Imágenes de páginas
PDF
EPUB

noissance envers son Gouverneur par 1515. les dispositions qu'il fit dans sa Cour.

Mém. de Il mit Gouffier Boisy à la tête des Du Bellay. affaires, en lui associant Florimond Liv. I. Robertet ; le même Gouffier eut l'Of

fice de Grand-Maître de la Maison du Roi; il falloit en dépouiller la Palice qui en avoit été pourvu par Louis XII. La Palice fut noblement dédommagé par le Bâton de Maréchal de France; cette derniere dignité étoit d'autant plus glorieuse qu'elle étoit alors plus rare. Françoisi l'ennoblit encore en décidant qu'elle seroit désormais à vie, au lieu qu'elle n'avoit été jusques-là qu'une commissic révocable. Il n'y avoit eu qu’un Maréchal de France dans l'origine, le nombre ensuite en avoit été fixé à deux, puis à trois. François I l'augmenta jusqu'à quatre, & mếme pendant quelque tems jusqu'à cinq, les guerres qu'il eur à soutenir lui donnant plus de sujets à récompenser (1). On avoit vu aussi jusqu'à quatre Maréchaux de France sous Charles VII, qui 1515. vouloit attacher les Guerriers à son parti par l'attrait des récompenses. François I, finit par réduire le nombre des Maréchaux de France à trois. Les quatre qui l'étoient en 1515 étoient Trivulce, Lautrec., d’Aubigny, nommés

(1) Ce que dit le Pere Daniel dans sa Milice Françoise , liv. 9. chap. 1. sur le nombre des Maréchaux de France sous François I n'est pas

exact; pous suivons la Chronologie historique Militaire

par

Louis XII , & la Palice ou Chabannes , nommé par François I.

Le Comté d'Angoulême fut érigé en ( 1 ) Duché pour Louise de Savoye. Son fils l'avoit peutêtre encore plus flatrée en nom

Belcar. hit mant le Duc de Bourbon Connéta- Gallic. live ble; ce fut aulli à la considération 15.1. . qu'il fit Chancelier Antoine Duprat, Premier Président du Parlement de Paris : Etienne Poncher, Evêque de

Mém. de Paris, qui tenoit les Sceaux, » les Du Bellay. s remit sans regret comme il les avoit » maniés sans reproche , dit Mézerai, . Le Roi donna quelque tems après à

liv. I.

faire sur les originaux du dépôt de la Guerre, par M. Pinard, Commis au Bureau de la Guerre. Ce fut François I qui honora les Maréchaux de France du citre de Cousins.

(1) Le 4 Février 15132 Tome la

1

Duprat l'Hôtel de Piennes, près des 1515. Augustins, que Charles VIII avoit

Belcarius , acquis. Le génie de ce Duprat trop hift. Gallic décrié par la foule des Historiens , & alii pasjim, ne se renfermoit point dans les bor

nes de la Législation & de la Magiftrature, il embrassoit toutes les

parties de l'administration ; la guerre même étoit de son ressort , il traça plus d'une fois avec intelligence le plan d'une campagne , & dirigea de son cabinet les opérations des Généraux. La Duchese d'Angoulême put

le
coup

d'essai de son crédit , avoit été de procurer les deux plus grandes places de l'Etat aux deux hommes les plus habiles, & peutêtre les plus dangereux.

Louis XII, depuis sa réconciliation avec l'Angleterre, reprenoit ses projets de conquête sur le Milanès, & travailloit à ses armeniens, résolu de passer de nouveau les Alpes au printems prochain. François I, plein du même objet, fit continuer secretement ces préparatifs : d'un autre côté il s'occupa tout entier à renouveller les Traités faits avec son Pré

se fatter que

Mém. de

décesseur & à tâcher d'en conclure de nouveaux,

ISIS Toutes les Puissances amies ou neus tres lui envoyerent des Ambassadeurs pour le féliciter sur son avénement; il profita de l'occasion pour négocier avec elles.

Le Roi d'Angleterre ne pouvoit oublier qu'il avoit été trompé dans tous les Traités qu'il avoit faits avec l'Empereur & avec le Roi d'Espagne. Les fréquentes treves conclues par liv. 1.

Du Bellay, ces deux Monarques, sans sa participation, tandis qu'il faisoit seul & à grands frais la guerre à l'ennemicommun, l'avoient dégoûté de leur Alliance ; il se hâta de renouveller avec

Les Avril, François I, le Traité fait l'année précédente avec Louis XII.

L'Archiduc Charles devoit au Roi Guicciard, de France un hommage pour les liv. 12. Comtés de Flandre, d'Artois & de Charolois.

La situation de ces Etats, l'indo- Belcar. live cilité de ses Sujets, les successions 15.n. 2. d'Espagne & d'Autriche qu'il devoit recueillir un jour , sa foiblefle préfente , l'intérét de la grandeur future,

[ocr errors]

Mém. de

tout le forçoit, comme on l'a dit, do 1515. ménager la France.Le Traité de celle

ci avec l'Angleterre , rendoit encore la paix plus nécessaire à l’Archiduc; placé entre ces deux puissans voisins, il avoit à craindre qu'ils ne s'accordassent

pour le dépouiller & partaDu Bellay, ger les Etats. Il se jetta donc deluiliv. I.

même entre les bras de François I, qui fut charmé de pouvoir l'arracher aux conseils de Maximilien & de Fer-'

dinand. Le Comte Henri de Nassau Belcar.liv. vint à Paris, en apparence pour rens

dre hommage au nom de l’Archiduc.. 25 & 31 Mars (1) fon Maitre, mais en effet pour

. traiter avec François I. (2) Ils con

5.n. 2.

Traité des

(1) Les plénipotentiaires de l'Archiduc, outre le Comte de Nassau, écoient Michel de Croy, Chevalier de la Toison d'Or, parent de Chiévres, Michel de Pavie , Doyen de l'Eglise de Cambray , Philippe Dales, Maître d'Hôtel de l'Archiduci Mercurin de Gattinara, qui fut depuis son Chancelier , Jean Caulier, Maître des Requêtes de son Hôtel, Gilles Vandesdamme, son Secrétaire. Ceux du Roi furent , non le Duc de Vendôme , comme le disent plusieurs Historiens, mais le Chancelier Duprat , Jean d'Albret d'Orval, parent du Roi de Na. varre, le Maréchal de Lautrec, le Bâtard de Savoye , oncle du Roi, & Imbert de Bastarnay, Chea valier de l'Ordre.

(2) Dans le Préambule du Traité, les deux.

« AnteriorContinuar »