Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ز

pauvres & brûlez par les bords ; mais je connus depuis, que pendant toute sa vie il n'eut aucune attention à la maniere dont il étoit vêtu. Il demeura à Casemaire environ un an & demi, dictant & corrigeant ensemble le livre sur l'Apocalypse & la Concorde. Et il commença en même tems le livre du psalterion à dix cordes.

L'abbé me donna à lui pour lui servir de secretaire ; & j'écrivois jour & nuit dans des cahiers ce qu'il dictoit & corrigenit sur des broüillons, avec deux autres moines ses écrivains. Je lui servois aufsi la messe, admirant toutes ses manieres; car quand il benissoit l'hostie il levoit la main plus haut que les autres prêtres , & faisoit toutes les ceremonies avec plus d'attention. En cette action son visage ordinairement pâle changeoit.de couleur & paroissoit angelique. Il disoit la messe tous les jours pendant les octaves de Pâques & de la Pentecôte. Il avoit grand soin de la propreté de l'autel. Son visage s'animoit de même quand il nous prêchoit en chapitre, ce qu'il faisoit souvent par commission de l'abbé. Il commençoit d'un ton assez bas, l'élevoit peu à peu, continuoit avec force & vivacité ; faisant une telle impresion qu'on ne le trouvoit jamais trop-long. Il passoit les nuits à écrire & à prier , sans manquer à l'office de la communauté, ni s'y endormir. Il ne se mettoit point en peine de la qualité ni de la quantité de la nourriture. Il avoit un zele merveilleux pour la chasteté, dequoi plusieurs évêques & plusieurs moines lui rendoient témoignage. Je l'ai vû quelques fois à genoux les

[ocr errors]

ز

mains & les yeux levez au ciel parlant à J. C. com-
me s'il l'eût vû face à face. J'ai passé avec lui un
Carême pendant lequel , hors les dimanches & les
fêtes, il ne prenoit tous les jours qu’un peu de pain
& d'eau ; & plus il faisoit d'abstinence , plus il pa-
roissoit avoir de force & de gaïeté.

Etant abbé de Curace il alloit souvent nettoyer
lui-même l'infirmerie , faire les lits , visiter la cui-
sine & pourvoir à tous les besoins des malades. En
voyage il descendoit quelque fois de cheval, & y
faisoit monter son valet pour le delaffer ; dans un
grand hyver il donoit aux pauvres jusques à ses
habits. Il exerçoit l'hospitalité liberalement ; il n'y
avoit

que

ses parens à qui il étoit dur, & ne leur
donnoit jamais rien. Il se plaisoit au travail des
mains principalement en commun, & s'en aquittoit
avec une force incroyable, ayant un corps robuste,
qui souffroit aisément le froid , le chaud, la faim
& la soif. Tel étoit l'abbé Joachim , suivant le té-
moignage de l'archevêque de Cosence.

Cependant le nouveau roi d'Allemagne Henri
VI. vint en Italie pour se faire couronner empe.
reur & foûtenir les droits de la reine Constance tin 111, Pape.
son épouse sur le royaume de Sicile. Mais comme .. Chr.
il approchoit de Rome le pape Clement III. mou- Germ.
rut le vingt-huitiéme de Mars 1191. aprés avoir
tenu le S. siege trois ans & deux mois. Deux jours
après on élut en sa place le cardinal Hyacinte diacre
du titre de sainte Marie en Cosmedin , qui fut
nommé Celestin III. Il avoit été diacre soixante &
cinq ans, & par consequent n'en avoit guere moins

XXVIII. Mort de Cler mene UI Celer

Arnold. Lubec.

Chr. Reichers Ann. 1191.

123 fub.fin.

Mabill. Mus.

élû se prof

de quatre-vingt-cinq. Il fut élu le samedi avant la AN. 1191.

Pasion , qui étoit le trentiéme de Mars : mais son Petr. Bles. ep. facre fut differé pendant quinze jours. On observa

sans doute en cette élection les ceremonies décri

tes par le camerier Cencio, dans l'ordre Romain Sup. liv. Ixv. qu'il écrivoit alors, & qui sont un peu differentes

de celles que j'ai rapportées à l'élection de Pascal
II. en 1099.
Cencio dit que

le
pape

étant élu , le premier Ital. 50 2. p. 210. des cardinaux diacres le revêt aussi-tôt de la cha

pe rouge & lui donne le nom. Le pape
terne devant l'autel pendant que l'on chante le Te
Deum: puis les cardinaux évêques le conduisent à
son siege derriere l'autel; là ils viennent à ses piés
& il leur donne le baiser de paix. On le mene en-
suite à une chaire de pierre posée devant le porti-
que de la Basilique du Sauveur de Latran. Cette
Chaire étoit nommée dés lors Stercoraria,parce qu'el-
le est percée au fonds ; mais l'ouverture est petite,
& les antiquaires jugent que

c'étoit

pour égoûter l'eau, & que cette chaire servoit à quelque bain. Le pape y commençoit ses largesses en jettant quelques poignées de monoye ; puis on le conduisoit devant la basilique de saint Sylvestre, où on le faisoit asseoir dans un siege de porphyre , & on lui mettoit en main la ferule pour marque

du

gouvernement , & les clefs de la basilique & du palais de Latran. Ensuite il s'asseoit dans un autre siege semblable ; & on lui mettoit une ceinture de soye rouge ou pendoit une bourse de pourpre contenant douze cachets de pierres precieuses & du

musc

musc. Ce que Cencio explique ainsi. La ceinture An. 1191. fignifie la continence , la bourse marque l'aumône, 2. Cor. 11. 15. les pierres précieuses les douze apôtres, le musc la bonne odeur de J, C.

Comme le pape Celestin vit que le roi Henri étoit venu avec des troupes,se tenant assuré de la couron- de l'empereur ne imperiale, il differa son sacre pour differer celui Henri VI. de ce prince; mais les Romains allerent trouver le roi & lui dirent : Faites amitié avec nous, traiteznous comme ont fait vos predecesseurs, & nous faites justice de vos châteaux de Tusculum qui ne cefsent point de nous inquiéter ; & nous obtiendrons du pape qu'il vous couronne. Le roi leur ayant promis ce qu'ils demandoient, ils s'adresserent au pape & lui dirent : Vous voyez comme ce roi occupe nos terres avec son armée, &ravage nos moissons, nos vignes & nos oliviers. Nous vous prions de ne pas differer plus long-tems son sacre ; puisqu'il dit qu'il n'a dessein que d'honorer nôtre ville & d'obéir à vôtre paternité. Le pape se rendit à leur priere ; il Roger. Hoved. fut ordonné prêtre le samedi veille de Pâques , le dimanche qui étoit le quatorziéme d'Avril il fut Sacré évêque par Octavien évêque d'Ostie ; & le lundi il couronna empereur Henri VI. & Conftance sa femme imperatrice. Dans le serment que le pape Celestin fit faire à Henri ayant que de le couronner , il lui fit promettre de lui rendre Tufculum. Ensuite étant assis dans la chaire pontificale il poussa du pied la couronne imperiale qu'il tenoit entre ses pieds , & la fit tomber à terre ; pour montrer qu'il avoit le pouvoir de déposer Tome XV.

XXIX. Couronnement

Arnold. IV. R. 4!

Gggg

p. 689.

[ocr errors]

AN. 1191. l'empereur s'il le meritoit. Mais aussi-tôt les cardi

naux prirent la couronne & la mirent fur la tête de l'empereur. C'est Roger auteur Anglois qui raporte cette ceremonie , que nous n'avons encore

vûë en aucun couronnement. 14. p. 690.

Le lendemain, c'est-à-dire , le mardi de Pâques, l'empereur donna au pape la ville de Tusculum

comme il avoit promis ; & le mercredi le pape la Rad. Dicet. livra aux Romains suivant le traité fait avec eux

par Clement III. son predecesseur. Les Romains la détruisirent enforte qu'il n'y resta pas pierre sur pierre , & elle n'a jamais été rétablie. Les habitans se disperserent dans les lieux voisins, & quelques-uns firent des feuillées dans les ruines d'un des fauxbourgs, d'où est venu le nom de Frascati au bourg qui eft à present la residence de l'évêque. L'empereur passa ensuite dans la Pouille , malgré

la défense du pape, qui vouloit soûtenir le roi TanRic. S. Germ. crede. L'empereur y prit plusieurs places entre au

tres Salerne , qui en étoit la capitale, & où il laissa l'imperatrice Constance ; mais lon armée étant ruinée par les maladies, il fut contraint de se retirer vers le mois de Novembre. Entre ceux qui moururent à la suite on marque son chancelier & Philippe archevêque de Cologne. Aus-tốt Tanorede reprit la plớpart des places, & on lui livra Constance qu'il envoya en Sicile.

Le roi de France partit de Melline vers la fin du mois de Mars, & arriva la veille de Pâque-close vingtiéme d'Avril 1191. devant Acre en Palestine, que les croisez assiegeoient depuis prés de deux ans.

onn. 1191

Chr. Reichers

XXX.

.
Prise d'Acre par
Ies crosez,
Roger. p. 692.
Rigord. p. 32.

1

« AnteriorContinuar »