Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

AN. 1195.

p. 1786.

tant

,

chanoines envoyerent donc à Rome fe plaindre au
pape Celestin, que l'évêque & les autres juges dé-
leguez n'executoient point fon mandement; &
enfin le pape preffé par leurs follicitations ayant p. 760.
attendu plus d'un mois au-delà du terme prescrit,
prononça contre Geofroi fa fentence; par laquelle
il le fufpendit de l'usage du pallium, de toute fonc-
tion epifcopale, de l'administration du fpirituel
& du temporel, & de la provision des benefices
de l'église, & de la province d'Yorc. Le pape man- Ep. 13.10, 10. cone,
da à l'évêque de Lincolne & aux deux autres com-
miffaires de dénoncer cette fufpenfe par tout le dio-
cese & la province; faisant défense à tous
clercs que laïques, de répondre à l'archevêque ou
à fes officiers foit pour le temporel, foit pour le fpi-
rituel, jusques à ce que le pape en eût autrement
ordonné. Commettant cependant Simon doïen
d'Yorc avec le confeil des chanoines refidens pour
le jugement des caufes ecclefiaftiques; & confir-
mant au furplus le pouvoir des commiffaires. Le
pape ajoûte: Nous vous ordonnons encore de dé-
clarer nulle l'excommunication publiée par l'arche-
vêque contre quelques chanoines & autres de-
puis l'appel interjetté à nous, à la charge toutefois.
que vous abfoudrez ces perfonnes par l'autorité du
S. fiege, pour plus grande fûreté : ad majorem cau-
telam. C'eft la premiere fois que j'ai remarqué cet-
te forme d'abfolution, nommée par nos praticiens,
absolution à cautele. Le pape écrivit fur le même Ep. 11. 12.
fujet au clergé & au peuple de la province d'Yorc,
& au doyen Simon en particulier ; & ces trois let-

Nnnn iij

AN. 1195. tres font dattées du même jour vingt-troifiéme Decembre 1195.

[merged small][ocr errors]

Quelques tems aprés un clerc de l'archevêque d'Yorc nommé Raoul de Vigetot étant tombé malade à Rome, & se voyant à l'extremité, confessa devant le pape Celeftin & tous les cardinaux, qu'il avoit fait expedier en cour de Rome plusieurs lettres fauffes, tant pour l'affaire de l'archevêque fon maître que pour la fienne, & qu'il les avoit déja envoyées en Angleterre. C'est pourquoi le pape donna commission à Hubert archevêque de Cantorberi, de retenir les lettres qu'il trouveroit contraires à la justice touchant l'affaire de l'archevêque d'Yorc. On trouva à Londres un clerc chargé de ces lettres & de poison pour faire perir Simon doyen d'Yorc, & quelques autres chanoines : le poifon fut brûlé publiquement & le porteur mis en prifon : & les adverfaires de Geofroi archevêque d'Yorcle chargerent encore de crime,

LIV.

Hen

ri roi de Sicile.

G. Neubr. v. c. 26.

Vers la S. André, c'est-à-dire, la fin de NovemL'empereurebre 1195. l'empereur Henri tint à Vormes une diete avec les prelats & les feigneurs, dans l'églife cathedrale pendant huit jours. Là fe trouverent le cardinal Gregoire legat du pape Celestin envoyé pour prêcher la croisade; & les plus éloquens de l'affemblée parlerent auffi chaque jour fur le même fujet ; & fi efficacement qu'un grand nombre de prélats, de feigneurs & d'autres braves gens fe croiferent. L'empereur vouloit auffi prendre la croix; mais on lui reprefenta qu'il étoit plus avantageux pour l'entreprife même, qu'il demeurât

[ocr errors][ocr errors]

C. 1.

chez lui, & qu'il pourvût à la fubfiftance de l'armée AN. 1195.
des croifez & aux recruës. Ainfi on preparoit une
grande croifade d'Allemans & d'Italiens. L'empe-
reur envoya en Poüille à Conrad évêque de Virf- Arnol Lubec.v.
bourg fon chancelier, qui y étoit pour les affaires
de l'empire ; & lui manda de travailler avec tout le
foin poffible à tenir toutes chofes prêtes pour l'an-
née fuivante : l'argent,les vivres,les vaiffeaux. L'em-
pereur paffa lui-même en Poüille pour y donner fes
ordres ; mais la guerre qu'il fut obligé d'y foûtenir
le détourna de la croifade.

Chr. Ric. de S. Germ. ann. 119.

1.5.

Tancrede roi de Sicile perdit vers la fin de l'année 1193. Roger fon fils aîné, qu'il avoit fait couronner roi, & fit couronner à fa place Guillaume V. Pagi. 1194. fon fecond fils. Mais Tancrede ne furvécut pas long-tems à cette perte ; & étant tombé malade d'affliction, il mourut avant le mois de Mai de l'an 1194. laiffant pour fucceffeur Guillaume III. encore enfant. L'empereur Henri, qui avoit toûjours regardé Tancrede comme ufurpateur, entra l'été même en Poüille, paffa en Sicile où il se fit reconnoître roi, & fut couronné à Palerme le dimanche vingt-troifiéme d'Octobre. Ainfi finit le regne des Normans en Sicile,aprés avoir duré cent ans depuis la conquête du comte Roger, & trentequatre depuis que Roger II. prit le titre de roi. A Noël 1194. l'empereur tint une cour generale à Palerme, où il fit arrêter la reine Sibile veuve de Richard an. 1194 Tancrede le jeune, Guillaume fon fils & plufieurs autres tant évêques que comtes, qu'il accusoit de trahison; dont il fit aveugler les uns

brûler ou

>

Rad. Dicet.p.6; 8.
Sup. liv. IXIV.

22. 14.

xviii. n. 3.

pendre les autres, & envoya les autres en exil en
Allemagne. L'empereur y revint lui-même l'année
fuivante 1195. emmenant Sibille & son fils, qu'il
tint l'un & l'autre en prifon perpetuelle ; & fit cre-
ver les yeux au jeune prince.

LV.

Vita. MS.

Ce qui excitoit le pape Celeftin à faire prêcher la Croifade publice croifade, étoit la mort de Saladin arrivée à Damas le treiziéme jour de Mars 1193.En parlant de ce prince & de ce qui arriva de fon tems en Orient, j'ai rapporté plufieurs faits qui ne fe trouvent point dans nos auteurs Latins; & j'ai cité fa vie manufcrite composée il y a plufieurs années par Monfieur l'abbé Renaudot fur les auteurs originaux, la plûpart Arabes & manuscrits ; entre autres fur la vie de Saladin écrite par Hamad son secretaire. L'auteur n'a pas jugé à propos de donner encore au public cet ouvrage fi curieux ; mais il a bien voulu me le communiquer, en consideration de l'utilité publique & de notre ancienne amitié. Quand on eut appris en Italie la mort de Saladin & la divifion qui s'étoit élevée entre fes enfans & son frere, on crut que jamais les chrétiens n'auroient une occafion plus favorable de reprendre Jerufalem & le refte de la terre fainte. Le pape envoya pour ce fujet deux cardinaux en France, où il y eut une grande multitude de croifez ; & il eft à croire qu'il écrivit aux prélats des autres royaumes comme il fit à Hubert de Cantorberi & aux évêques d'Angleterre, leur mandant de prêcher la croisade aux Conditions ordinaires d'indulgence & de protection du faint fiege; & d'exhorter le roi à y envoyer fes

A N. 1195.
Jo. de Cen. an.

1195.

Roger. p. 727.

Aut Aquicinct.

an. 1193.

Ann. Godefr.

mon. ligs.

Epiß. 10. ex Matth. Faris p. 150.

1

[ocr errors][ocr errors]

AN. 1195.

fes fujets. Et comme l'archevêque de Cantorberi
avertit le pape que plufieurs croifez manquoient à
leur vou, quoiqu'ils puffent l'executer ; & que d'au-
tres ne le pouvoient, foit par pauvreté, maladie, Ep. 15. ex Reg.
ou autrement : le pape lui ordonna de contraindre P. 784.
ceux qui le pouvoient, à accomplir leur vou, par
cenfures ecclefiaftiques. Quant à ceux, ajoûte-t-il,
qui font retenus par pauvreté ou maladie, vous leur
permettrez de demeurer, en leur impofant une
penitence convenable ; à condition de partir aussi-
tôt qu'ils le pourront. Et pour ceux à qui il est ab-
folument impoffible d'y aller en perfonne, à cause
de leur mauvaise fanté, ils envoyeront à leurs dé-
pens une ou plufieurs perfonnes fuivant leurs fa-
cultez ; pour
faire le fervice de J. C. pendant une
année ou plus à vôtre difcrétion. La lettre est du
douzième de Janvier 1196.

LVI.

Concile de Mont

pellier.

Radovic. vII. a

p. 39.

En Espagne Alfonfe IX. roi de Castille excité par Martin archevêque de Tolede qui commandoit Les troupes, preffa tellement les Mores, qu'ils ap- 29. Pagi. an. pellerent d'Afrique à leur fecours l'Emir-Almou- 95. n. 6.Rigord. menin, ou prince des fideles, Jacob chef des Almohades refident à Maroc. Il paffa en Espagne avec une armée immenfe, & défit les Chrétiens à la bataille d'Alarcos vers la Sierra Morena, le dix-huitiéme de Juillet 1195. de l'ere Efpagnole 1233. de l'hegire 591. Le roi Alfonfe ne vouloit pas furvivre An. Godefr. monà à sa défaite; mais il fut fauvé malgré lui par les 11". fiens, & fe retira en France. On croit que cette défaite fut l'occafion pour laquelle le pape Celeftin envoya en Espagne le docteur Michel, notaire Tome XV.

Oooo

« AnteriorContinuar »