Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

les Mff. qu'il avoit eu de M. Lima PH. DE borch, pere de celui dont je parle. LimSon fils Philippe de Limborch publia BORCH. ensuite ce second avec une longue Préface d Arnold Poelembourg , & une autre de fa façon , où il entreprend de défendre les Remontrans contre les accusations de leurs ennemis..

5. Trente-deux Sermons sur differens Textesa Par Simon Epifcopius. (en Flamand) Amsterdam 1669. in4o. Limborch eft l'Editeur de ces Sermons.

6. Stephani Curcellai Opera Theologica omnia. Amftelodami Elzevir. 1675. in-fol. La plupart des Ouvrages contenus dans ce volume n'avoient pas encore été imprimcz. C'est ce qui engagea Limborch, qui avoit beaucoup d'estime pour Etienne de Courcelles, dont il avoit été dif. ciple , de les ramasser pour les donner au Public

7. Theologia Chriftiana ad Praxim pietatis ac promotionem pacis Christiana unicè directa. Amftelodami 1686. in4°. Editio altera ab Auctore recogniti & aucta. Amstelodami 1695. in-fok

BORCH.

* Se trouve

PH. DE Tertia editio. Amftelod. 1700. in-fol. Lim- Quarta editio. Accedit Relatio Hifto

rica de origine dão progressu controverfiarum in fæderato Belgio de Pradeftinatione. Tractatus Posthumus. Amfte

todami 1715. in-fol*On n'avoit point à Paris,chez vû avant cer Ouvrage de Systême Baiaflon.

entier de la Theologie des Remontrans. Epifcopius & de Courcelles , qui avoient entrepris ce travail, moururent tous deux avant que d'avoir pû achever leurs Institutions. Outre cela ces deux Auteurs s'étoient for mez des plans fi vaftes , qu'ils n'auroient pû les mettre en execution , qu'en composant plusieurs volumes. in-fol. Limborch , qui fut chargé par les Remontrans de donner un Corps. de Theologie selon leurs idées, l'em xecuta. dans ce volume, où tous: Leurs sentimens sont expofez succinctement , mais avec beaucoup de netteté & fort méthodiquement. On en a fait des Traductions Flamande & Angloise. L'Ouvrage pofthume, qui a été ajoûté dans la quatriéme édition , procurée par Gisbert Oftens, a été imprimé féparément en Flamand la même année à Anti

Aerdam in-8°. avec une longue Pré- PH.DE face, où l'on tâche de justifier les LimRemontrans. des accusations que BORCH. Jacques Fruitier a intentées contre eux dans un Livre Flamand inti. tulé : Les combats de Sion. On peut voir un long extrait de la Theologie Chrétienne de Limborch dans le second volume de la Bibliotheque Universelle

[ocr errors]

8. De Veritate Religionis Christiane amica collatio cum erudito Judeo. Suba jungitur huic Libro Tractatus , cui tie tulus Urielis Acofta exemplar vita humana , addita ejt brevis refutatio ata gumentorum , quibus Acosta omnem Religionem revelatam impugnat. Goue de 1687. in-4°. Le Juif dont il s'agir iei , étoit un Efpagnol nommé Ifaac Orobio , qui pratiquoit la Medecine à Amsterdam, & qui mourut peu de tems après l'imprefion de cet ouvrage. Limborch eut avec lui une conférence en 1636. & il le ré duisit à avouer qu'il étoit hors d'état de prouver la verité de la Relie gion revelée par Moyfe, & à dire: qu'il falloit que chacun demeurat dans la sienne , parce qu'il ne par:

LIM

PH. De apporter aucune preuve de la verité

de la Rcligion Mofaïque, dont on BORCH. ne pût se servir bien plus fortement

en faveur de celle de Jesus-Christ. Il sentit qu'il lui étoit beaucoup plus facile de trouver des objections contre les sentimens des Chrétiens, que de faire voir la verité de ceux des Juifs, & il se trouva si embarassé, qu'il en vint jusqu'à dire , que s'il étoit né de parens qui euffent adoré le Soleil, il ne voyoit pas pourquoi il changeroit de Religion. Comme il avoit étudié en Efpagne la Philosophie Scholastique , il avoit appris à disputer , mais nullement à distinguer le vrai du faux. Les objections contre la verité de la Religion Chrétienne sont exposées ici dans tout leur jour , & refutées avec beaucoup de force & de netteté. Uriel Acofta, dont l'Ouvrage se trouve dans ce volume, étoit un Déifte Portugais, qui se tua à Amfterdam il y a environ quatre-vingt ans. Limborch détruit par des raisons très-folides celles par lesquelles il prétendoit prouver qu'il n'y avoit point de Religion veritable , que

celle

[ocr errors]

celle qu'il nomme naturelle. Il a PH. DE traduit presque entierement ce Li-LIMvre en Flamand, & il a été impri- BORCH. mé en cette Langue à Amsterdam en 1723, in-4°. par les soins de Jean de Goede , qui y a joint une longue. Préface,où après avoir parléd'Orobio, il rapporte un fait qui concerne notre Auteur & qu'il est bon de rap

porter ici,

Une fille d'une honnête famille d'Amsterdam , âgée de vingt-deux ans, mais fort adonnée dès son enfance à l'étude de la Religion,ayant' voulu apprendre l'Hebreu, eut le malheur de se laisser féduire par un Juif, qui le lui enseignoit; de maniere qu'elle forma le dessein d'embrasser la Religion Juïve. Sa mere employa plusieurs Theologiens pour la ramener , mais inutilement, parce que s'engageant à prouver la verité, de la Religion Chrétienne à priori , comme parlent les Philosophes , par l'Ancien Testament, ils se trouvoient exposez à toutes les réponses & les objections que les Juifs ont inventées depuis long-tems pour se tirer d'affaire ayeç affez de subTomie XI.

E

« AnteriorContinuar »