Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Jur les taches du Soleil & de la Lune, A. Paou sur les Volcans celestes , ou l'on con- RENT. firme le Systême établi dans la premiere partie. Fevrier 1716. p. 321. La premiere partie de ce Memoire se trouve dans le Mercure de Paris du mois de Janvier 1716.

15. Suite des Remarques sur les Vola cans , il est parlé des Volcans cachez fous les eaux ; ou explication des trombes ou colomnes d'eau qui s'élevent de la mer jusqu'aux nuës, es par occafion des Ouragans & des Monfons. Juin 1716. p. 1169. Entre plusieurs Ouvrages Mfr

. que M. Parent a laissez, il s'en est trouvé quelques-uns de devotion , la vie de ce grand oncle, (M. Mallet) à qui il écoit redevable de son éducation, & les preuves de la Divinité de Jesus-Christ en quatre parties. Tout cela a passé entre les mains de M. de la Faye , Capitaine aux Gardes & Membre de l'Academie des Sciences, qui étoit son executeur testamentaire.

V. fon éloge par M. de Fontenelle,
Hift. de l'Academie des Sciences, an-
née 1716.
Tome X 1.

F

PIERRE PETIT.

IERRE à P.PETIT. en 1617. Quoique cette date

ne soit marquée en aucun endroit , la mort de Petit arrivée au mois de. Decembre 1687. dans sa foixantea onziéme année en fait connoître la verité. Si l'on s'en rapportoit à Pae tin, on reculeroit de beaucoup fa. naissance ; car il le fait dans une de fes Lettres du 21. Octobre 1653. âgé seulement de 24. ans , & fui, vant ce calcul il feroit né en 1629. Mais on sçait qu'il n'est rien de plus fautif que les Lettres de Patin, qui mandoit souvent à fes amis plutôt ce qu'il s'imaginoit , que ce qui étoit veritablement. Il est plus sûr de s'arrêter à ce qu'en dit l'Abbé Nicaise, qui l'a connu particulierement , & qui a consulté fa veuve pour compofer l'éloge qu'il a donné de ce Sçayant. M. de la Monnoye avoit d'abord suivi la date de Patin, mais il a changé de sentiment dans la suite , persuadé que la date de M. Nicaise étoit sûre.

Petit , qui étoit fils du Greffier de S. Victor, selon Patin , étudia P.PETIT. plusieurs années en Medecine, d'abord à Montpellier , où il fut reçu Docteur, & ensuite à Paris, où il fe fit paffer Bachelier ; mais il negligea dans la suite l'exercice de la Medecine,pour se donner tout entier aux Belles Lettres.

Il demeura pendant quelque tems chez M. le Premier Président de Lamoignon en qualité de Précepteur de ses enfans , & passa ensuite dans la Maifon de M. Nicolaï, Pred mier Président de la Chambre desi Comptes , qui voulut l'avoir auprès de lui en qualité d'Homme de Let

tres.

Il a beaucoup compofé, & l'on

peut dire

que la meilleure partie de sa vie s'est passée à cela. Il écrivoit avec beaucoup de facilité , & ses meilleurs Ouvrages ne lui ont coûté que fort peu de tems. Il étoit trèsversé dans la lecture des anciens Auteurs Grecs & Latins, & fes écrits font connoître l'étenduë de les connoiffances & la profondeur de for érudition. M. Nicaife trouve

P.PETIT.une chose à redire en lui, c'est qu'il

décidoit trop vîte du merite des Ouvrages qu'il lisoit , & quil se laiffoit facilement prévenir sur ce fujet , sur tout lorsqu'il s'agissoit de personnes dont les sentimens étoient contraires aux siens; il revenoit cependant dans la suite à un jugement plus équitable , lorsque son premier feu étoit passé.

Il se maria dans un âge assez avancé, & il étoit déja vieux , lorsque la mort d'un de ses freres lui laissa une assez bonne succession, qu'il partagea avec un autre frere qui lui restoit, ce qui le mit plus au large qu'il n'avoit été jusques-là.

Il mourut le 12. Decembre 1687dans fa 71. année , & fut enterré à S. Etienne du Mont.

Catalogue de ses Ouvrages.

1. In Obitum Gabrielis Naudei Epicedium. 1653. Parif. It. dans le Recüeil intitulé : Gabrielis Naudai tumulus. Paris. 1659. in-4°

2. De Motu animalium Spontaneo Liber unus. In quo partim Aristotelis de hujus motus principio, fententia illuftratur , partim nova Mufculorum

[ocr errors]

motûs ratio indagatur. Paris. 1660.

P.PETIT. in-8°. Petit étoit un grand partisan de la Philosophie Peripatéticienne , & il n'a negligé aucune occasion pour solltenir les sentimens d’Arif-. tote & pour combattre ceux de Def. Cartes, comme on peut le voir dans cet ouvrage & dans les suivans.

3. De Lacrymis Libri tres. Parif. 1661. in-8°.

4. Vita seu Elogium Gabrielis Magdeleneti. Cet Eloge se trouva à la tête des Poësies Latines de cet Auteur imprimées à Paris en 1662.

in-12.

5. De Ignis Lucis Natura Exercitationes ad Ifaac. Voffium. Parifiis 1-663. in-4.

6. Defenfio Exercitationum de Ignis & Lucis Natura. Paris. 1664. in-4°. C'est une réponse à Vossius , qui est adressée à M. Menage ami particulier de Petit

7. De Extensione anima rerunt incorporearum natura. Libri duo. Paris. 1655. in-84. Cet ouvrage eft contre M. de la Chambre.

8. Epistola Apologetica Ant. Men joti de variis fe&tis ample&endis examen.

« AnteriorContinuar »