Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Héros en Italie, mais lorsqu'il eut succombé sous les armes de Scanderberg (1), sa disgrace fournit à ce peuple infidéle l'occasion d'un foulevement général, & d'un nouveau massacre des François : ces furieux crurent se remettre en liberté, mais ne pouvant fixer leur inconstance, ils revinrent quelques années après demander des fers à Louis XI. De pareils sujets méritoient peu qu'on voulût être leur maître; Louis XI leur fit cette dure & indécente réponse qu'ils ne s'étoient que trop attirée: Vous vous donnez donc à moi, moi je vous donne à tous les diables. Il se réserva cependant les droits qu'il avoit sur eux, mais il se déchargea du fardeau de les gouverner sur François Sforce Duc de Milan , auquel il donna en fief les Villes de Gênes, de Savone, & leurs dépendances. Cette inféodation fut renouvellée en faveur de tous les Sforces successivement, & tous prêterent serment de fidélité, soit à Louis XI, soit à Charles VIII,

(1) Voir dans ce même Chap. l'art. de Naples.

liv. 4.

Guicciard, Lorsque Louis XII eut conquis le

Milanès , pris Ludovic Sforce, &ab

sorbé tous ses droits, il fut reçu En 1502. dans Gênes en Souverain & reçut le

ferment de fidélité des habitans. Mais le trouble étoit l'élément des Génois; ils se révolterent, ils se soumirent , on leur pardonna ; ils se révolterent encore , élurent un Teinturier, nommé Paul de Nove , pour leur Doge, exercerent mille infolences & mille cruautés. Louis XII fut contraint de

faire violence à son caractère indulEn 1907. gent , il passa en Italie avec une ar

mée formidable, les Génois lui opposerent une résistance opiniâtre, mais inutile ; ils furent forcés de se rendre à discrétion; ils perdirent leurs immunités, payerent de fortes amendes , virent punir du dernier fupplice leurs principaux Chefs, & bénirent encore la clémence du Vainqueur, qui vouloit bien s'appaiser à ce prix. Depuis ce tems ils écrivoient au Roi: Regi Christianisimo Domino nostro, & souscrivoient Fidelissimi subjecti, Tout cela n'empêcha pas que ce peuple toujours entraîné à la révolte par

un penchant malheureux & invincible, ne secondât quelques années après les vûes turbulentes de Jules II contre la France, ne changeât encore plusieurs fois la forme de son Gouvernement, & ne détruisît presque entiérement la domination Françoise à Gênes.

La mort de Louis XII laissa tous ces affronts impunis ; on verra quelle fut la conduite de François I à l'égard de cette Nation indocile.

Pour ce qui concerne les prétentions, on sent bien que les Génois s'étant donnés à tout le monde, tout le monde croyoit avoir des droits sur eux; mais la multitude même de ces prétentions en montroit la foibleile. L'Empereur réclamoit très-mollement de vieux droits acquis par Charlemagne, conservés quelque tems par ses premiers Succefleurs', abandonnés & perdus par les autres. Les François étoient les seuls, qui produisiffent une multitude de traités tous authentiques, tous modernes, tous exécutés, con

firmés par des actes de jurisdi&ion suivis & multipliés. Les Rois de France joignoient à ces titres le droit de conquête , & un autre droit encore dont il appartient plus à l'humanité qu'à la politique de fixer la valeur , c'est que les Génois n'avoient jamais été heureux que sous la domination Françoise.

CHAPITRE CHAPITRE III.

Intérêts, vues, dispositions des diverses Puissances de l'Europe. Caractère

des principaux Souverains. Il faut maintenant examiner quels étoient les intérêts des diverses Puissances de l'Europe , dans quelles difpositions elles étoient à l'égard de la France, quels étoient le caractère, les talens , les ressources des principaux Souverains que Franço

François alloit combattre , ou avec lesquels il alloit traiter.

ITALI'E.

L’Italie où la guerre alloit d'abord être portée, étoit partagée en cinq grands Etats; le Duché de Milan, l'Etat de Florence, l'Etat de l'Eglise, le Royaume de Naples, & la Seigneurie de Venise.

Les petits Etats qui subsistoient à l'ombre de ceux-ci, étoient ou des Yilles occupées à défendre leur liTome 1.

F

« AnteriorContinuar »