Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

autres

en

[ocr errors]

terré dans le Monastere dont il étoit CONSTANTIN fondateur.

VII. Ann. 945

Ce Prince auquel l'élévation de sa VI.

famille avoit coûté tant de travaux, Sort des & même des crimes & des perfidies fans de Ro- en vit périr une partie de son vivant; inain.

le reste s'éteignit bientôt après lui Zon. p.193. Joël p. 180. sans laisser de trace. Romain fils de

Du moulante Christophe étoit mort avant son

. Byz. 147. pere. Michel son autre fils qui avoit

reçu le privilege de porter la robe impériale , en fur dépouillé, & réduit au rang des clercs. Leur mere Sophie déja chassée du palais , fut enfermée dans un cloître. On fit eunuque Romain fils d'Etienne, aussi bien que Basile bâtard de Lécapene. Ce fut ce Basile qui vêcut le plus long-temps & qui se distingua davantage. Il survêcut à Romain surnommé Mosele fils de Constantin Lécapene ; ce Ro

; main accompagna Zimiscès dans son expédition de Russie. Le patriarche Théophylacte , le plus jeune des fils de Romain Lécapene, continua encore pendant huit ans à déshonorer la mémoire de son pere & à profaner le fiege de Constantinople par ses dés réglemens.

VII.

VI.

ceux

qui

L'histoire n'a

pas

oublié d'observer que tous ceux qui avoient prêté CONSTANTIN leurs mains à la violence exercée

Ann. 9451 contre Romain, eurent une fin tragique.Nous verrons sous le regne du fils, Fin malde Porphyrogenète Basile l'Oiseau , heureuse de principal auteur d'une conjuration, avoient démourir misérablement dans l'isle de main.

trôné Ros Proconèse. Marien fut écrasé sous Incert. con

tin. p. 272, une planche qu'une femme lui jetta 273, du haut d'un fenêtre. Le général Diogene fut tué par deux Negres qui étoient au service d'un de ses ennemis. Curtice fit naufrage en allant en Crete & fut englouti dans les eaux, Cladon, Philippe & plusieurs autres eurent le nez & les oreilles coupés pour s'être engagés dans une révolte.

Constantin âgé de quarante ans, régnoit depuis trente-quatre ans , si de Constanl'on fait commencer son

regne

Cedr.p.635. mort de son

pere.

Mais on peut dire 636. que jusqu'à l'expulsion de Romain , Zon. p.193.

, Glycas page ce Prince avoit éré perpétuellement 301. en tutelle , & qu'il n'avoit porté que tin.p. 277, le nom d'Empereur. D'abord son on- & jeggo cle Alexandre, ensuite sa mere Zoé & une foule de tuteurs, presque tous

VIII. Caractere

à la tin.

Incert. con

VII

Ann. 945

ausli méprisables qu'elle, avoient abuCONSTANTIN sé de son enfance pour déchirer &

piller l'Empire. Il n'avoit encore que quinze ans, quand Romain Lécapene s'empara du trône. Ce collegue hautain & jaloux le tint comme cap. tif, sans lui donner aucune part aux affaires; ensorte que devenu seul Empereur, il se trouva sans expérience, dans l'âge où tous les talens ont leur énergie & toutes les vertus leur maturité. Son inutilité s'étoit tournée du côté de l'étude. La géomé. trie, l'astronomie , la musique remplirent les momens qui devoient être consacrés à s'instruire de l'art de régner. Dans un temps où le goût des lettres étoit presque entiérement éteint , il embrassa tout le systéme de la littérature. Après avoir rafsemblé une bibliotheque nombreuse qu'il rendit publique , il travailla luimême & fit travailler sous fes yeux à extraire de cette multitude d'ouvrages ce qu'il y avoit de plus utile. C'est à ses soins & à ses ordres qu'on est redevable des livres d'agriculture intitulés Geoponiques , des traités

1

de la médecine vétérinaire nommés Hippiatriques. Mais l'ouvrage le plus CONSTANTIN considérable qui ait paru sous son Ann. 9450 nom, est le grand recueil , où il avoit rassemblé sous cinquante-trois titres tout ce qu'il avoit trouvé de plus mémorable dans les Anciens sur les différentes matieres. On auroit pu nommer ce recueil les Pandectes Hiftoriques. Il n'étoit extrait que des auteurs Grecs ; car les écrits des Latins n'eurent jamais de cours parmi les Grecs qui n'estimoient que leur langue & leurs productions. Il ne nous reste de ce recueil que deux articles, le vingt-septieme qui traite des Ambassades , & le cinquantieme, des vertus & des vices. Le reste a subi le même sort, que les originaux qu'il a fait perdre; & c'est en général le mauvais service que ces abrégés rendent à la littérature ; l'ignorance parefleuse trouve dans ces ouvrages de quoi satisfaire une vanité superficielle, qui aime à s'inftruire à peu de frais, pour discourir de tout sans rien savoir. Il n'est pas certain que Conftantin soit lui-même l'auteur de tous

VII.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

CONSTANTIN ces écrits ; mais ceux qui lui appar

; tiennent comme sortis de la plume & Ann. 945. qui sont parvenus jusqu'à nous , .

sont les deux livres qui contiennent la description géographique des provinces de l'Empiro tel qu'il étoit alors; ces provinces 'se nommoient Themes; & le traité de l'administration de l’Empire , qui entre beaucoup de réflexions fensées se ressent cependant de la superstition & de l'ignorance de son siecle : l'origine, le génie, les forces des nations voisines y font développées avec assez d'étendue , quoiqu'avec quelque confusion; & l'on y trouve des traits qu'on chercheroit vainement ailleurs. On a encore de lui une vie de son ayeul l'Empereur Basile, une histoire

peu

critique de la fameuse image d'Edeffe un fragment de Tactique , dont le manuscrit complet se trouve dans la bibliotheque du Roi, aussi bien qu'un discours sur la translation du corps de saint Jean Chrysostome. Zonaras lui attribue des ouvrages de poésie, dont il paroît par son style que la per: te n'est pas beaucoup à regretter,

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »