Imágenes de páginas
PDF
EPUB

reçût la benediction du cloud, de la couronne d'é- AN. 1190. pines & du bras de faint Siméon. Aprés quoi il partit & fe rendit à Vezelai avec le roi Richard le mercredi aprés l'octave de la S. Jean quatriéme de Flib. hist. S. Juillet 1190. On croyoit alors avoir à faint Denis la couronne d'épines de N. S. que l'on disoit y avoir été donnée par Charles le Chauve, comme porte fon épitaphe.

Den&.

Les deux rois fe féparerent à Lion & allerent Reg. p. 668. s'embarquer, Louis à Gennes, Richard à Marseille & fe rejoignirent à Meffine. Le roi Richard côtoyant l'Italie vint à l'embouchure du Tibre, où le cardinal Octavien évêque d'Oftie vint le trouver. Le roi lui fit de grands reproches sur la simonie des Romains, fe plaignant qu'ils avoient reçu fept cens marcs d'argent pour le facre de l'évêque du Mans, quinze cens pour la legation de l'évêque d'Eli, & une grande fomme pour empêcher la déposition d'Elie de Malemort évêque de Bordeaux, accufé par fon clergé. Le huitiéme de Septembre le roi Richard vint à Palerme, & y fit un long séjour attendant que fa flotte fût à Messine, où le roi Philippe arriva le dimanche feiziéme Roger. p. 673. de Septembre, & le roi Richard le vingt-troifiéme. Ils y pafferent l'hiver, & Richard y fit fon traité avec le nouveau roi de Sicile.

Guillaume le Bon étoit mort au mois de Novembre de l'année précedente 1189. à l'âge de trente-fix ans, aprés en avoir regné vingt-cinq. Comme il ne laiffoit point d'enfans, le royaume devoit appartenir à Conftance fa tante, par confequent Tome XV. Ffff

[ocr errors]

XXVI.

Mort de Guillaume Tancrede

roi

de Sicile.

Chr. Ric. de S.

Germ to 3. Ital.

Sac.&.955.

AN. 1190. au roi des Romains Henri VI. qui l'avoit épousée à cette condition; & tous les comtes du royaume de Sicile l'avoient promis par ferment. Mais ce mariage avoit été fait par le confeil de Gautier archevêque de Palerme, contre l'avis de Mathieu. chancelier du Royaume, qui partageoit avec lui l'autorité dans cet état ; & qui aprés la mort de Guillaume eut le credit de faire declarer roi Tancrede comte de Liche, fils naturel de Roger premier roi de Sicile, ayeul de Guillaumele Bon. On fit venir Tancrede à Palerme, où le chancelier le couronna roi du confentement de la cour de Roger. p. 676. Rome. Ce fut donc avec lui que le roi Richard traita pour le douaire de Jeanne fa fœur, veuve du dernier roi Guillaume, & pour leurs autres differends ; & fit confirmer le traité par le pape Clement. p. 681. Pendant ce fejour de Meffine le roi Richard affembla dans une chapelle tous les évêques qui l'accompagnoient, fe profterna à leurs pieds nud en chemife, confeffa fes débauches & fa vie débordée; témoignant une grande contrition, & reçut la penitence qu'ils lui impoferent.

Durant ce même fejour, le roi Richard entendit parler de Joachim abbé de Curace en Calabre, de l'ordre de Cifteaux ; qui étoit en grande reputation pour fa fcience & fa vertu, & paffoit pour avoir le don de prophetie. · Richard le fit venir à Meffine & l'écoutoit avec plaifir, principalement en fes explications fur l'Apocalypfe. L'abbé Joachim 4.1. difoit que la femme revêtue du foleil eft l'églife, que le dragon qui l'attaque eft le diable, & fes fept

211.

XXVII. Joachim abbé en Calabre.

Roger. ibid.

[ocr errors]

têtes les fept principaux perfecuteurs, Herodes AN. 1190. Neron, Conftantius, Mahomet, Melfemut, Sala

din & l'Antechrift. On ne fait qui eft ce Melfemut. Les cinq premiers étoient felon lui ceux que faint Jean dit qui font tombez, Saladin celui qui fub- Apocal. XVII. 10. fifte, & l'Antechrift celui qui n'eft pas encore venu. Il ajoûte que Saladin perdroit bien-tôt Jerusalem & la terre fainte. Le roi Richard lui demanda quand ce feroit. L'abbé Joachim répondit: Sept ans aprés la prise de Jerufalem par Saladin: Pourquoi donc, reprit le roi, fommes-nous venus fi-tôt ? Vôtre arrivée, dit l'abbé, eft fort necessaire : Dieu vous donnera la victoire fur fes ennemis, & rendra vôtre nom celebre fur tous les princes de la terre. Il ajoûta que l'Antechrist étoit déja né à Rome, & qu'il feroit élevé fur le faint fiege,& donna plusieurs autres explications fur cette partie de l'Apocalypfe. Toutefois Gautier archevêque de Rouen, Girard d'Auch,& plufieurs autres prélats & favans ecclefiaftiques,contredirent ce qu'il avançoit touchant l'Antechrift,& s'éforcerent de prouver le contraire.C'est ainfi que cette converfation eft rapportée par Roger d'Hoveden dans fa relation du voyage de Richard, qui paroît d'ailleurs trés-exacte. Il eft vrai qu'on v. Boll. to. 18. ne trouve rien de femblable dans l'explication de 173. I'Apocalypfe donnée par l'abbé Joachim, ni dans ses autres écrits; mais il peut les avoir composez depuis & s'être corrigé, voyant que les évenemens ne répondoient pas à fes prédictions.

Joachim étoit né en Calabre à Celique prés de Vita ap. Boll. Cosence, & en fa jeuneffe avoit fait le voyage de

c. I. to. 18. p. 95.

Ffff ij

:

"

Jerufalem en habit de religieux; au retour étant encore en Syrie, il logea chez une veuve qui le voulut corrompre,mais s'étant apperçû de son mauvais deffein, il laiffa le lit qu'elle lui avoit preparẻ, & ayant paffé la nuit en priere s'enfuit dés qu'il fut jour auffi eut-il toute fa vie un grand zele pour la pureté. Etant revenu en Calabre il entra dans le monaftere de Sanibucine de l'ordre de Cîteaux, fans y faire profeffion, & la fit enfuite dans 3. celui de Curace du même ordre. Il en fut élu abbé, & ayant inutilement voulu fe cacher, il accepta cette charge par les inftances de l'archevêque de Cofence, de l'abbé de Sambucine & des perfon4. nes les plus confiderables du pays. Mais comme il avoit un attrait tout fingulier pour s'appliquer à la méditation & à l'explication des faintes écritures; il alla trouver le pape Lucius III. la feconde année de fon pontificat qui étoit l'an 1182. & en obtint la permission d'expliquer l'écriture fainte, & quelque tems aprés lui prefenta fon ouvrage de la concorde de l'ancien & du nouveau teftament. Il travailla auffi dés-lors à l'explication de l'Apocalypfe,& continua fes ouvrages par l'autorité du pape. Enfin Clement III. l'exhorta à les achever, & à venir enfuite les lui apporter & les foûmettre à l'examen du faint fiege. C'est ce qui paroît par la lettre du pape du dix-huitiéme de Juin, la premiere année de fon pontificat, qui eft l'an 1188. Il déchargea même Joachim de l'abbaye de Curace, & lui permit de se retirer où il voudroit pour vaquer plus librement à la composition de ses livres.

AN. 1190.

€. 2.0

Alors l'abbé Joachim fe retira avec Rainier fon difciple dans les montagnes de Calabre, aux environs de Cofence en un lieu nommé Flore, où d'abord il fe bâtit un oratoire & une cellule; puis le nombre de fes difciples étant augmenté, il y fonda vers l'an 1189. un nouveau monaftere, dont l'obfervance étoit plus étroite que celle de Cîteaux, & qui devint chef d'une congregation particuliere. Ce monaftere fut d'abord protegé par le roi Guillaume le Bon; mais enfuite l'abbé Joachim fut inquieté par Tancrede, dont les officiers pretendoient que le lieu appartenoit au domaine. Tancrede lui offrit le monaftere de Matine prés la ville épisco: pale de S. Marc; mais Joachim le refusa, ne voulant pas profiter du travail des autres ; & le roi défendit de l'inquieter davantage.

Luc depuis archevêque de Cofence, qui avoit connu particulierement l'abbé Joachim en a rendu ce témoignage: La feconde année du pontificat de Lucius, c'est-à-dire, l'an 1183. je vis la premiere fois à Cafemaire un homme nommé Joachim alors abbé de Curace. Il étoit moine de la maison de Sambucine fille de Cafemaire; c'est pourquoi il y étoit aimé & honoré, mais encore plus à cause du don de fageffe & d'intelligence qu'il avoit reçû de Dieu. Alors il commença de découvrir au pape, & à son confiftoire la connoiffance qu'il avoit des écritures & la concorde des deux teftamens ; il en obtint la permiffion d'écrire, & commença à le faire.Or je m'étonnois de voir qu'un homme d'un si grand nom & fi puissant en parole, portoit de vieux habits trésFfff iij

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[blocks in formation]
« AnteriorContinuar »