Imágenes de páginas
PDF
EPUB

de cet

pophagorum Dissertatio. Ultraj. 1683. P.PETIT. in-8°. M. de Bauval

porte Ouvrage le même jugement que du precedent.

20. In tres priores Aretei Libros Comment arii. Una cum Dissertatiuncula de Petiti Vita & copiofos in eofdem Commentarios indice. Londini 1726. in-. pp. 128. C'est M. Maite taire qui a publié cet ouvrage polthume, & qui a dressé la Vie de Petit qui est à la tête.

21. Il a fait aussi quelques Poëmes Latins qui ont été publiez en differens tems; tels font, Lutetia defiderium de Ludovici Magni in Urbem reditu. Vitilitigator, &c. Celuici roule sur la chicane. Il le fit contre un de ses alliez, qui lui avoit suscité un procès , & il y décric ingénieusement toutes les rufes qu'un plaideur employe pour soûtenir une mauvaise cause.

Il avoit composé outre cela un grand nombre d'Ouvrages qui n'ont point été imprimez., & dont on peut voir la liste dans son Eloge dressé par M. Nicaise & dans le Jour. nal des Sçavans du 18. Avril 1689.

P.Petit. V. fon Eloge par M. Nicaise ,

Fourn. des sçavans du 12. Janvier 1688. Baillet Jugem. des Sçavans.

MATTHIEŲ PALMIERI, M. PAL

ATTIEU Palmieri naquit M

à Florence vers l'an 1405. MIERI,

Jean-Baptiste Gelli dans ses capricci del Bota:o Firenza. 1548. in-8°, fait parler ainfi fon Tonnelier ; >> Reilouvenez-vous un peu de Mat. »thieu Palmieri , votre voisin, qui » a été toute sa vie Apoticaire, & » qui cependant se rendit fi habile » dans les Belles Lettres, que les Flo. 9 rentins l'envoyerent en ambassade » au Roi de Naples; emploi qui lui » fut donné uniquement pour la ra» reté du fait , & afin qu'on vît en » lui un homnie qui, quoique d'u>> ne baffe condition, s'étoit applia » qué à l'étude fans abandonner fa

profession; & je me souviens d'a. » voir oui dire que ce Prince s'é» cria après l'avoir entendu : Quels 1) doivent être les Medecins de Flo'rence, puisqu'il y a des Apoticai a res li habiles !

des Hömutes Illuftres. 77 Il est étrange , & presque incroya. M. Pata ble , que Gelli , qui demeuroit à Flo- MIERI. ience , & qui sçavoir la maison où il avoit demeuré, ait osé debiter fi hardiment une fausseté fi injurieuse à Palmieri , qui étoit d'une des premieres familles de cette Ville , & que personne n'ait relevé ce qu'il dit,qu'il étoit d'une basse condition.

Il est vrai que Palmieri étoit du Corps des Apoticaires, mais il ne s'erfluit pas de là qu'il fût de basse condition. Ceux qui font un peu au fait de l'Histoire de la Republique de Florence , sçavent que personne n'y étoit admis aux Charges fans être aggregé à quelque Corps de Marchand ou d'Artisan', ce qui lui donnoit un air plus populaire. Or les Palmieri étoient depuis longtems aggregez au Corps des Apo ticaires, qui étoit un des plus confiderables, & ils exerçoient cette profefion noblement. Gelli ne pouvoit pas ignorer cela ; mais comme il étoit lui-mênre d'une bafle naissance & artisan, il tâchoit de déprimer les autres Sçavans, pour les mettre à fon propre

niveau.

M. PAL- Palmieri écoit donc d'une famille WIR!. considerable à Florence , & fes ancê

tres ont poffedé les premieres Charges de la Republique ; ce qui lui a fait donner par Barthelemi Scala le nom de primarius Civis. Alemanno Rinuccini dans l'Oraison funebre de

Palmieri , témoigne que la famille 'étoit originaire d'Allemagne; fait qui est assez probable par la parenté qu'elle a avec celle des ContiGuidi , qui en est incontestableiment venuë.

Si Gelli s'est trompé en faisant Palmieri de basse condition, il s'est trompé encore en rapportant le motif qui lui

procura

l'Ambaffade auprès du Roi de Naples, puisqu'il avoir déja été dans ce tems-là employé à des négotiations importantes & à des affaires confiderables. :

Premierement en 1439. année où il étoit encore fort jeune, il se trouva au Concile de Florence, com. me il le marque lui-même dans fa Chronique:

Le premier Novembre 1445. il fut élu Prieur , & il en exerça la Charge pendant ce mois & le fuiEn 1453. il fut chargé de faire M. PALl'Oraison funebre de Charles Mar- MIERI. fuppini Secretaire de la Republique.

vant.

Ce fut en 1455. qu'il fut envoyé en Ambassade à Alphonse Roi de Naples, & l'on trouve dans quelques Memoires manuscrits de Cie nelli, qu'il harangua ce Prince en trois Langues , en Espagnol, en Latin & en Italien.

Il paroît par le Catalogue des Gonfaloniers de Justice , dressé par Jacques Nardi, qu'il remplit cette dignité pendant les mois de Septembre & d'Octobre de la même

année 1455.

Au mois de Juin 1466. il fut envoyé à Rome , pour folliciter la Canonisation du B. André Avelin , & ensuite à Sienne pour y négocier quelques affaires.

Au mois de Septembre de la mê. me année il fut de nouveau envoyé à Boulogne au Cardinal Legat. : -L'année suivante 1457. il fut choifi pour être du Conseil des dix , & on l'élut pour la seconde fois Prieur le 1. Novembre 1468. Enfin l'an 1473. il alla à Rome

« AnteriorContinuar »