Imágenes de páginas
PDF
EPUB

RÉFLEXIONS
POLITIQUES

DE

BALTASAR GRACIAN

SUR LES PLUS GRANDS PRINCES,

ET PARTICULI É R E M E N T

SUR FERDINAND LE CATHOLIQUE.

Ouvrage traduit de l'Espagnol, avec des Notes historiques de critiques.

[merged small][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

E Traducteur de L'HOMME DE
COUR, & celui de L'HOMME
UNIVERSEL & du HE'R OS,
se sont apliqués à faire connoître

la personne, les ouvrages & le caractére de BALTASAR GRACIAN : c'est un Auceur dificile à entendre, plus encore à traduire , qui se sert souvent de la métaphore & de l'hyperbole, homme d'imagination & de sens. Qu'il me soit permis de

rapeller les paroles du Traducteur de L'HOMME DE COUR sur l'Ouvrage dont on donne icy la Traduction. C'est , dit-il, un éloge exceßlif de Ferdinand, & au sentiment de quelques Savans , le meilleur ouvrage de Gracian. Dans un autre endroit il l'apelle Vne Critique Royale un chef-d'æuvre de Politique.

[ocr errors]
[ocr errors]

On a coutume de louer l'Auteur que l'on traduit : l'amour propre nous fait souhaiter que les autres ne soient pas moins touchés que nous des ouvrages pour lesquels on déclare son goût d'une maniére li positive , quand on fait tant que de les traduire. Ce n'est point l'atrait de la nouveauté qui me séduit , mais celui de la verité qui ne veut point être trahie : cet ouvrage de Gracian péche par l'ordre & par la méthode ; il abonde de traits brillans , mais la transition des uns aux autres est forcée, les métaphores sont outrées, les éloges qu'il fait le sont encore plus, les termes sont peu éxacts; l'Ouvrage, en un mot, est dans le goût qui regnoit de son tems en Espagne, & ce caractére est assez celui de ses autres Ouvrages. Mais, dirat-on, quel motif peut donc engager à le traduire ? Ces défauts n’excluent point certaines pensées remplies de fel, des sentimens qui touchent le coeur & qui élevent l'esprit , des maximes qui instruisent : le composé est bizarre , mais il plaît. Je me servirois volontiers de la comparaison de l'architecture Gothique avec l'architecture des Grecs & des Romains, pour comparer le goût qui regnoit du tems de Gracian avec le goût épuré de ce siécle : l'architecture Gothique est chargée d'ornemens ; il y a des parties détachées , qui sont dé. licates, achevées ; on y reconnoît de la hardiesse & de la légéreté, & le tout quoique barbare sur,

[ocr errors]

:

[merged small][ocr errors]

P R E F A C E. prend , se fait admirer. L'Architecture Romaine ne manque point d'ornemens , mais les ornemens en font le moindre mérite ; de la proportion de toutes les parties, de leur symétrie, de leur ordre, il résulte une noblesse qui dans sa simplicité laisse tout à admirer , rien à critiquer : l'éxamen des

parties ne distrait jamais de celui du tout , & aucune même ne peut être considérée que commé relative au tour dont elle est la partie. Le caractére de l'architecture Gothique nous donne celui des Ouvra. ges de Gracian : le caractére de l'architecture Romaine , nous aprend quel doit être celui d'un Ouvrage parfait.

L'Ouvrage Espagnol a pour titre: EL POL ITICO DON FERNANDO EL CATOLICO, Al excelentissimo Segnor Duque de Nochera. Je me suis trouvé dans la même nécessité où ono êté les Traducteurs des autres Ouvrages de Gracian, de changer le titre. J'en ai substitué un autre plus propre

à faire concevoir une jufte idée de ce que cet ouvrage renferme.

Gracian a dédié son Livre au Duc de Nochéra, C'êtoit François-Marie , Duc de Nochéra , Comte de Soriano , Marquis de Saint Ange , & Grand d'Espagne , qui mourut disgracié en 1642, après avoir été Viceroy d'Aragon & de Navarre. Il des. cendoit d'une branche de la famille des Caraffes , Maison illustre du Royaume de Naples, où est

a

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »