Imágenes de páginas
PDF
EPUB

épousé Béatrix de Bourgogne, fille de Jean de Bourgogne, & de l’héritiere de Bourbon-l'Archambaud, dont les descendans de Robert prirent le nom, lorsque, sous Charles le Bel, la Baronnie de Bourbon eût été érigée en Duché-Pairie , en faveur de Louis I, fils aîné de Robert.

La maison de Bourbon étoit alors divisée en trois branches principales, celle de Montpensier, celle de Vendôme & celle de Carency.

BRANCHE DE MONTPENSIER,

Charles l'aîné, de la branche de Montpensier, & par conséquent de toute la maison de Bourbon , étoit un Héros alors bien utile s depuis bien fatal à la France. Il étoit fils de ce malheureux Gilbert de Montpenfier, mort à Pouzzols, dans les guerres de Naples sous Charles VIII; il étoit frere de ce Louis de Montpensier, à qui l'aspect du tombeau de son pere avoit donné la mort. Ce n'est point ici le lieu de parler du mariage du Duc de Bourbon, ni de la pallion invincible qu'il eut le malheur d'inspirer à la mere du Roi. Fran çois I, à son avénement, lui donna l'épée de Connétable, que personne n'avoit portée (1) depuis Jean de Bourbon, mort en 1488.

Charles de Bourbon, nouveau Connérable, avoit un frere nommé François , qui éprouva aussi les bontés du Duchesne, jeune Roi; ce fut en la faveur que des Villes. le Vicomté de Châtelleraud fut érigé En işise en Duché-Pairie , & non en faveur du Comte de S. Pol, comme le dit Mézeray.

BRANCHE DE VENDÔM E. L'aîné de la branche de Vendôme se nommoit Charles de Bourbon comme le Connétable. François I érigea aussi en fa faveur le Comté de Vendôme en Duché-Pairie, (2) &

(1) Varillas prétend que la Comtesle d'Angouléme eur à vaincre quelques répugnances de la part du Roi, mais qu'elle lui représenta : qu'il étoit important de faire voir à ses sujets qu'il n'avoit mi la baselje d'ame ni la timidité de ses quatre Prédérelleurs, qui n'avoient osé confier leur épée à des Prince de leur sang , de crainte de les redouter ensuite. Bévue d'autant plus singuliere que Varillas lui-même dans la vie de Charles VIII, observe d'après tous les Hiftoriens ,

, que ce Roi avoit fait Jean de Bourbon Connétable. D'ailleurs la baseffe d'ame de Lonis XIICA une expression bien étonnante.

(2) Au mois de février 1sis.

lui donna le Gouvernement de l'INE de France & de la Picardie. Le Duc de Vendôme fut l'aïeul de Henri IV, il venoit d'épouser Françoise d'Alençon, veuve de François II, Duc de Longueville, mort en 1513.

François de Bourbon, Comte de S. Pol , frere du Duc de Vendôme, ne dégénéroit point de la valeur de sa maison;» car de cette race de Bourpo bon , dit Brantôme , il n'y en a point » de poltrons , ils sont tous braves & » vaillansa. François I l’aimoit tendrement, & l'admettoit à tous ses plaisirs : le Comte de S. Pol étoit plus Soldat que Général ; il eût brigué avec plus d'empressement l'honneur d'un coup de main, d'une commisfion périlleuse , que le commandement le plus glorieux. Il aimoit le péril pour le péril même, & le regardoit presque comme le feul moyen d'acquérir de la gloire.

La branche de Vendôme avoit formé celle des Princes de la Roche-sur-Yon,depuis Ducs de Montpensier, dont la tige étoit Louis de Bourbon, qui vivoit alors,

BRANCHE DE CARENCI.

Il n'y avoit alors de cette branche que Bertrand de Bourbon-Carenci, qui fut tué cette année à la bataille de Marignan, & qui ne laissa point de postérité. La branche de Carenci avoit formé celle de BourbonDuisant, dont étoit Philippe de Bourbon, qui mourut aufli fans postérité.

Il y avoit encore quelques Princes de la branche de Dreux, issue du Roi Louis le Gros, mais la plâpart vivoient sans éclat & loin de la Cour.

En 1540 François de Dreux & ses freres furent assignés devant les Elus de Lizieux, pour être imposés à la taille , leur extrême pauvreté & l'obfcurité qui en étoit la suite , les ayant fait croire roturiers. Ils prouverent qu'ils étoient réellement de la Maison de France & de la branche de Dreux.

Les Courtenai, pareillement issus de Louis le Gros , fervoient l'Etat avec honneur, & vivoient quelque

fois à la Cour, quoique dans un éclat trop

inférieur à leur naissance.

MAISON LEGITIME'E D'ORLEANS

DE LONGUEVILLE.

Il restoit quatre rejettons de la branche légitimée d'Orléans-Longueville , qui defcendoit du frere unique de Charles VI, par le fameux bâtard de Dunois. » Ce brave

Seigneur , dit Brantôme, sema une » telle semence de générosité en toute

sa race, qu'elle s'en est toujours reso 5sentie.

On ne vit plus reparoître à la tête des armées Louis I Duc de Longueville qui avoit perdu la bataille de Guinegaste, & qui tirant un grand avantage d'un grand malheur, avoit conclu la paix avec l'Angleterre pendant fa prison. Son mariage avec l'héritiere de Neuf-Châtel, lui

procura cette Souveraineté.

Ses trois fils Claude , Louis II & François, Ducs de Longueville, furent employés sous François I, dans les armées & dans les négociations.

« AnteriorContinuar »