Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Hift tra f. br.

ز

V, c. 13.

XLIX. Dolichéc

n. 61.

Florentin nommé Monaco,c'est-à-dire, moine, sa

A N.1194. vant en théologie, en droit canon & en medecine, que. le patriarche Heraclius avoit choisi pour son s Ph. Boll to.ia. chancelier ; & qui depuis avoit été élû archevêque Gio. Villani ls. de Cesarée par tous les suffragans & par le chapitre. Aprés la prise de Jerusalem par Saladin, Monaco revint à Florence & y demeura environ deux ans,mais ayant apris que les Chrétiens avoient conquis Acre, il y retourna , & peu de tems aprés il fut élû patriarche de Jerusalem, par le suffrage des archevêques , des évêques, du chapitre & la permission du roi. Monaco tint ce siege neuf ans.

Cependant Dosithée patriarche Grec de Jerusalem avoit été transferé à C. P. car l'empereur Isaac triarche de CP. l’Ange ôta de ce siege en 1192. Nicetas Montanes, Sap. liv. LIIII. que lui-même y avoit mis, & l'en óta malgré lùi, Nives.p. 259 fans avoir autre reproche à lui faire que

fa

trop grande vieillesse: mais en effet il avoit reconnu sa simplicité & sa legerecé. A sa place l'empereur mit un moine nommé Leonce ; aprés avoir assuré par serment publiquement sur son tribunal, qu'il ne le connoisloit point auparavant; mais que la SteVierge e le lui avoit montré de nuit , lui faisant connoître son merite, sa figure & le lieu où il demeuroit. Mais nonobstant les louanges qu'il lui avoit données , le representant comme un homme divin, il ne le lailla pas un an sur le siege de C. P. & en 1193.

il y transfera Dofithée de Jerusalem.

Or comme il savoir que cette translation étoit contre les canons ; il consulta artificieusement Theodore Balsamon patriarche Grec d'Antioche , p. 260.

Mmmm ij

ز

A N. 1194. qui residoit à C. P. & étoit le plus habile juriscon

fulte du tems. L'empereur l'ayant pris en particulier, lui dit avec de grandes démonstrations de douleur: Il est bien triste que l'église soit tellement dépours vûë d'hommes distinguez par la science & par la vertu même chez les moines, que nous ne puissions en trouver un digne de remplir le siege de C. P. Il y a long-tems, ajoûta-t-il , que je voudrois vous y placer comme une lumiere éclatante par la science des loix ; mais je suis retenu par la severité des canons contre les translations. Si par la profonde connoisfance

que vous en avez vous pouvez montrer & persuader aux autres que cette translation est permise ; je la regarderois comme un grand avantage & ne differerois pas à l'executer. Theodore répondit que

la chose étoit faisable ; & depuis ce jour il y eut plusieurs conferences entre les évêques, pour examiner la question de la translation , qui fut aussitốt jugée permise, l'empereur en fit un decret ; mais ce fut Dosithée qui fut transferé de Jerusalem à C.P. & Theodore Balsamon demeura patriarche titulaire d'Antioche.

Cette tranflation de Dosithée fe fit en 1193. & comme il étoit à C. P. il fut intronisé en grande cérémonie & avec une espeçe de triomphe. Mais les prélats trompez en leur faisant violer les canons pour un si indigne sujet ; ne pûrent s'empêcher de témoigner leur mépris, & tinrent des allemblées secrettes

. avec les principaux du clergé de C. P. ou Dofithée fut traité d'usurpateur & chaffé du. siege. L'empereur ne voulant pas en avoir l'af

L.. Theodore Balla. mon & ses écriis.

front le fit rétablir , & remettre en possesion ac. An. 1194. compagné de ses gardes pour le garantir de la violence du peuple, à qui fon ambition l'avoit rendu odieux. Enfin l'empereur fut contraint de l'abandonner ; & il se trouva exclus de ses deux sieges ; car on avoit donné à un autre celui de Jerufalem. A sa place on fit patriarche de C. P. en 1194. V Pagi an 1191. Georges Xiphilin grand tresorier ou scevophilax de Craco.R.2.3:03: la même église , qui tint ce siege trois ans & dix mois.

C'est à ce patriarche que Theodre Balsamon dedia son commentaire sur les canons. Il y avoit tong-tems qu'il avoit commencé cet ouvrage & plerini, libri. fon exposition fur le nomocanon de Photius par ordre de l'empereur Manuel Commene, & du patriarche Michel Anchiale.Theodore étoit né à C.P. & dés lors nomophylax & cartophylax, c'est-à-dire garde des loix & des chartes de sainte Sophie, & premier prêtre des Blanquernes; mais il n'étoit pas encore patriarche d'Antioche. En cette exposition il marque les loix qui étoient en vigueur de son tems, & celles qui étoient abrogées ; n'ayant pas été mises dans les Basiliques composées aprés la mort Sup.liveiv.n.16 de Photius, qu'il nomme toûjours tres-laint patriarche. Il montre aussi en quel endroit des Basiliques fe trouvent les loix que Photius cite selon les titres du code & du digelte ; il resout les antinomies, & ajoute les décisions des conciles ou des empereurs survenuës depuis les Basiliques.

Sur le texte que Photius qui dit que C. P. a les privileges de l'ancienne Rome , Theodore pour

AN. 1194

faire voir en quoi consiste ces privileges , rapporte tout au long la prétenduë donation de Constantin, comme une piece autentique. Photius toutefois n'en avoit point parlé, quoi qu'elle fut connuë de son

tems, comme il paroît par l'écrit d'Enée évêque de ssp.liv. 11.n.14. Paris contre les Grecs. Theodore Bellamon a auli

commenté toutes les autres parties du droit canonique des Grecs; savoir les canons des apôtres, ceux des sept conciles generaux,du Concile de Carthage, c'est-à-dire le code des canons de l'église d'Afrique,

des cinq conciles particuliers & des épîtres canoniV. Cave.p 477. ques des peres. Nous avons plusieurs autres ouvra

ges de Theodore sur les mêmes matieres , entre lesquels est une méditation ou réponse à une consultation au sujet des patriarches.

Il donne le premier rang pour l'antiquité à celui d'Antioche ; parceque faint Evode füt ordonné par saint Pierre, ce qu'il suppose sans le prouver, Peu de tems aprés , continuë-t-il , le même apôtre fit saint Marc évêque d'Alexandrie, S. Jacques de Jerusalem, & S. André de Thrace.Environ trois cens ans aprés, saint Silvestre fut nommé pape

de l'ans cienne Rome par Constantin qui venoit de se convertir ; comme nous apprend l'histoire ecclesiastique. On voit parlà combien Théodore en étoit instruit , & quelle étoit sa critique. Car il repete encore ensuite que saint Silvestre fut le premier pontife de Rome. Il continuë: La petite ville de Byzance n'avoit qu'un évêque soûmis à celui de Perinthe, qui est Heraclée de Thrace ; mais le siege de l'empire y ayant été transferé de l'ancienne Ro

Jus Graco. R. lib. yil.. init.

ز

p. 450.

me ; Métrophane qui en étoit alors évêque prit An. 1194. le titre d'archevêque. C'est pourquoi le premier concile æcumenique , il veut dire le premier de C. P. lui donna des privileges de l'ancienne Rome, Sup. liv. XV111. comme étant la nouvelle.Ce que le concile de Trul- n.7. le a confirmé, declarant le siege de C. P. le second aprés celui de Rome, &mettant ensuite ceux d’Alexandrie , d'Antioche & de Jerusalem. C'est

pourquoi les évêques de ces grands sieges sont ainsi honorez par toute la terre jusques à present. Car encore que le pape de l'ancienne Rome ait été retranché des églises, c'est sans préjudice du bel oro? dre établi par les canons. Nous ne voyons point de quelle autorité ni par quel decret- avoit esté fait ce pretendu retranchement ,.& c'est ici le premier témoignage que j'en

trouve , & la premiere preuve formelle du schisme des Grecs. Or on ne sait point la datte de cet écrit , & Theodore a vécu jusques à la prise de C. P. par les Latins. Il ajoûte p. 446. peu aprés que cette separation lui déchire le cœur, & qu'il attend tous les jours la conversion du pape.

Il s'étend sur les marques exterieurs de la di- p. 444. gnité des patriarches , le Aambeau qu'ils faisoient porter devant eux , l'habit semé de croix & leurs autres ornemens, dont il rapporte les significations p.646. mysterieuses. Il soûtient que les deux patriarches qui par les incursions des Gentils sont reduits à p.449. resider hors de leurs sieges , savoir celui d'Antioche & celui de Jerusalem ine perdent rien pour cela de leur dignité & des honneurs qui leur sont dûs.

« AnteriorContinuar »