Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ROYAUMES
PARTICU-
LIERS,

61

[ocr errors]

12

à la sollicitation des principaux Officiers du Royaume. Siu-
kao établit sa cour à Kin-ling. Il fit alliance avec les Khitans,
& ensuite en déposant le Roi de Ou, il donna à son Royaume
le nom de Tam. Il commença à

à regner l'an

937

de J. C. Il
possédoit 35 Tcheou.

An du Après
Cycle.

Cycle. J. c.
Lie-tçu-fiu-kao-ching , regna 6 ans.

39 942
Yuen-tçung-king , fils de Lie-tçu , regna 19 ans. 58 961
Heou-ichu-jo , fils de Yuen-tçung , regna 14 ans. 62

975
Tai-tçu , Empereur des Sung , étant monté sur le trône de
la Chine, envoya un de ses Généraux , nommé Tçao-pan,
pour détruire les Rois de Tam; ce Général entra dans le
Kiang-nan, se rendit maître de plusieurs places , & battit l'ar-
mée de Tam. Le Roi de Tam envoya des Ambassadeurs à
l'Empereur des Sum, & lui fit représenter qu'il n'étoit cou-
pable d'aucun crime; mais ils furent obligés de s'en retour-
ner fans avoir rien obtenu. L'Empereur des Sum persistant à
détruire cette famille , Tçao-pan s'avança vers la capitale
nommée Kin-ling. Jo vint à la camp de l'armée im-
périale , & se rendit aux Sum. Il fut conduit à la cour , & tout
son pays fut soumis. Cette Dynastie avoit sublisté pendant
39 ans.

L VI.
Royaume des PE-HAN, ou des Han du Nord.
Ces Princes sont des Tartares Hiong-nou , ou Huns , qui
önt regné dans la province de Chan-li, depuis l'an 95 1 jul.
ques vers l'an 279. Voyez dans l'article de la Tartarie Occis
dentale.

LVII.

Royaume de HOU-N AN.
Après que le Royaume de Tçu, dont il est parlé No.LI.
eût été détruit par le Roi des Nan-tam , il s'éleva de nouveaux
troubles dans ce pays. Le Roi des Nan-tam fit des efforts
inutiles pour conserver cette conquête. Lieou-yen, auprès
duquel beaucoup de peuples s'étoient rassemblés, fut recon-
nu l’an 953 par Tai-tçou , Empereur des Tcheou, pour Gou-
verneur de ce pays ; dans ces tems de troubles c'étoit en être

porte du

[ocr errors][merged small]

ROYAUMES
PARTICO-
LIERS.

le Roi. Ce pays étoit situé dans le Hou-kouang. La capi-
tale étoit Lang-tcheou.

An du, Après
Cycle.

Cycle. J. c.
Lieou-yen, tué dans la même année.

61 Kuei, tué. Tcheou-hing-fung.

962 Pao-kuen.

963 Il fut soumis par les Empereurs des Sum l’an 963. Ces Princes possédoient dans le Hou-kouang 14 Tcheou.

روا ہر

956

Outre toutes ces Dynasties, il y avoit dans le voisinage de la Chine plusieurs Empires très - puissans , & qui poffedoient quelques-unes de ses provinces. Les Hoei-ke , qui étoient des Tartares descendus des Huns , étoient maîtres de l'extrémité occidentale du Chen-li; les Khitans, ou Leao, s'étoient emparés des provinces septentrionales, & les Niu-tche ou Man-tcheou leur succéderent. Du côté du Chen-si il y avoit Ja Dynastie de Hia, qui donna beaucoup d'occupation aux Chinois , de même que les autres peuples originaires du Tibet. Lorsque la Dynastie des Sung fut parvenue à l’Empire, elle eut affaire à tous ces Princes étrangers, Tartares & Tibétans, mais il n'y eut plus de petites Dynasties particulieres dans l'Empire. A l'exception de quelques rebelles, cet Empire s'est conservé depuis en entier sous la domination des Empereurs.

On voit par ce tableau, le plus exact que j'ai pu faire de tout l'Empire Chinois , de quelle étendue doit être une Histoire générale de ce Peuple célebre. Les Chinois bien différens de la plûpart des autres nations, se sont toujours appliqués à la conserver , ils ont établi un Tribunal chargé de l’écrire , & ils ont pris en même tems toutes les précautions nécessaires pour faire passer à leurs descendans la vérité

que

la flatterie bannit souvent de l'Histoire. Le Recueil de leurs Historiens forme la plus belle suite que nous ayions fur l'Histoire. Elle est aujourd'hui toute entiere dans la Bibliotheque du Roi.

S05ESC:SCSCS.CC

5293ce5e5c5ce: ******************* 99422coche COS 20907:

TABLE S CHRONOLOGIQUES

DES PRINCES QUI ONT REGNÉ DANS L’ASIE.

LIVRE TROISIEME.

Pays voisins de la Chine.

L A

COR É E.

CORÉE

E renferme dans ce Livre la suite des Princes qui ont J de c'est-à-dire , la Corée , le Japon , & ceux qui sont situés au Sud de la Tartarie , comme le Tibet & les Indes. J'y rassemble , autant qu'il m'est possible , les foibles connoissances que les Chinois ont eues des puissans Empires qui étoient établis dans ces contrées. Ils sont les seuls qui en aient fait mention, principalement des pays de l'Inde, du Tibet & de la Corée. Le Japon a ses Historiens particuliers , qui ont été consultés par Kaempfer. Le P. du Halde nous a tracé une idée des principales révolutions de la Corée; tout le reste nous a été inconnu jusqu'à présent. Cependant je ne dissimulerai pas que ce que je dis ici de ces pays , sur-tout des Indes , est plus capable de nous faire regretter la monumens, que de nous présenter une idée complette des,

perte des

différentes Monarchies qui ont été successivement établies dans cette partie de l'Alie ; mais comme ces parties déta- Corée. chées & imparfaites contribuent au plan que je me suis proposé de faire connaître les Princes de l'Alie , j'ai cru devoir ne les pas négliger. D'ailleurs il ne seroit pas impossible que dans la suite nous ne recevions de l'Inde des connoissances plus particulieres sur l'Histoire de ce pays; la combinaison de tous ces différens morceaux ne peut devenir que très-utile.

I. Royaume de TC H A C-S I E N. A l'Orient de la Chine , & au Sud de la Tartarie Orientale, on trouve un assez grand pays borné à l'Eft, à l'Ouest, & au Midi par la Mer ; nous l'appellons communément Corée, les Chinois, Tchao-sien ou Kao-li, & les Tartares Man, tcheous , Solho. Il forme présentement un Royaume confidérable soumis à un seul Monarque, qui est en quelque façon tributaire de l'Empereur de la Chine. Les Japonois, dont il est voisin, nomment la partie la plus voisine du Japon Tjiosijn , celle qui est au milieu de la peninsule , Corey ; c'est ainsi qu'on prononce au Japon le nom de Kao-li, & c'est de-là qu'on a formé celui de Corée , en usage parmi nous. La troisième qui confine à la Tartarie , est appellée Lie-tai-kit Fakkusai. Anciennement la Corée a été divisée en differens

Van-simRoyaumes indépendans les uns des autres, & assez puissans tum-pou. · pour faire la guerre aux Chinois & aux Japonois. Le premier "um-ico & le plus ancien qui nous soit connu, est celui de Tchaosien, qui étoit situé dans la partie occidentale du pays , & te long de la côte qui regarde la Chine. On trouve encore la ville de Tchao-lien située à cent dix lieues du fleuve Yalo-kiang vers le Midi : il n'étoit habité originairement que par des Barbares, que l'on distinguoit les uns des autres par

es noms de blancs, de jaunes , &c. Les Historiens Chinois prétendent qu'ils avoient été soumis par les Empereurs de la Chine des Dynasties de Hia & de Cham. Après la deftruction de cette derniere., Vou-vam, fondateur de la Dynastie des Tcheou , & qui avoit distribué, comme nous l'avons vu, tout l'Empire Chinois aux Princes de sa famille, avoit donné le pays de Tchao-lien en particulier à Ki-tsu.

[ocr errors][ocr errors]

vers l'an 1122 avant J. C. Ki-tsu étoit parent du dernier CORÉE. Empereur des Cham, & il avoit été renfermé dans une pri

son par ce Prince , dont il n'approuvoit pas la conduite. Vou-
vam lui rendit la liberté, & le créa Prince de Tchao-sien.
Alors Ki - tsu se transporta dans ce pays , donna des loix
à ses nouveaux sujets , & lės poliça. Les Princes qui succé-
derent à Ki-tsu sont inconnus. Ils ont regné pendant plus
de mille ans. Ils ont été quelquefois soumis aux petits Rois de
Yen. Pendant que l'Empereur Chi-hoam-ti étoit maître de
la Chine, le Roi de Tchao-sien étoit appellé Feou. Il eut pour
successeur son fils Tchun. La vingtieme année de son regne
un grand nombre de Chinois, pour éviter les troubles qui
agitoient cet Empire , se retirerent auprès de lui, & il les
dispersa dans ses Etats.

L'an 196 avant J. C. un Chinois du Royaume de Yen ,
nommé Goei-mum , passa dans le Tchao-lien ,.& se soumit
à Tchun , qui lui donna quelques charges. Dans la suite il
se révolta contre Tchun , fe fit déclarer Roi, & établit sa cour
dans la ville de Vam-hien, la même que Pim-siam , à l'O-
rient du fleuve Ya-lo-kiam. Il fit plusieurs fois des courses
dans la Chine. Son petit-fils Yeou kiu regnoit dans l'année
110 avant J.C. Vou-ti, Empereur de la Chine, envoya contre
lui de grandes armées , & loumit vers l'an 109 ce pays, qui
devint province de la Chine.

I I.
Royaume de K AO-LI, ou de CO R E’e.

Premiere Dynastie.
Le Royaume de Kao-li est encore appellé Kao-kiu-li. II
fu. est situé à l'Orient du Leao-tong, dont il est éloigné de mille
Ven-hien- li; au Midi il confine au Tchao-sien & au pays de Goei-me;

à l’Orient il est borné par celui de Vou-tçou ; & au Nord par
celui de Fou-yu. Il peut avoir environ deux mille li d’éten-
due , & il est couvert de montagnes , où il y a des vallées
très-profondes , dans lesquelles les peuples demeurent. Ce
pays qui n'est à présent qu'une contrée particuliere de la
Córée', formoit anciennement un Royaume très-puissant.
Les Princes étoient originaires de celui de Fou-yu. On les
fait descendre de la fille d'un fleuve du pays qui devint grosse

Lie-tai-ki

tum-kao.

« AnteriorContinuar »