaux, & avec l'approbation de plusieurs évêques, que tous pendant cinq ans jeûnent au moins les vendredis en viandes de Carême; & que la messe ne se dise qu'à none. Tous ceux qui se portent bien s'abstiendront de manger de la chair le mercredi & le samedi ; pour nous & nos freres , nous nous en abstiendrons encore le lundi avec nos domestiques; & quiconque y manquera , sera traité comme s'il avoit rompu l'abstinence du Carême. Un auteur du tems ajoûte, que les cardinaux promi- Roger. p. 636. rent entre-eux de renoncer à toutes les richesses & les delices; de ne plus recevoir aucuns presens de ceux qui avoient des affaires en cour de Rome; de ne point monter à cheval , tant que la terre sainte seroit au pouvoir des infideles , mais de se croiser tous les premiers, & d'aller demandant l'aumône à la tête des pelerins.

Comme, selon les regles du droit , les commisfions cessent par le deces du commettant;

le

pape Gregoire craignit que ceux qui avoient obtenu à grands frais des lettres du pape Urbain , pour faire juger leurs affaires sur les lieux , ne fuslent obligez

d'en obtenir de nouvelles. C'est pourquoi deux op. 3. jours aprés son sacre, il fit expedier une lettre adressée à tous les prélats del'église pour valider toutes les commillions de cette nature accordées

par predecesseur trois mois avant sa mort.

Il y avoit une ancienne inimitié entre les Pisans & les Genois , dont les villes étoient alors Tome XV.

Сccc

son G. Nembr. III.

ܝܐܐ ܝܐ

XIII. Mort de Gregoire. Clement III pape.

Ital. Sac. p. 889.
V. Pagi 1187.
*. 16. 1188. n. I.

A n. 1187. trés - riches & trés-puissantes par terre & par mer.

. Chr. Pis.to.3. Le pape Gregoire entreprit de les reconcilier

afin de les faire agir ensemble pour le recouvrement de la terre sainte. Pour cet effet il se rendit à Pise, où il fut reçû avec grand honneur le neuviéme jour de Decembre, & y ayant fait venir les premiers d'entre les Genois, il parla aux, uns & aux autres avec tant de sagesse , qu'ils commençoient à s'adoucir, & la paix étoit en bon chemin : quand la fievre le prit , & aprés avoir été malade trés-peu de jours, il mourut le seiziéme du même mois ; n'ayant occupé le faint siege qu’un mois & vingtsept jours. Trois jours aprés,

c'est-à-dire, le dix-neuviéme de Decembre 1187. on élut. à Pise

pour

lui succeder Paul ou Paulin Romain de naissance cardinal évêque de Palestrine , qui fut nommé Clement III. & couronné le lendemain dimanche vingtiéme de Decembre. Il tint le faint siege trois ans & trois mois.

Ausi-tôt aprés fon couronnement, il envoya des avec les Romains députez aux Romains ses concitoyens , pour éta

blir avec eux une paix folide. L'occasion de la difcorde étoit la ville de Tusculum à dix mille ou trois lieues de Rome appartenant au pape, à laquelle les Romains faisoient une guerre implacable, pour se la foûmettre ; ce qui causoit une cruelle division entre-eux & le pape depuis le tems d'Alexandre III. Les députez de Clement III. étant arrivez à Rome, exhorterent les Romains à le recevoir comme leur pere, & se réunir à lui. Nous le souhaitons plus que lui , répondirent-ils, à. condition toutefois qu'il

Gervas.an. Ann. Maillro

XIV.

Roger. p. 689.

[ocr errors]
[ocr errors]

nous aidera à

reparer

la
perte

& la honte que nous An. 1188.
avons reçûë à l'occasion de la guerre de Tusculum;
& qu'il fera marcher ses troupes , s'il est besoin,
contre cette ville , en cas que nous ne puissions
faire avec elle une paix honorable. Enfin qu'il nous
la livrera , s'il en est un jour le maître, pour en dis-
poser à notre volonté.

A ces conditions fut fait le traité, ou le senat & ap. Baron. an. le peuple Romain, adressant la parole au pape, disent en substance: Nous vous rendons dés-à-present le senat, la ville & la monoye. Nous vous rendons quittes l'église de S. Pierre & les autres , qui étoient engagées pour la guerre; à condition que vous cederez au senat le tiers de la monoye, surquoi l'on déchargera tous les ans une partie de la somme, pour laquelle les églises étoient engagées , jusques à ce qu'elle soit entierement acquitée, & dont les interêts.diminuerent à proportion du principal. Nous vous jurerons fidelité tous les ans, nous & les senateurs nos fuccesseurs ; & vous donnerez aux fenateurs & à leurs officiers les distributions ordinaires; aussi bien qu'aux juges , aux avocats & aux scriniaires que vous aurez établis.

De quelque maniere que Tufculum soit détruit: l'église Romaine y gardera tous ses domaines & ses mouvances; mais vous nous donnerez dans fix mois tous les murs de la ville & de la forteresse, pour les détruire sans que vous les puissiez jamais rétablir. Et si Tusculum ne tombe pas entre nos mains d'iciau premier de Janvier, vous en excommunierez les habitans , & les contraindrez par

Сccc ij

An. 1188. vos vassaux de Campanie & de Romagne avec no

tre secours , d'accomplir touchant leur ville ce qui
a été dit. Moyennant ce que dessus , nous jurerons
de vous donner sûreté, vous, aux évêques , aux
cardinaux, à toute votre cour, & à ceux qui y vien-
dront , y sejourneront ou s'en retourneront, sauf les
droits des Romains qu'ils demanderont de bonne
foi. Si vous les appellez pour la défense du patri-
moine de saint Pierre, ils iront en les défraïant de
vôtre part, comme leurs predecesseurs ont accoûtu-
mé de l'être. Ce sont les principales clauses de ce
traité, dont la datte elt du dernier de Mai indic-
tion fixiéme, qui est cette année 1188. Il est aussi
datté de la quarante-quatriéme année du senat: ce
qui fait voir que les Romains en remontoient le
rétablissement à l'an 1144. seulement, & au ponti-
ficat de Lucius II. quoiqu'ils eussent commencé.
cette entreprise dés l'année précedente sous Inno-
cent II. Le pape Clement III. étoit à Rome dés le
treiziéme de Mars.
Ayant

que

de partir de Pise, il exhorta le peuple assemblé dans la grande église, à travailler au

recouvrement de la terre fainte; & pour les y conIta. Sac. p. 888. duire, il donna l'étendart de faint Pierre à leur ar

chevêque Ubalde, avec le titre de legat. Ce prélat partit à la mi-Septembre de la même année 1188. avec une flotte de cinquante vaisseaux, passa l'hiver à Mesine, & arriva à Tyrle fixiéme d'Avril de l'année suivante. Ce fut apparemment à Pise que le pape Clement ordonna des prieres particulieres par toute l'église pour la paix, la délivrance de la cerre sainte

Sup. liv. LXIX. Mi I. 4.6. ep. 6.

Chr. Pis 10.3.

Roger. p. 652.

« AnteriorContinuar »