Imágenes de páginas
PDF
EPUB

trouver le dey, et tâcher d'amuser par des fables son impétueuse ardeur. Vous, madame, préparez-vous à le recevoir. dissimulez, efforcez-vous que vos regards, que sa présence blesse, soient désarmés de haine et de rigueur; que votre bouche, qui ne s'ouvre tous les jours que pour déplorer votre infortune, tienne un langage qui le flatte ne craignez point de lui paraître trop favorable, il faut tout promettre pour ne rien accorder. C'est assez, reprit Theodora, je ferai tout ce que vous me diles, puisque le malheur qui me menace_m impose cette cruelle nécessité. Allez, don Juan, employez tous vos soins à fiuir mon esclavage; ce sera un surcroît de joie pour moi si je tiens de vous ma liberté.

[ocr errors]

Le Tolédan, suivant l'ordre de Mezomorto se rendit auprès de lui. Eh bien, Alvaro, lui dit ce dey avec beaucoup d'émotion, quelles nouvelles m'apportes-tu de la belle esclave? l'as-tu disposée à m'écouter? Si tu m'apprends que je ne dois point me flatter de vaincre sa farouche douleur, je jure, par la tête du grandseigneur mon maître, que j'obtiendrai des aujourd'hui par la force ce que l'on refuse à ma complaisance. Seigneur, lui répondit don Juan, il n'est pas besoin de faire ce serment inviolable; vous ne serez point obligé d'avoir recours à la violence pour satisfaire votre amour. L'esclave est une jeune dame qui n'a point encore aimé; elle est si fière qu'elle a rejeté les vœux des premiers seigneurs d'Espagne : elle vivait en souveraine dans son pays; elle se voit cap-"

Vous

tive ici: une ame orgueilleuse doit sentir longtemps la différence de ces conditions. Cependant cette superbe Espagnole s'accoutumera comme les autres à l'esclavage; j'ose même vous dire que déjà ses fers commencent à lui moins ces déférences attentives que peser : avez pour elle, ces soins respectueux qu'elle n'attendait pas de vous, adoucissent ses déplaisirs, et triomphent peu à peu de sa fierté. Ménagez, seigneur, cette favorable disposition; continuez, achevez de charmer cette belle esclave par de nouveaux respects, et vous la verrez bientôt, rendue à vos désirs, perdre dans vos bras l'amour de la liberté.

Tu me ravis par ce discours, s'écria le dey : l'espoir que tu me donnes peut tout sur moi. Oui, je retiendrai mon impatiente ardeur pour mieux la satisfaire; mais ne me trompes - tu point? ou ne t'es-tu pas trompé toi-mêine? Je vais tout à l'heure entretenir l'esclave; je veux voir si je démêlerai dans ses yeux ces flatteuses espérances que tu y as remarquées. En disant ces paroles il alla trouver Theodora, et le Tolédan retourna dans le jardin, où il rencon-tra le jardinier, qui était cet esclave adroit dont il prétendait employer l'industrie pour tirer d'esclavage la veuve de Cifuentes.

Le jardinier, nommé Francisque, était Navarrois; il connaissait parfaitement Alger pour y avoir servi plusieurs patrons avant que d'être au dey. Francisque, mon ami, lui dit don Juan, vous me voyez très afflig Il y a dans ce palais une jeune damne des plus considérables de Va

lence: elle aprié Mezomorto de taxer lui-même sa rançon; mais il ne veut pas qu'on la rachète, parcequ'il en est amoureux. Et pourquoi cela Vous chagrine-t-il si fort? lui dit Francisque. C'est que je suis de la même ville, repartit le Tolédan; ses parens et les miens sont amis intimes; il n'est rien que je ne fusse capable de faire pour contribuer à la mettre en liberté.

Quoique ce ne soit pas une chose aisée, pliqua Francisque, j'ose vous assurer que j'en viendrais à bout si les parens de la dame étaient d'humeur à bien payer ce service. N'en doutez pas, repartit don Juan; je réponds de leur reconnaissance et surtout de la sienne. On la nomme dona Theodora : elle est veuve d'un homme qui lui a laissé de grands biens; et elle est aussi généreuse que riche en un mot, je suis Espagnol et noble, ma parole doit vous suffire.

:

Eh bien, reprit le jardinier, sur la foi de votre promesse, je vais chercher un renégat catalan que je connais, et lui proposer. Que dites-vous? interrompit le Tolédan tout surpris; vous pourriez vous fier à un misérable qui n'a pas eu honte d'abandonner sa religion pour..... Quoique renégat, interrompit à son tour Francisque, il ne laisse pas d'être honnête homme; il me paraît plus digne de pitié que de haine, et je le trouverais excusable si son crime pouvait recevoir quelque excuse. Voici son histoire en deux mots.

Il est natif de Barcelone, et chirurgien de profession. Voyant qu'il ne faisait pas trop bien

ses affaires à Barcelone, il résolut d'aller s'établir à Carthagène, dans la pensée qu'en changeant de lieu il deviendrait plus heureux qu'il n'était. Il s'embarqua donc pour Carthagène avec sa mère; mais ils rencontrèrent un pirate d'Alger, qui les prit et les emmena dans cette ville. Ils furent vendus, sa mère à un Maure, et lui à un Turc, qui le maltraita si fort qu'il embrassa le mahométisme pour finir son cruel esclavage comme aussi pour procurer la liberté à sa mère, qu'il voyait traitée avec beaucoup de rigueur chez le Maure son patron. En effet, s'étant mis à la solde du bacha il alla plusieurs fois en course, et amassa quatre cents patagons : il en employa une partie au rachat de sa mère; et pour faire valoir le reste il se mit en tête d'écumer la mer pour son compte.

Il se fit capitaine, il acheta un petit vaisseau sans pont; et avec quelques soldats turcs qui voulurent bien se joindre à lui il alla croiser entre Alicante et Carthagène; il revint chargé de butin. Il retourna encore, et ses courses lui réussirent si bien qu'il se vit enfin en état d'armer un gros vaisseau avec lequel il fit des prises considérables; mais il cessa d'être heureux. Un jour il attaqua une frégate française, qui maltraita tellement son vaisseau qu'il eut de la peine à regagner le port d'Alger. Comme on juge en ce pays-ci du mérite des pirates par le succès de leurs entreprises, le renégat tomba par ses disgrâces dans le mépris des Turcs. Il en eut du dépit et du chagrin il vendit son vaisseau, et se retira dans une maison hors de la

:

ville, où depuis ce temps-là il vit du bien qui lui reste avec sa mère et plusieurs esclaves qui les servent.

Je le vais voir souvent: nous avons demeuré ensemble chez le même patron; nous sommes fort amis; il me découvre ses plus secrètes pensées; et il n'y a pas trois jours qu il me disait les larmes aux yeux qu'il ne pouvait être tranquille depuis qu'il avait eu le malheur de renier sa foi; que pour apaiser les remords qui le déchiraient sans relâche il était quelquefois tenté de fouler aux pieds le turban, et, au hasard d'être brûlé tout vif, de réparer par un aveu public de son repentir le scandale qu'il avait causé aux chrétiens.

Tel est le renégat à qui je veux m'adresser, continua Francisque; un homme de cette sorte ne vous doit pas être suspect. Je vais sortir sous prétexte d'aller au bagne; je me rendrai chez lui, je lui représenterai qu'au lieu de se laisser consumer de regret de s'être éloigné du sein de l'église il doit songer au moyen d'y rentrer; qu il n'a pour cet effet qu'à équiper un vaisseau comme si, ennuyé de sa vie oisive, il voulait retourner en course, et qu'avec ce bâtiment nous gagnerons la côte de Valence, où dona Theodora lui donnera de quoi passer agréablement le reste de ses jours à Barcelone.

Oui, mon cher Francisque, s'écria don Juan transporté de l'espérance que l'esclave navarrois lui donnait vous pouvez tout promettre à ce renégat; vous et lui soyez sûrs d'être bien récompensés. Mais croyez-vous que ce projet

« AnteriorContinuar »