Imágenes de páginas
PDF
EPUB

d'un côté l'espérance légitime que le Roi d'Angleterre auroit des fils qui 1518. excluroient Marie du Trône; de l'autre, la facilité de rompre dans la suite un engagement dont la consommation étoit renvoyée à un tems trèséloigné, puisqu'alors la Princesse d'Angleterre n'avoit pas quatre ans, & que le Dauphin avoit à peine un an.

Les Anglois auroient bien voulu que Tournay servît de dot à Marie. C'eût été différer la restitution de cette Place jusqu'au tems du mariage: Bonnivet insista pour qu'elle se fît à l'instant, moyennant une somme dont on conviendroit, & il l'obrint. On convint que le Roi payeroit d'abord deux cent soixante mille écus pour la citadelle, que les Anglois avoient construite , & pour les munitions de guerre & de bouche qu'ils devoient y laisser, trois cent mille autres écus dans douze ans, & qu'il reconnoîtroit avoir reçu encore trois cent mille autres écus pour la dot de la Princesle. On convint aulli d'une entrevue des deux Rois entre Bou

logne & Calais, mais on n'en fixa 1518. point le tems. Les Anglois se pique

rent de procurer à la France toutes les facilités possibles pour le payement. François I n'avoit point alors d'argent & ne sçavoit où prendre les deux cent soixante mille écus qu'il falloit donner d'abord. Le Roi d'Angleterre se contenta de prendre huit ôtages des plus illustres & des plus riches Maifons. C'étoient les Seigneurs de Morette , de Mouy, de la Meilleraye, de Montpezat (1), de Melun, de Mortemart, de Grimault,

de Montmorency de la Rochepot & Mém. de de Hugueville. Le Maréchal de ChâDu Bellay, tillon, en les livrant aux Anglois I.

, fut mis en possession de Tournay, de Mortagne , de S. Amand & de leurs territoires.

(1) De Montpezac d'Agenez , qui , selon Brancome n'a rien de commun avec le Montpezat de Quercy

depuis Maréchal de Frances (Homm. Illuftr. de Brant.) il paroît que Brantão me a sur tout cela des idées bien confules. Antoine de Lertes qui prit le nom de Montpezat & qui fixe Maréchal de France, étoit de l'ancienne Maison de Montpezat par fa mere, & les de Lectes & løs Montpezac écoient également du Quercy.

Tandis que les François avoient la fortune pour eux, ils voulurent en profiter & avancer leurs affaires dans ce pays-là. Ils avoient rétabli Thérouanne , que les Anglois & les Impériaux avoient brûlé en 1513; déja ils entamoient une négociation pour la reftitution de Calais. C'eût été fermer entiérement la derniere des playes que les Anglois avoient faites autrefois à la France. Le Roi d'Espagne s'allarma de ces projets d'aggrandissement des François du côté des Pays-Bas, il se hâta de gagner Volley que François I venoit de blesser par le refus de l'Evêché de Tournay sur lequel ce Cardinal avoit compté. Dès-lors il ne fut plus question de Calais , mais l'affaire de Tournay heureusement terminée augmenta dans l'Europe la réputation de François I. Les succès du cabinet donnerent un éclat folide à la gloire de ses armes ; dans le méme tems il fe rendoit de plus en plus formidable à l’Angleterre, en faisant bâtir & fòrtifier à l'embouchure de la Seine l'e Havre-de-Grace, & en s'unissant

1918. Coffe.

liv. 13.

plus étroitement que jamais avec l'EGuicciard,

Depuis la conquête du Milanès , toutes les Puissances recherchoient à l'envi l'amitié de François I; toutes s'empressoient à lui fournir des occasions de gloire dont le profit devoit être pour elles. Le Pape l’invitoit à la défense de la Chrétienté contre les Turcs qui la menaçoient alors: l'Empereur offroit de lui céder toutes ses prétentions sur l'Italie moyennant des sommes considérables, & pourvû que François I. l’aidât à subjuguer les Princes de Germanie, & à réduire l’Empire en Monarchie absolue (I). Le Roi de Dannemarck demandoit son secours pour opprimer les Suédois.

Les remontrances du Pape parutent toucher François I, le titre de vengeur de la Religion Alatta fon courage & fa piété. Il convoqua dans

(1) Puffendorf se trompe lorsqu'il dit qu'on ne voit point dans l'histoire qu'aucun Einper ur avant Charles-Quint, eûr entrepris d'opprimer les Princes de l'Empire , & de se rendre maitre absolus de coute l'Allemagne.

fon Palais une assemblée des Princes & des Grands de son Royaume (I). 1518, Le Légat Bibiena vint en leur préfence exposer les dangers de l'Europe, la desolation de l'Asie & de l'Afrique, les conquêtes rapides de Se- Belcar. liv. lim Empereur des Turcs,la réduction de la Syrie , l'oppreflion d’Ismael Sophi, l'extinction entiere de l'Empire des Mamelus, dont Selim avoit fait pendre le Roi, les vastes projets de ce vainqueur qui embrassoit déja la conquête de toute l'Europe, qui ne parloit que de rétablir dans fa splendeur premiere, l’Empire de Constantin ( dont il se disoit successeur) & de redonner à cet Empire son ancienne étendue ; qui prêt à suivre les traces de Mahomet II , & tournant comme lui ses vues sur l'Italie, faisoit à la Vallone vis-à-vis Otrante des armemens formidables. Ce torrent alloit tout inonder, fi l'Europe réunie ne

16. n. 1.2.35

(1) Les Croiiades que les Papes proposerent dans le quinziéme & le seizième ficles, & qui n'eurent point lieu, auroient eu sur celles des onziéme, douziéine & treizième siécles, l'avantage d'être défensives & par conséquent plus raisonna bles,

« AnteriorContinuar »