Imágenes de páginas
PDF
EPUB

J. AN-vrages; tels ont été Jean Nauclerus , NIUS. Jean Driedon, Michel Medina, Sixte

de Sienne , Guillaume Postel, Albert Krantz, Charles Sigonius , Denis Godefroy, Leandre Alberti & plusieurs autres. On dit que ce dernier moutut de chagrin d'avoir été la dupe de ces Ouvrages & d'avoir gâté la description de l'Italie en y mêlant les Fables dont ils sont remplis.

Enfin tous les meilleurs critiques ont rejetté avec mépris ces romans comme fortis de la tête d' Annius qui a voulu en imposer au Public, en y faisant des Commentaires. Mais la supposition étoit trop grossiere , pour qu'elle ne fût pas bientôt dé couverte. Annius ne sçavoit pas le vrai nom des Auteurs qu'il produia foit , il appelloit Methaftene un Historien connu dans l'Antiquité sous le nom de Megasthene; il leur attribuoit même des sentimens & des faits contraires à ce que nous lisons dans leurs veritables fraginens. D'ailleurs on n'a jamais vû aucun Manuscrit de ces prétendus Auteurs. Antoine Augustin, Archevêque de Tarragone, rapporte dans fon di

xiéme Dialogue un fait qui fuffit J. Ano pour faire connoître le peu de bon- NIUS: ne foi d'Annius, il dit qu'il fit graver une infcription sur une pierre, & la fit ensuite enterrer dans une vigne près de Viterbe; que quelque tems après il y fit creufer & témoigna beaucoup d'étonnement, lorfqu'on l'eût trouvée ; qu'il la porta en triomphe aux Magistrats, & s'en fervit pour leur faire croire que leur Ville étoir plus ancienne que Rome , & qu'elle avoit été bâtie par Ilis & Osiris, qui avoient vêcû plus de deux mille ans avant Romulus.

H s'est trouvé cependant de tems en tems des Ecrivains qui ont entrepris la défense de ces Ouvrages fupposez. Ainsi Thomas Mazza , Dominicain Italien, a publié en leur faveur le Livre suivant. Apologia per F. Giovanni Annio Viterbese. In Verona 1673. fot. It. Latine verfa à Fr. Joanne Baptista Ettoreo , ejufdem Ordinis. in-4° Le principal but de cet Auteur est de montrer que: s'il y a eu quelque fraude en cela , il ne faut pas l'imputer à Annius ; mais il va plus loin, car il soutient

NIUS.

propos d'en

pour titre :

J. An-que ces Ouvrages sont legitimes ;

& tâche de répondre aux objec-
tions. Son Livre ayant eu beaucoup
de débit , il jugea à
faire un nouveau sur le même sujet,
& pour confirmer ce qu'il avoit
ayancé, mais sous le nom emprunté
de Didymo Ropaligere Liviano. Il a

I Goti illustrati , o vero Istoria de Goti antichi con varie digreffioni in materie parimente antiche e singo'ari da Didymo Ropaligero Liviano ; insertavi l' Apologia per F. Gio. Annio Via terbese. In Verona 1679. fil. PP. 294.

François Sparavieri de Verone ayant écrit contre cet ouvrage sans se nommer, François Macedo lui répondit pour Mazza , par un Livre intitulé : Refponfio ad Notas nobilis critici anonymi in Apologiam R. P.T. Thoma Mazza. Verona in-4°.

Mazza ne jugea pas cependant à propos de s'en tenir à cette défense, il en publia lui-même une autre fous un nom emprunté. En voici le titre : Aucupium Ibis, hoc eft , Confutationes objectionum Elenchisti anonymi in Apologiam pro Annio F. Thoma

Mazza. Autore Didymo Leoclavio J. AnSiviliano, editum à R. P. F. Fran- NIUS, cisco a Sexto Ord. M. n. Capuc. Ronchi in. 4o..

Sparavieri ayant répondu d'une maniere fort vive , Mazza opposa à sa réponse l'Ouvrage suivant. Ad Franciscum Sparaverium plus æquo in Thomam Mazlan excandefcentem Paranesis. 1677. in-4°.

François Sansavino a traduit en Italien les prétendus Auteurs publiez par Annius , & a donné au Public la traduction fous ce titre : Le Antichita di Berofo Chaldeo SAcerdote e d'altri Scrittorico Ebrei come Greci e Latini,che trattano delle ftesse materie , tradotte , dichiarate, e con diverse utili e necessarie annotation ni illuftrati. In Venezia 1585. in-4°. pp. 212.

V. Bibliotheca Scriptorum Ord. Predicatorum. Jac. Echard. Journ. de Venise , tom. 20. p. 140. Voffius de Hiff. Lat.

JEAN CAIUS.

J. CAIUS.

EAN Caius , dont le nom An

[ocr errors]

plus connu sous celui de Caius naquit à Norvvich , ville Capitale du Comté de Nortfolok en Angleterre l'an 1510.

Il commença ses études dans cette Ville , & alla les continuer à Cambrige , où il érudia en Medecine &•fe fit recevoir Docteur. Il voyagea ensuite en Italie pour fe perfectionner sous les habiles Maîtres qui y enseignoient. De retour en Angleterre ; il se fit une fi grande réputation par son habileté, qu'il fut successivement Medecin du Roi Edouard V 1. de la Reine Marie , & enfin d'Elizabeth.

Il avoit fi forr à coeur l'honneur des Sciences & des Belles Lettres qu'il fit rebâtir presqu'entierement å ses frais le College de Cambrige où il avoit étudié, & augmenta sesi revenus de son propre bien.

Pitseus dit qu'il n'avoit pas des:

« AnteriorContinuar »