Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

On eût fait toutes les éclnfes ifolden alt de Briarre, qu'elles n'outient dn con u'un seul bateau, & que toutes les eussent été égales à la chûte moyenne, osant qu'il ne passe par ce canal qu'une venant de Moret , tandis qu'il en pulle nant de Briarre , on verra par la note us (1), que l'on n'auroit dépensé pour t bateaux que neuf cent quarante. ises cubes , tandis que l'on en depenie

, ment mille sept cent trente-deux, presque le double.

3 cambres d'érules du 118! Aktivtre all cong soits ce fustri. ; i wa u

14.4 kiu' pour SE 2 ayt , # ** U* NACH Amber - 191165 cta, tras*** (**, YA

4

وه لاوه مه رهواره و و .

-Imra: bar, Sur le***,

***,

Yrity ? au quo ' s jashop

زه او سر به عربستان و

3. SIA.0.31 st"

ا ه ه ه ه ه ه ه ه و ی ی ی ی ی

S'il passe un bateau venant de Moret, contre cinq venant de Briarre , la dépense d'eau, fi toutes les chûtes étoient égales, feroit de fix cent quatre-vingt toises, tandis que par la disposition a&uelle de ces écluses, on en dépenseroit mille trois cent soixante-cinq, ce qui est exactement le double.

Au canal de Languedoc , si l'on suppose qu'il passe deux bateaux venant de Toulouse, contre trois venant de la Méditerranée, on trouve (1) que dans l'état actuel, ces cing

[ocr errors]

(1) Les chambres d'écluses du Canal de Languedoc ont soixante-neut toises de superficie; si les bas-joyers, au lieu d'être en ligne courbe, étoient paralleles, elles n'en auroient que quarante-deux toises. Un bateau venant de Toulouse , à la suite d'un autre dépensera au troisiéme corps d'écluse, qui est double & qui a quinze pieds deux pouces de chûte, 174 toises , & au quatriéme corps d'écluses de l'autre côté du point de partage qui a neuf pieds trois pouces de chûte , 106 to. í, & en tout deux cent quatre-vingt-une toises.

Celui qui viendra à la rencontre, trouvera en montant le fixiéme corps d'écluses avant le point de pare tage, qui est quadruple & a vingt-sept pieds neuf pouces de chûte, il faudra , pour le remplir, trois cent dixneuf toises ; & s'il venoit à la suite d'un autre , il dépenseroit encore à la seconde écluse en descendant, qui a neuf pieds trois pouces de chûte , cent quinze toises ; en tout 434 to..

S'il passe sur ce Canal deux bateaux venant du côté de Toulouse , contre trois venant de Beziers, la dépense de ces cinq bateaux fera 281 + 319 + 174 + 319 + 434 = 1528.

Si toutes les écluses eussent été isolées, & de sept pieds dix pouces de hauteur de châte, qui eft la chûte moïenne des écluses , & que les bas-joyers eussent été paralleles, la dépense de ces cinq bateaux eût été 110+55 +55 to 55+ 110 = 385.

bateaux dépensent quinze cent vingt-huit toites cubes; au lieu qu'ils n'en dépenseroient que trois cent quatre-vingt-cinq, si toutes les écluses étoient isolées , qu'elles n'eussent que la chûte moyenne de celles de ce canal, qui est de sept pieds dix pouces , & que leur fas fût ređangulaire; la forme ovale qu'on leur donne, est , comme nous le verrons ciaprès, une des causes principales de la grande quantité d'eau que dépensent ces écluses.

Je me suis borné à calculer la dépense de l'eau sur les écluses qui sont proche du point de partage , quoiqu'il s'en trouve de plus élevées dans la même prise d'eau , telle que la neuviéme après le point de partage du côté de Toulouse , qui a douze pieds de chûte , & la trente-uniéme du côté de Beziers, qui a douze pieds sept pouces : mais celles-ci sont un peu éloignées du point de partage, elles sont placées à la suite de biefs assez longs; & comme ces bateaux passent des deux côtés, les écluses contigues qui dépensent beaucoup d'eau en pure perte, compensent celles qu'une plus grande hauteur exigeroit. Cepen dant si une grande quantité de bateaux venoient à la suite les uns des autres, il fau, droit toujours , du côté de la descente

? compter la plus haute des écluses, ce qui augmenteroit encore la quantité d'eau trouvée.

L'on voit par ces exemples, que la distribution des chûtes des écluses fait perdre beaucoup d'eau dans ces deux canaux, puisque si leurs écluses étoient rectifiées, avec la quantité d'eau actuelle on feroit passer quatre fois plus de bateaux qu'il n'en passe sur le canal de Languedoc, & environ le double par le canal de Briarre. Lorsqu'on se sert dans celui-ci des écluses à deux bateaux, qui joignent le point de partage , la différence est bien plus considérable ; il est vrai que l'on ne fé fert de ces écluses, que lorsque les eaux sont hautes , & qu'alors on eft moins intéressé à les ménager que lorsqu'elles sont basses : cependant, comme on diminue toujours par-là l'eau des réservoirs, il n'en est pas moins vrai que si elle étoit bien ménagée, ces réservoirs en fourniroient plus longtemps.

Enfin, on peut conclure que s'il n'y a actuellement de l'eau que pour faire passer cinq mille bateaux aux canaux de Languedoc & de Briarre , & que l'on rectifiât leurs écluses en leur donnant des chûtes uniformes, & les faisant toutes isolées, la même eau feroit passer dix-neuf mille huit cents bateaux au canal de Languedoc , & douze mille fix cents à celui de Briarre.

Ces considérations sont d'autant plus importantes, que l'on fait qu'il n'y a pas plus d'eau qu'il n'en faut au canal de Languedoc, & que le canal de Briarre en manque souvent. Il seroit affez difficile de remédier entiérement aux écluses du canal de Languedoc , par rapport à leur forme qu'il faudroit changer; mais du moins on pourroit isoler les écluses contigues qui font près du point de partage, ce

« AnteriorContinuar »