Imágenes de páginas
PDF
EPUB

celles qui nous paroiffent s'éloigner le plus de cette étonnante régularité à laquelle la Nature n'atteint pas toujours, quoiqu'elle ait en elle tout ce qu'il faut pour y arriver.

Je ne parlois dans mon ESSAI que des formes polyèdres à facettes planes déterminées, ce qui m'avoit réduit à ne faire mention que d'un très-petit nombre de Corps du règne minéral, au lieu que j'embraffe aujourd'hui ce règne dans fon entier, en confidérant les fubftances falines, pierreufes & métalliques dont il eft compofé, fous le triple point de vue de CRISTALLISATION DÉTERMINÉE, de CRISTALLISATION INDÉTERMINÉE, & DE CRISTALLISATION CONFUSE: je jette même un coup d'œil rapide fur le petit nombre de celles qui, fans être criftallifées, affectent néanmoins une figure polygone, plus ou moins diftincte, qu'elles ne doivent qu'à la retraite ou au rapprochement fur elles-mêmes des molécules non diffoutes qui les conftituent.

[ocr errors]

L'Ouvrage que je préfente au Public n'est donc pas feulement une Criftallographie auffi complète que le comporte l'état actuel de nos connoiffances, mais encore une Lithologie qui, de concert avec la Minéralogie, mène à des idées générales fur la Théorie de la Terre, dont aucun fyftême ne rendra raifon, fi les CRISTAUX ne font pas la base de ce systême & fon plus ferme appui.

Cette affertion paroîtra fans doute un paradoxe; mais j'espère en porter la démonstration à un tel degré d'évidence, qu'on aura lieu de s'étonner qu'une vérité fi palpable ait pu refter inconnue aux Auteurs des plus brillantes hypothèses fur la formation du Globe que nous habitons.

En effet, ces mêmes Montagnes primitives où l'éloquent Historien de la Nature, l'immortel BUFFON, n'a vu que les bourT foufflures d'une maffe de matière en fufion, que font-elles autre chofe, finon des maffes prodigieufes de CRISTAUX de différente

efpèce, nés dans un fluide que rien ne dé-
montre avoir été celui du feu? Les pro-
duits de ce dernier, répandus en mille
endroits des Ifles & du Continent, & juf-
dans le fein de nos Provinces, font
ques
aujourd'hui trop connus pour qu'on puiffe
déformais les confondre avec les Granites,
les Porphyres, les Jafpes, le Serpentin,
le Roc vif, & tout ce qui conftitue les
chaînes primitives.

Réduire toutes les PIERRES SIMPLES à dix genres principaux, dont les caractères diftinctifs, tirés de la forme, de la pefanteur & de la dureté spécifiques, font aussi faciles à faifir qu'à retenir; distribuer en trois fections les PIERRES COMPOSÉES, d'après le rapport plus ou moins immédiat qu'ont ces roches mélangées, avec les pierres fimples des dix premiers genres; confidérer enfin chacune des SUBSTANCES MÉTALLIQUES & DEMI- MÉTALLIQUES dans fes divers états de métalléité, de Mine ancienne, de Mine fecondaire ou tertiaire, & de Mine de transport, voilà ce qui diftingue

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

tingue particulièrement cette Minéralogie de toutes celles qui ont paru jufqu'à ce jour.

Le nouveau point-de-vue fous lequel je confidère tous les Corps du Règne minéral, m'ayant obligé de fuivre une route affez différente de celle qu'avoient tracée les LINNÉ, les WALLERIUS, les POTT, les WOLTERSDORFF, les CARTHEUSER, les CRONSTEDT, les SAGE, les Scopoli, les DE BORN, &c., j'ai dû d'autant moins me dispenser d'étayer mes descriptions de l'autorité de ces habiles Minéralogistes, que leurs ouvrages paffent, avec raison, pour claffiques ou fondamentaux, & que le mien, loin de difpenfer d'y avoir recours, ne fait en quelque forte que fuppléer à ce qui leur manque dans une partie qui, par le jour qu'elle prête à la Minéralogie, ne peut qu'en diriger la marche & accélérer fes progrès.

Une Science auffi récente que l'eft encore la CRISTALLOGRAPHIE, une Science qui a contre elle le préjugé, la méfiance Criftall. Tome I.

b

même, qu'infpire naturellement toute nouveauté, & qui de plus fe trouve avoir à lutter contre l'autorité refpectable de quelques Savans qui la rejettent comme illufoire & frivole (2); une telle Science, dis-je, ne doit se présenter qu'avec les

(2) Voyez les Notes 45, 47 & 49 de l'Introduction. Au moment où ceci s'imprimoit, je reçois le premier volume de l'Hiftoire naturelle des Minéraux, par M. le Comte DE BUFFON; je l'ouvre, je le parcours, & j'y lis, page 343 de l'in-4°: « Quand je réduis à ces > trois formes de lames, de filets & de grains, les Crif

tallisations gypseuses, c'est seulement parce qu'elles » se trouvent plus communément; car je ne prétends pas exclure les autres formes qui ont été ou qui feront > remarquées par les Obfervateurs, puifqu'ils trouveront en ce genre, comme je l'ai moi-même observé dans les fpaths calcaires, des variétés prefque innombrables dans la figure de ces criftallifations, & qu'en général la FORME DE CRISTALLISATION n'est PAS UN CARACTÈRE CONSTANT, MAIS PLUS ÉQUI» VOQUE ET PLUS VARIABLE qu'aucun autre des ca»ractères par lefquels on doit diftinguer les Miné

raux.» Je fens combien eft impofante l'autorité d'un homme tel que M. le Comte DE BUFFON; mais il produit fon Ouvrage, je produis le mien : c'eft aux Naturaliftes à décider de quel côté fe trouve l'erreur ou la vérité.

D

« AnteriorContinuar »