Imágenes de páginas
PDF
EPUB

P. VA- dinaire, il mourut subitement la RIGNON, nuit suivante à l'âge de 68. ans. Son

caractere de Prêtre, son naturel de Geometre & la conformité de fa vie avec ce caractere & ce naturel, ont fait que fa mort,quoique subire, n'a point allarmé ses amis.

Son caractere étoit aussi simple, que la superiorité de son esprit pouvoit le permettre. Il ne connoisloit point la jalousie si ordinaire aux sçavans ; il est vrai cependant, que quand on lui presentoit quelque idée qui lui étoit nouvelle, il couroit quelquefois un peu trop vîte à l'objection & à la difficulté, & qu'alors la vivacité de son esprit & les vûës dont il étoit plein sur chaque matiere, l'empêchoient d'envisager celles qu'on lui offroit; mais on parvenoit aisément à obtenir de lui une attention plus tranquille & plus favorable. Il difputoit ordinairement avec chaleur, mais il rioit ensuite lui-même de cette chaleur qu'il avoit témoignée. Ses manieres étoient franches , finceres & exemtes de tout soupçon d'interêt. Il fe communiquoit aisée ment à ceux qui vouloient profiter P. VAde fes lumieres, & quoique fes le- RIGNON, çons publiques & ses Ouvrages.l'occupaffent suffisamment , il donnoit avec plaisir des leçons particulieres à ses écoliers, qui lui en demandoient. Il étoit en commerce avec les principaux Geometres de l'Europe, & il leur écrivoit souvent des Lettres aussi travaillées que ses Ouvragesinême , parce qu'elles rouloient sur les mêmes sujets.

mens

Catalogue de ses Ouvrages.

1. Projet d'une nouvelle Mechanic que , avec un examen de l'opinion de M. Borelli sur les proprietez des poids fufpendus par des poulies. Paris 1697. in-4°. Découvrir des veritez & en découvrir les sources , font deux choses qui peuvent d'abord paroître inséparables , & qui cependant sont souvent separées. On démon-> troit bien en Mechanique la neceffité de l'équilibre dans les cas où il arrive ; mais on ne sçavoit pas préeisement ce qui le causoit. C'est ce que M. Varignon apperçut par la theorie des mouvemens composez,

Tome XT.

dont par

[ocr errors]

P. VA- & ce qui fait tout le sujet de ce RIGNON. projet.

2. Nouvelles Conjectures fur la pea santeur. "Paris 1690. in 12. M. Varignon conçoit une pierre posée dans l'air , & demande pourquoi elle tombe vers le centre de la terre. L'air est un liquide , conséquent toutes les differentes parties se meuvent en tous les fens imaginables, & une direction quelconque étant déterminée

if n'est pas possible qu'il n'y en ait un grand nombre qui s'accordent à la fuivre. On peut imaginer toutes celles qui s'accordent dans une dia rection, comme ne faisant qu'une même colonne. La piere est donc frappée par des colonnes, qui la poufsent d'Orient en Occident d'Occident en Orient , de bas en haut, & de haut en bas. Les cołonnes qui la poussent lateralement d'Orient en Oecident , ou au contraire, sont égales en longueur , & par conséquent en force, & il n'en résulte à la pierre aucune imprefsion. Mais celles qui la poussent de haut en bas font beaucoup plus

longues que celles qui la poussent P. VAde bas en haut, & cela à quelque RIGNON. distance de la terre où la pierre ait jamais pû être porcée ; elle fera donc poussée avec plus de force de haut en bas

que

de bas en haut , & elle tombera vers le centre de la terre en ligne perpendiculaire, parce que les colonnes laterales égales en force , l'empêchent de s'écarter ni à droite ni à gauche. Tel est le fystême de M. Varignon sur la cause de la pesanteur , qui , quoique fimple & bien lié, a eu peu de fecta. teurs.

3. Eclaircissemens fur Analyse des infinimens petits. Paris 1725. iner 4°: Quoique l'Analyse des infinia mens petits de M. le Marquis de l'Hopital n'ait pas trop besoin d'éclaircissemens, & que les personnes qui la lisent après les préliminaires Geometriques qui conviennent , y trouvent autant de clarté que de methode , il est vrai cependant qu'un homme aussi exercé dans cette Analyse que l'étoit M. Varignon ne peut manquer de donner , finon de fimples explications, du moins

P. VA- des additions considerables qui dé RIGNON. veloppent de plus en plus cette

science de l'infini. (Mem. de Trem voux, Juill. 1728.)

4. Nouvelle Mechanique ou. Sine tique , dont le projet fut. donné en 1687. Ouvrage posthume. Paris 1725. in-4. 2. vol. Cet ouvrage a paru par les soins de M. de Fontenelle, à qui l'Auteur avoit legué ses papiers, non-seulement comme à son ami.,. mais encore comme à celui qui étoit le plus capable de les revoir & de les mettre en état d'être donnez au Public. C'est un système de Mechanique fondé sur le principe des mouvemens composez.

Ce font là les Ouvrages de M. Varignon qui ont paru separément. Les Memoires del Academie des Sciences & les Journaux renferment un grand nombre de petites Pieces de fa façon , dont je vais donner un des tail exact. Memoires de l' Academie des Sciences.

Année 1692. De l'a&tion de l'eau sur le fond d'un vaisseau plus large en bas qu'en hauta

« AnteriorContinuar »