Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fievre, & ne laiffa pas de faire donner dans fon palais un grand repas, pendant lequel il entra dans fa chambre, & marqua à fes domestiques le jour de fa mort. La fiévre dura huit jours, il n'em, ploïa point le fecours des medecins, & mourut le neuvième, qui étoit le huitiéme de Juin 1154. un mois après être arrivé à Yorc. La promptitude de sa mort fit imaginer qu'il avoit été empoisonné ; & on alla jufques à dire que le poifon lui avoit été donné à la meffe dans le calice: mais il fut verifié que c'étoit un faux bruit & une pure calomnie. Il eft honoré comme faint le jour de fa mort; fon corps fut élevé de terre 130. ans après, & cette tranflation accompagnée de plufieurs miracles.

Aprés fa mort le doïen Robert & l'archidiacre Ofbert, qui lui avoient toûjours été opposez, firent élire par le chapitre quoiqu'il y cut repugnance, Roger archidiacre de Cantorberi, à la follicitation de l'archevêque Thibaut légat en Angleterre & du confentement du roi. Ce fut Thibaut lui-même qui le facra : mais le chapitre d'Yorc obtint qu'il le fit en qualité de légat & non d'archevêque de Cantorberi. Roger remplit le fiége d'Yorc vingtfept ans, plus appliqué au temporel qu'au fpirituel de son église.

II.

Mort d Etiene
I I. R.

Matth. Paris.

La même année 1154. & le vingt-cinquiéme d'octobre mourut Etiene roi d'Angleterre, après Henti avoir regné dix-neuf ans, & Henri duc de Norman- d'Agleterre. die fut reconnu roi fans conteftation, fuivant le traité fait l'année precedente 1153. entre le roi Etiene & lui. Henri étoit fils de Geoffroi Plantegencft

AN. 1154.

Goduin. Ebor ca

31.

comte d'Anjou, & de Matilde fille du roi Henri I.. AN, 1154. & il avoit époufé Alienor ducheffe d'Aquitaine après qu'elle cût été féparée de Louis le jeune roi de France. Ainfi il fe trouva le plus puiffant prince de la chrétienté : étant par fa mere roi d'Angleterre & duc de Normandie : par fon pere comte d'Anjou de Touraine & du Maine : par sa femme duc d'Aquitaine & comte de Poitou. Il étoit en Normandic à la mort du roi Etiene & repaffa aufsi-tôt en Angleterre, où il arriva le feptiéme de Decembre; & le dimanche avant Noël dix-neuviéme du même mois, il fut couronné à Oüestminster par Thibaut archevêque de Cantorberi, en presence des archevêques, des évêques & des barons d'Angleterre & de Normandie. Îl regna trente-cinq ans & fut furnommé Courtmantel: mais il eft plus connu fous le nom d'Henri II,

III.
Mort d'Anastase.

Cod. Vatic. ep.

bibl. Lab. f. 308

Peu de tems après fon avenement à la couronne Adrien IV. pape. il aprit la mort du pape Anastase IV. & l'élection Bar & Papebr. d'Adrien. Anaftafe mourut la même année 1154 le second jour de Decembre après avoir tenu le faint fiége un an quatre mois & vingt-quatre jouis. Le Chr. Vof. tom. 2 lendemain troifiéme de Decembre qui étoit un vendredi, fut élû pape & couronné Nicolas évêque d'Albane & nommé Adrien IV. Il tint le faint fiége quatre ans & neuf mois. Ce pape étoit AnGuill. Neubrig. glois de nation nommé Nicolas Brec-fpére, c'est-àdire Brife-lance. Son pere Robert étoit un clerc qui fe fit moine à S. Alban,laiffant ce fils en bas âge avec peu de bien. Etant devenu plus grand & n'aïant pas de quoi aller aux écoles, il subsistoit des au

II. 6. 6.

mônes du monaftere, où il venoit tous les jours. Son pere en eut honte ; & lui aïant fait des reproches de fon peu de courage le chaffa avec indignation. Le jeune homme preffé de la neceffité paffa la mer, & ne trouvant pas fon avantage en France il alla jufques en Provence, & s'arrêta à S. Ruf monaftere fameux de chanoines reguliers près d'Avignon. Il s'appliqua à gagner leurs bonnes graces par tous les fervices qu'il leur pouvoit rendre ; & comme il étoit bien fait de fa perfonne, fage en fes difcours, prompt à executer les commiffions: il fe rendit agréable à toute la communauté. Ils le prierent même de prendre leur habit ; & il vécut plufieurs années entr'eux, avec un grand zéle pour la régularité. Il s'appliqua à la lecture; & comme il avoit l'efprit pénetrant & une grande facilité à parler, il fit beaucoup de progrés dans la fcience & dans l'éloquence. Enfin il fe fit tellement eftimer, que l'abbé Guillaume II. étant mort il fût élû pour fucceder.

Mais quelques années après ils fe repentirent d'avoir mis à leur tête un étranger, ils inventerent contre lui des calomnies & l'accuferent devant le pape Eugene. Le pape aïant oui leurs plaintes & voiant la fageffe & la modeftie avec laquelle Nicolas fe défendoit : s'appliqua à les mettre en paix, & après les avoir reconciliez il les renvoya. Cette paix ne fut pas de longue durée, il s'éleva bien-tôt une tempête plus violente, & les chanoines de S. Ruf revinrent porter leurs plaintes au pape Eugene qui leur dit: Je fçai qu'elle eft la caufe de cet

AN. ISS

orage: allez & choififfez quelqu'un avec qui vous AN. 1155. puiflicz vivre en paix : celui-ci ne vous fera plus à charge. Il les renvoïa ainfi, retenant auprès de lui Nicolas pour le fervice de l'église Romaine, & le fit évêque d'Albanc. Il fut enfuite envoyé légat en Cod. ap. Papeb. Norvege, où il inftruifit avec foin dans la loi de Dieu la nation encore barbare, & à fon retour il fut élevé fur le faint fiége. Le nouveau roi d'Angleterre Henri aïant appris l'élection de ce pape né fon fujet, lui fit écrire une lettre, où il felicite fon païs d'avoir produit un arbre fi heureusement transplanté : il l'exhorte à remplir l'église de dignes miniftres, & à procurer du fecours à la terre-fainte & à l'empire de C. P.

Cependant Arnaud de Breffe étoit à Rome,
il continuoit à tenir publiquement des discours
feditieux, foûtenu par les citoïens puissans, prin-
cipalement par les fenateurs. Quelques-uns de ceux
qu'il avoit féduits attaquerent Gerard prêtre car-
dinal du titre de fainte Pudentiene comme il paf-
foit dans la ruë facrée, allant trouver le pape; &
le blefferent dangereufement dont toutefois il gué-
rit. C'est pourquoi le pape Adrien mit la ville de
Rome en interdit, & on y ceffa les offices divins
jufques au mercredi de la femaine fainte 1155. le pape
demeuroit cependant à S. Pierre de la cité Leo-
nine. Alors les fenateurs pressez par le clergé & le
peuple vinrent trouver le pape, & lui jurerent fur
les évangiles qu'ils chafferoient de Rome & de fon
territoire Arnaud & fes fectateurs,s'ils ne rentroient
dans l'obéïssance du pape. Ils furent chassez, l'in-

Ap. Petr. Blef. ep. 168.

IV.
d'Arnaud

Fin

de Bréife.

Acta ap. Bar. an. Iss.

1

[ocr errors]

terdit levé, & tout le peuple en benit Dieu. Lelendemain qui étoit le jeudi faint, on accourut de AN. 1155. toutes parts felon la coûtume pour recevoir l'absolution des pechez, & il vint auffi une grande multitude de pelerins. Alors le pape accompagné d'évêques, de cardinaux & d'une grande troupe de nobles, fortit de la ville Leonine où il étoit demeuré depuis fon ordination, & paffant au travers de Rome avec les applaudiffements de tout le peuple, il arriva au palais de Latran, où il celebra folemnellement la fête de Pâque, qui cette année étoit le vingt-feptiéme de Mars.

Frideric Barberouffe roi des Romains avoit paffé l'hiver en Lombardie ; & après avoir pris plufieurs places, entr'autres Tortone, il vint à Pavic, où il fut couronné roi des Lombards dans l'église de S. c.20. Michel le dimanche Jubilate troifiéme après Pâques, qui étoit le dix-feptiéme d'Avril. IÎ celebra la Pentecôte près de Boulogne, puis il paffa en Tof- c. 11. cane. Vers ce temps-là Anfelme évêque d'Havelfberg revint de Grece, où Frideric l'avoit envoïé pour traitter avec l'empereur Manuel de fon mariage, & d'une alliance contre le roi de Sicile. A fon retour Anfelme fut élu archevêque de Ravenne par le clergé & le peuple, & le roi lui donna l'exarcat de la Province pour récompense de ses services,

Le pape étoit à Viterbe, quand il aprit que le A&a. ap. Bay. roi Frideric marchoit à Rome en diligence; & craignant qu'il n'y vint comme ennemi, il affembla fon confeil & envoïa au devant de ce prince trois cardinaux,savoir deux prêtres, Jacques de S. Jean &

Ott. Frif. II. Frid. c.14 15.&c.

« AnteriorContinuar »