Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Phil 14%

IDÉE GÉNÉRALE DU GOUVERNEMENT

E T

DE LA MORALE DES CHINOIS,

ET R É P O N S E A TROIS CRITIQUES,

Par M. D. S****.

M. DCC. XXXI.

I. f.

7

PRE FACE.

[ocr errors]

A , fait dans la vûë de m'instruire deux petits ouvrages ; l'un intitulé ID E'E G E'N I'R ALE

DU GOUVERNEMENT ET DE LA MORALE DES CHINOIS, tirée particuliére

ment des Ouvrages de Confucius: il fut achevé d'être imprimé dans le mois de Janvier 1929; l'autre a pour titre Réflexions Politiques de BALTAZAR GRACIAN sur les plus grands Princes, en particuliérement sur FERDI. NAND LE CATHOLIQUE, ouvrage traduit de l'Espagnol avec des notes historiques es critiques. Je fis imprimer ces deux ouvrages d'une forme in-quarto. La traduction Espagnole a été réimprimée in-douze sans nom d'auteur. Dans les in- quarto mon nom n'est indiqué que par ces trois lettres, M. D. S. Je ne voulois pas que ces ouvrages fussent publics, ni en être connu pour auteur que par ceux qui me connoissoient d'ailleurs. L'auteur des nouvelles Eclésiastiques ( dans la suite de ses nouvelles du 2 1 Avril 1731) parle de l'un & de l'autre de ces ouvrages, plus du premier que du second, & il a mis mon nom dans ses nouvelles. Le Nouvelliste du Parnasse a aussi parlé de l'un & de l'autre : le Journaliste de Trévoux n'a parlé que des réflexions politiques de Gracian.

Les observations de ces trois adversaires sont si oposées les unes aux autres , que cette contrariété, si elle n'est une preuve justificative , elle fait au moins con

[ocr errors]

cevoir un préjugé désavantageux d ces trois critiques. Le Nouvelliste Éclésiastique médit de la personne de Gracian, pense plûrôt du bien que du mal de son ouvrage, & en disant qu’on reconnoît dans la traduction & dans les notes la plume & l'érudition du P. Tournemine , dit párconséquent qu'il est bien écrit, & sçavant. Le Nouvelliste du Parnale ne dit pas de mal de la traduction, ni des notes, mais il déclame contre les ouvrages de Gracian. Le Journaliste de Trévoux est l'apologiste continuel de Gracian, & m'ataque fur la traduction, & sur les notes soit historiques soit critiques. Je répondrai à chacun d'eux en particulier. Le Journaliste est d'une société que je refpecte, & dont plusieurs membres de considération m'honorent de leur amitié : j'en préviens le lecteur, parce que telle est la foiblesse de la plậpart des hommes,qu'une réponse solide paroît presque toujours une réponse ofençante. Exposer les dificultés du Journaliste dans leur vrai jour c'est souyent les refuter. Une semblable refutation est sui. vie de confusion : à quoi doit-on l'atribuer ? à la nature de la critique, à la nécessité de se défendre, & non point au ressentiment.

Je me suis déterminé à rendre publique l'idée du gouvernement & de la morale des Chinois parce qu'il convient pour mon entiére juftification que cet ouvrage le devienne après les calomnies odieuses & sans aparence de vrai-sem- , i blance dont l'auteur des nouvelles Eclésiastiques a voulu me noircir, Etre ataqué en même tems par l'auteur des nouvelles Eclésiastiques, & par le Journaliste de Trévoux, c'est un Phenomene littéraire,

-??

IDE' E

« AnteriorContinuar »