Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AN. 1189. main. Il trouva auffi beaucoup de refiftance fur les terres de l'empereur de C. P. Ifaac l'Ange, qui toutefois lui avoit promis la liberté du passage; mais il s'imaginoit que Frideric venoit dans le deffein de le dépouiller lui-même, & de faire fon fils Frideric empereur de C. P.

11.n.4. p. 258.

Il avoit reçû cette impreffion de Dofithée en qui Nicet. Ifanc lib. il avoit une particuliere confiance. C'étoit un moine de Stude, qui étant ami d'Isaac avant son élevation lui prédit l'empire; & l'accompliffement de cette prédiction lui acquit une telle estime, qu'il le fit patriarche de Jerufalem aprés la mort de Leonce homme de mœurs agréables & de grandes vertus. Car les Grecs n'avoient point ceffé d'avoir des patriarches à Jerufalem & à Antioche depuis qu'elles avoient été prifes par les Latins. Dofithée avoit donc perfuadé à l'empereur Ifaac que Frideric en vouloit à C. P. il lui avoit même prédit par quelle porte il y entreroit & les defordres qu'il y feroit; ajoûtant que Dieu en feroit une punition exemplaire. On difoit encore parmi les croifez qu'Ifaac avoit fait un traité avec Saladin pour partager entre-eux la Palestine, aprés en avoir chaffé les Latins; on spécifioit les conditions du traité; & on faifoit en détail le dénombrement des prefens qu'ils envoyez de part & d'autre.

s'étoient

L'empereur Frideric fe voyant ainfi trompé par Ifaac, fit le degât fur les terres, & prit Philoppopoli qu'il trouva abandonnée & deferte, à la referve de quelques Armeniens qui y refterent; n'ayant pas pour les Latins la même averfion que les Grecs.

Chr. Reicherp
p. 267
Radul. Die p.642.

Nicet. Ibid.

[ocr errors]

n. 60.

Nicetas gouverneur de cette ville dit dans fon hif- AN. 1190.
toire que les Armeniens & les Allemans commu-
niquent ensemble & s'accordent fur la plûpart de
leurs opinions. Car, ajoûte-t-il, les Armeniens &
les Allemans rejettent également l'adoration des
faintes images: les uns & les autres employent le
pain fans levain au faint facrifice;& obfervent com-
me legitimes quelques autres pratiques rejettées
par les Chrétiens orthodoxes. Je ne vois pas ce que
veut dire Nicetas touchant les images; fi ce n'est
que quelques foldats Allemans euffent profané cel-
les des Grecs, comme avoient fait les Siciliens à la Sup. liv. xxx.
prife de Theffalonique. Frideric prit Philippopoli le
vingt-cinquième d'Août ; & le vingt-deuxième de
Novembre il vint à Andrinople où il paffa l'hyver.
Il en partit l'année fuivante 1190. & paffa l Hel-
lefpont ou détroit des Dardanelles le mercredi de ric Henri IV.
Pâques vingt-huitiéme de Mars. Il entra fur les ter- Abulfarage. z.
res du fultan d'Iconie ou Cogni, qui étoit Keligé-
Arflam fils deMashou quatriéme des Seljouquides.
Or quoique ce prince eût promis paffage à l'em-
pereur Frideric, il ne laiffa pas de le faire attaquer
dans les défilez des montagnes ; mais l'empereur
battit deux fois les Turcs, puis affiégea le fultan
dans Cogni fa capitale qu'il prit d'affaut le dix-hui-
tiéme de Mai. Il paffa enfuite fur les frontieres
d'Armenie pour
fe rendre à la terre fainte. Mais le
dimanche dixiéme de Juin, la chaleur l'ayant in-
vité à fe baigner dans une petite riviere de Cilicie
ou la Caramanie, nommée dans le pays la riviere de
Fer; il s'y noya aprés avoir regné trente-fept ans.Fri-
Eeee iiij

XXIII.
Mort de Fride-

empereur.

276. Bibl. Or.

p. 801.

1144

AN. 1190. deric duc de Suaube fen fecond fils prit la conduite Vie Sala. M. S. de l'armée ; mais il mourut fix mois aprés devant Acre, favoir le vingtiéme de Janvier 1191. Henri VI. fils aîné de l'empereur Frideric étoit demeuré en Allemagne & déja reconnu roi. Ce prince dés la même année 1190 fit élire archevêque de Treves Sup. liv. 1x111. Jean fon chancelier; & termina ainfi le fchifme qui duroit depuis fept ans dans cette église. Jeant tint le fiege de Treves vingt-trois ans.

3. 43.

P. 799.

Le roi Richard partit d'Angleterre au mois de Décembre 1189. laiffant le gouvernement du royaume à Guillaume de Long-champ évêque d'Eli son chancelier; & pour lui donner plus d'autorité, il obtint pour lui du pape Clement la legation d'Angleterre. Gautier archevêque de Rouen, qui devoit accompagner le roi Richard au voyage de la Poft Petr Blef croifade, tint avant que de partir fon concile provincial dans fon églife métropolitaine le onzième de Février 1190.lorfque l'on comptoit encore 1189. commençant l'année au vingt-cinquième de Mars. Tous les évêques fes fuffragans y assisterent avec plufieurs abbez, & on y publia trente-deux canons, la plûpart repetez des conciles precedens ; Sup liv 11111. entre-autres du concile general de Latran tenu fous Alexandre III. en 1179. On ordonne premie6.2. rement, que toutes les églifes fuffragantes fe conformeront à l'usage de la métropole dans les lectures & la pfalmodie, c'est-à-dire, dans l'office divin. Que les calices feront d'or ou d'argent & non d'étain; que l'on ne portera point le corps de N. S. fans luminaire, croix & eau benite, & fans qu'il

# 20.

Chr. Reicherf.

Magn. Chr.

Belg. p. 204.

XXIV. Concile de

Rouen. Roger. p. 663.

p. 665. Rad. Dic p. 65s.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

y ait un prêtre présent, finon en cas d'extrême ne- AN. 1180.
ceffité. On pouvoit donc abfolument s'en paffer.
Les clercs qui pour éviter l'examen de leurs évê-
ques fe font ordonner outre mer, ou hors de la
province, ne feront point admis par leurs évêques
aux fonctions de leurs ordres. Le droit de procura- 6.32.
tion des archidiacres eft reduit en argent à une
fomme modique. On défend les focietez ou ligues. 25.
de clercs ou de laïques, qui s'engagent par fer-
ment à une défenfe mutuelle pour toutes fortes
d'affaires. On ordonne d'excommunier folemnel- . 26.
lement dans toutes les églifes plufieurs coupables,
entre autres, ceux qui par de faux fermens font
perdre les droits de l'églife; ou qui détournent frau-
duleusement les revenus de l'archevêque. Il y a c 26.32.
même des cas où l'on renvoye le coupable à Rome
pour l'abfolution.

c. 31.

XXV.

des rois

p. 1666.

Le roi Richard ayant fait quelque féjour en Normandie, vint à Tours où il reçût la gibeciere de France & d'An& le bourdon de pelerin de la main de l'archevê- gleterre. que Guillaume; mais le bourdon fe rompit com- jo Brompt p 1173. me le roi s'appuyoit deffus; & il en prit un autre à Vezelai, où l'on croyoit avoir le corps de fainte Marie Magdelaine. C'étoit-là que les deux rois de France & d'Angleterre s'étoient donné le rendezvous; & où ils fe trouverent en effet. Le roi Phi- Rigord. p. 29. lippe laiffa le gouvernement du royaume de France à la reine Adele fa mere, & à fon oncle Guillaume archevêque de Reims & legat du faint fiege. Il y fit une ordonnance de ce qu'ils devoient fuivre pour gouverner pendant fon abfence, qui por

1. 3༠.

6.7.

AN. 1190.

Sup LXXIII.

B. 41.

te entre-autres cet article. S'il vient à vaquer un évêché ou une abbaïe royale, nous voulons que les chanoines ou les moines viennent trouver la reine & l'archevêque, comme ils viendroient devant nous; & leur demandent l'élection libre, qui leur fera accordée fans difficulté. Or la reine & l'archevêque tiendront la regale en leur main jusques à ce que l'élu foit facré ou beni, & alors elle lui fera renduë. Si une prebende ou autre benefice vient à vaquer pendant que la regale fera en nôtre main, la reine & l'archevêque les confereront à des hommes vertueux & lettrez, par le confeil de frere Bernard. J'entens l'hermite du bois de Vincenes, & c'est le premier témoignage exprés que j'aye trouvé du droit de conferer les benefices en regale. Il est marqué ensuite que les églises avoient accoûtumé de donner au roi des fecours d'argent aux occafions.

[ocr errors]

Le jour de la faint Jean le roi Philippe vint à saint Denis bien accompagné, prendre l'étendart nommé l'Oriflame, fuivant la coûtume des rois fes predeceffeurs quand ils alloient à la guerre; car on étoit perfuadé que la vuë de cet étendart avoit fouvent mis en fuite les ennemis. Le roi profterné sur le pavé devant les corps des faints martyrs se recommanda à Dieu, à la fainte Vierge, à eux & à tous les faints; puis il fe leva de l'oraison trempé de larmes, & reçut la gibeciere & le bourdon des mains de l'archevêque de Reims. Enfuite il prit deux étendarts deffus les corps des faints martyrs; il fe recommanda aux prieres des moines,

reçût

« AnteriorContinuar »