Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

munca

ter un jour. Charles VIII occupole Mém. de alors ce trône, il avoit même un fils, Philips de qui en écartoit encore la branche de Godef, 1. d'Orléans, dont la branche d'Angou: lême n'étoit

que cadette,

GÉN É A LOG I E, Tige com- L'une & l'autre descendoient de

Charles le Şagė, par Louis I Duc d'Orléans , qui avoit épousé Valentine de Milan, fille de Jean Visconti, Seigneur de Milan,

La nuit du 23 au 24 Novembre 1407.le Duc d'Orléans sortant de chez la Reine, fut affafliné dans la rue Barbete par ordre du cruel Jean Duc

de Bourgogne , son cousin-germain, Loys Gol- Ce fut à la fois le crime de la jalousie hit , Mém. & de l'ambition. 'Le Duc d'Orléans gnons , liv. galant & indiscret, comptoit publi10. chap: 3. quement la Ducheffeide Bourgogne na{"des

Ur- au nombre de ses conquêtes, mais fins, Hift. de sur-tout il disputoit au Duc de Bourannée 1507, gogne les rênes du Gouvernement édit

. de Dependant la démence de Charles VI; ays Gode

ces deux Princes abusoient à l'envi froy. Monstelet

, du pouvoir précaire & borné qu'ils Chroniques, s'arrachoient l'un à l'autre. Le peuple

com. 4. 6.36,

[ocr errors]

ns, IS08.

qu'ils opprimoient tour-a-tour pref

que également, mertoit pourt?nt entr'eux une juste différence : en ffe , le Duc de Bourgogne étoit plein de vices & de fureurs ; le Duc d'Orléans n'avoit

que

des passions & des foi-
blesses.
La veuve du Duc d'Orléans, moins

Jean Javetendre que fiere , souffrit patiemment al des Ur

année sa mort, & mourut de douleur de n'avoir pu la venger.

Monstrelet,

Chron. che
Le Duc d'Orléans laissa trois fils ; 49.
Charles Duc d'Orléans , pere de
Louis XII ; Philippe Comte de
Vertus , qui ne laissa point de postéri-
té légitime ; & Jean Comte d'An-
goulême, ayeul de François I.

Il eut aussi de Mariette d'Enghien,
femme d'Aubert de Cany, Gentil-
homme de Picardie, ce Comte de
de Dunois , qui s'honoroit du nom
de Bâtard d'Orléans , parce qu'il l'a-
voit lui-même honoré par ses ex-
ploits. Il fut la tige de la Maison de
Longueville.
BRANCHE D'ORLEANS.

Charles Duc
Charles , fils aîné du Duc d'Or- e particuliére

d'Orléans, 11léans, vécut malheureux & mourut de la branche

d'Orléansa

A ij

[ocr errors]

1411, 1412 , 7413

[ocr errors]

de douleur comme sa mere. A peine sorti de l'enfance, il se trouva chargé du devoir pénible de venger son pere sur un criminel puissant & armé

de l'autorité. Il implora la justice du Tean Juvenal des Ur- Roi; la justice tremblante se taisoit fins, années devant l'affaflin ; Charles eut recours

aux armes,il appella des Anglois; mais Monftreler, bien-tôt il sentit qu'il est toujours Chron. chap.

plus grand de servir l'Etat , quelque 37, 147, 148, injuste qu'il puisse être , que de le & sui vans , troubler pour l'intérêt le plus sacré;

il céda au tems , & tourną fa valeur contre ces mêmes Anglois qu'il avoit introduits en France; il tomba dans leurs fers à la bataille d'Azincourt, & consuma ses plus belles années dans l'ennui de la captivité ; il n'en sortit qu'après vingt-cinq ans par les soins généreux du fils du meurtrier de son pere. C'étoit Philippe le Bon, Duc de Bourgogne. Ce Prince s'étoit trouvé dans les mêmes conjonctures que le Duc d'Orléans ; il avoit eu comme lui un pere à venger (1), il

vode

(1) Le Duc de Bourgogne Jean , assassiné par la faction Orléanoise , sur le pont de Montereau ,

dans son entrevûe avec le Dauphin ( depuis Chara les VII).

1435 ,

Avoit comme lui ouvert les portes du Royaume aux Anglois , & comme lui 's'en étoit repenti; rendu à la

Montreler; bonté naturelle de son cour, il avoit, Chron. anon peut le dire, pardonné en Maître vols. à fon Roi (1), en Pere à l'Etat, en Héros au Duc d'Orléans, dont il paya en partie la rançon. Alors toute discorde fut étouffée, l'assassinat du Duc de Bourgogne avoit expié l'afsassinat du Duc d'Orléans ; on détesta ces crimes & on les oublia. Une paix fincere réunit les Maisons d'Orléans & de Bourgogne; le mariage de Charles avec Marie de Cléves, niéce de Philippe le Bon, mit le sceau à la réconciliation,

Charles s'occupa toujours tendrement des intérêts de la Patrie ; il vit avec douleur la conduite altiére & violente de Louis XI, ramener dès le commencement de son regne les troubles

que la prudence de Charles VII avoit pacifiés. Dans une af

Clande do femblée des Etats tenue à Tours, il de Louis XII,

Seysel, Hilt.

(1) Charles VII, par la Paix d'Arras conclue GD 1435.

liv. 2.

vier 1464.

Louis II. Duc

Matthieu parla contre ces nouveaux désordres de Louis Xi: avec la liberté que son rang , son

expérience , & ses vertus sembloient Mezerai. M. Duclos, autoriser ; le Roi, dont l'oreille suHif.de Louis perbe s'offensoit de la vérité , lui XI, liv. 3.

répondit avec une aigreur outrageanLe 4 Jan- te , qui précipita en deux jours ce

Prince fenfible au tombeau.

Louis II (1) son fils exerça longd'Orléanı, dia fuis , Louis tems dans l'adversité les vertus qui XII. Roi de firent dans la suite le bonheur de la

France. Louis XI persécuta en lui & le nom d'Orléans qu'il haissoit , &

le mérite personnel, toujours suspect Claude de aux tyrans. Il imagina un genre de Seyffel, Hift persécution afforti à son caractère de Louis XII. artificieux; il prit soin de marier ho

norablement ce jeune Prince pour le priver (2) de postérité ; il le força d'épouser Jeanne de France sa fille , Princesse vertueuse, mais difformex

France.

(1) Du nom d'Orléans , connu parmi les Rois de France , sous le nom de Louis XII.

(2) Tel est du moins le motif que les Historiens attribuent à Louis XI , & fon caraere rend leur conjecture vraisemblable, quoiqu'il fût affez naturel de penser que Louis XI vouloit procurer à sa fille un établissement avantageux,

en la marinac au premier Prince du Sang..

« AnteriorContinuar »