Imágenes de páginas
PDF
EPUB

la guerre. Le Khalif la lui
Le Khalif la lui ayant accordée

Mousa enAFRIQUE.

voya Thareq à la tête de quatre cens hommes de pied & de cent cavaliers, sur une flotte de quatre vaisseaux. Cette petite armée fit quelques courses dans le pays , & revint chargée de butin, dans le mois Ramadhan de l'an gi de l'Hegire, de J. C. 710. Mousa envoya de nouveau Thareq à la tête de sept mille hommes , partie Barbaresques , & partie Arabes. Thareq aborda au pied d'une montagne située sur le bord de la Mer, anciennement le Mont Calpe , il lui donna le nom de Montagne de Thareq, en Arabe Dgiabal thareq, d'où

par corruption on a formé le nom de Gibraltar. Il aborda en Efpagne dans le mois Redgeb de l'an 92 de l'Hégire, de J. Č. 711. Le Roi Rodrigue , ayant appris son débarquement, rassembla une armée de cent mille hommes ; Mousa , de son côté, envoya à Thareq un renfort de cinq mille hommes ; ainsi toute l'armée Musulmane ne montoit qu'à douze mille hommes. Le Comte Julien leur servoit de guide. Les deux armées se rencontrerent près du fleuve Leté, ou Quad-al-leté, dans le territoire de Medina sidonia , sur la fin du mois Ramadhan de l'an 92 de l'Hegire, de J. C. 711. Il se donna une suite de combats

pendant huit jours. Les Espagnols furent mis en déroute, & le Roi Rodrigue, qui étoit à leur tête , fut noyé. Thareq poursuivit les fuyards jusqu'à la ville d'Eşija , & s'arrêta près d'une fontaine, à laquelle il donna son nom. Les Espagnols épouvantés s'étoient tous retirés à Tolede, & avoient abandonné les autres villes. Le Comte Julien conseilla à Thareq de partager ses troupes , & d'en former différens corps d'armée. Thareq en conséquence en envoya un à Cordoue , un autre à Grenade, un troisieme a Malaga, un quatrieme à Tadmin, & marcha avec ce qui lui restoit vers Tolede. Tous ces différens corps de troupes s'emparerent des pays qui leur avoient été assignés , pendant que Thareq s'avançoit vers Tolede. Il trouya cette ville abandonnée, les habitans s'étoient retirés dans les montagnes des environs. Il y laissa des Juifs avec un Officier, & alla à Almeïda , où il trouva une table qui n'étoit que de pierreries & de perles ; on prétend qu'elle venoit du Roi Salomon. Il pilla ensuite la ville de Maïa , &

revint à Tolede. Mousa, Gouverneur d'Afrique, informé de ces succès , en devint jaloux. Il entra en Espagne dans le AFRIQUE. mois Ramadhan de l'an 92 de l'Hegirc , de J. Č. 712, à la tête d'une nombreuse armée , dans le dessein d'enlever à Thareq la gloire de cette belle expédition. Conduit par le Comte Julien, il s'empara de plufieurs villes , & vint enfuite faire le siege de Seville , une des plus considérables de toute l'Espagne. Il la prit , & y logea les Juifs, les habitans s'étant retirés ailleurs. L'an 94 de l'Hegire , de J. C. 712, il surprit la ville de Merida. Pendant ce tems-là les habitans de Seville qui s'étoient rassemblés , rentrerent dans leur ville, où ils tuerent tous les Musulmans qu'ils trouverent. Mousa y envoya son fils Abdolaziz , qui reprit la ville, & paffa les habitans au fil de l'épée. Mousa partit de Merida , & prit le chemin de Tolede. Thareq vint au-devant de lui , & se profterna en la présence. La basse jalousie de Moufa le porta à des excès qui le deshonorerent; non content de faire à Thareq des reproches qu'il ne méritoit pas, il le frappa du fouet qu'il tenoit dans sa main. Il entra dans Tolede, & se fit présenter tout le butin que Thareq avoit fait, entre autres choses, la prétendue table de Salomon; mais Thareq avoit eu la précaution d'enlever un des pieds de cette table , & de dire qu'elle avoit été trouvée en cet état. Onen fit faire un d'or en place de celui qui manquoit. Mousa alla prendre Saragosse & d'autres places. Il vint à Barcelone , & pénétra jusqu'à Narbone , dans le pays des Francs, où il fit dresser une statue , avec une inscription qui marquoit le terme de ses conquétes , & il revint.

Dans ces entrefaites il arriva de la part du Khalif Oualid un Envoyé , qui ordonna à Moufa de quitter l'Espagne, & de passer en Orient. Mousa retint auprès de lui l'Envoyé , continua toujours de faire de nouvelles conquêtes, & arriva jusques sur les bords de l'Océan. Il vint dans la Galice , & rencontra dans la ville de Lugo un second courrier ; ne pouvant alors se dispenser d'obéir, il se disposa à partir , & emmena avec lui Thareq. Il laissa en Espagne son fils Abdolaziz , & se rendit ensuite à Ceuta, dont il donna le

gouvernement , ainsi que de Tanger & des environs

à son X x iij

Novairi.

cortoubi.

fils Abdolmalek, pendant qu'Abdallah , son fils aîné, resta en AFRIQUE.

Afrique. Il transporta en Orient la fameuse table, quantité de perles , de meubles précieux, & trente mille jeunes filles. Arrivé en Syrie, il se vanta auprès du Khalif Oualid d'avoir fait la conquête de l'Espagne , & lui présenta la table. Thareq qui l'accompagnoit, soutint ses droits , & engagea le Khalif à demander le pied qui manquoit. Mousa répondit qu'il la lui présentoit dans l'état où is l'avoit prise ; aussi-tôt Thareq fit paroître ce pied , & convainquit Mousa d’impofture. Celui-ci fut chasè, & déposé de ses Gouvernemens. Quelques Historiens prétendent que cette contestation arriva sous Abdolmalek, fils de Qualid. Depuis ce tems l’Espagne resta soumise aux Khalifs qui y envoyerent des Gouverneurs.

XIX.

OMMIADES d'Espagne. Après que les Abbaslides eurent détruit les Ommiades en Bencaldoun kinachibela Orient , Aboul modhaffer abderrahman, fils d'Hescham,

fils d'Abdolmelik , fils de Merouan, passa en Afrique , où Soyouthi.

Abderrahman , fils de Habib, étoit Gouverneur pour les Ximenès. Ommiades. Il espéroit y trouver un asyle , & même du se

cours ; mais le Gouverneur informé de la destruction de la maison d'Ommie , fe tourna du côté des Abbaslides, & voulut tuer Abderrahman avec tous ceux qui l'avoient suivis. Abderrahman fut obligé de prendre la fuite , & de passer chez les Miknes, une des plus puissantes tribus des Berbers. Plusieurs autres tribus le prirent sous leur protection, & écrivirent en la faveur aux partisans des Ommiades qui étoient dans l'Espagne. Ceux-ci envoyerent un vaisseau qu'il monta, & qui le conduisit en Espagne, dans le mois Rabi elaoual de l'an 138 de l’Hegire , de J. C. 755. Les principaux de Seville , & quantité d'autres le reconnurent pour Khalif. Il resta possesseur de cette dignité, & devint Souverain de l'Efpagne, malgré les oppositions de quelques-uns qui s'étoient déclarés en faveur des Abbaslides. Tel fut l'établissement des Ommiades dans l'Espagne. Le Cardinal Ximenès nous a donné une Histoire de ces Khalifs d'Espagne ; l'examen que j'en ai fait, m'a convaincu qu'il avoit eu connoissance de Novairi, dont il ne s'écarte presque point,

Le Card.

An de An del AFRIQUE.

l'Heg. J. C. Aboul modhaffer ABDERRAHMAN el dakhel , surnommé Abou soliman & abousaid.

Après qu’Abderrahman eût été proclamé dans Seville l'an 138 de l'Hegire , de J. C. 755, il marcha vers Cordoue, où étoit Yousouf, fils d'Abderrahman. Il le battit , Yousouf se fauva à Merida , pendant qu’Abderrahman entra dans Cordoue, dont il se rendit maître. Il alla ensuite à Bira , & fit la paix avec Youfouf, après avoir reçu pour ôtage son fils Aboulafouad mohammed. Abderrahman & Youlouf demeurerent ensemble dans Cordoue.

L'an 141 de l'Hegire , de J. C. 758, Youfouf al ahzi ( ou Fahri) mécontent d’Abderrahman, se retira à Merida, où il fut joint par vingt mille hommes , & ravagea le pays. Abderrahman sortit aussi-tôt de Cordoue, & alla vers la forteresse de Madour ; alors Youfouf jugea à propos de tourner les forces contre le Gouverneur de Seville, nommé Abdolmelek,& contre Omar qui étoit à Madour; mais il fut battu , & tué l'an 142 de l'Hegire, de J. C.759, par un de ses gens aux environs de Tolede. On apporta sa tête à Abderrahman, qui la fit mettre sur les murailles de Cordoue. On fit la même chose à son fils Abderrahman.

L'an 142 de l'Hegire , de J. C. 759, un certain Barzeraq, fils de Nooman el gassani , qui demeuroit dans l'ille de Khadra , ou l'ille verte, se révolta , & vint à Medina sidonia, dont il s'empara. Il prit enfuite Seville. Abderrahman l’y vint alliéger , & rentra dans cette ville, après avoir tué le rebelle.

L'an 144 de l'Hegire, de J. C. 761 , des partisans d’Youlouf le révolterent dans Tolede. Hescham , fils d'Adra , qui les commandoit , fe voyant assiégé par Abderrahman, fit la paix avec ce Prince ; mais il ne fut pas plutôt délivré, qu'il se révolta de nouveau, & s'y maintint jusqu'en 147 de l'Hegire , de J. C. 764, qu’Abderrahman envoya

Nadar & Tamam qui prirent Tolede.

Pendant ces troubles , c'est-à-dire , l'an 146 de l'Hegire , de J. C.763, un personnage nommé Ala, fils de Moghiath , vint d’Afrique , & passa à Beja dans

[ocr errors]

An de An de AERIQUE.

l'Heg. J. C. le Portugal, où il voulut faire reconnoître l'autorité des Khalifs Abbassides. Abderrahman le défit près de Seville , & lui tua sept mille hommes. Il fit porter sa tête avec celle des principaux de son armée, dans la ville de Cairouan en Afrique, où on les jetta secrettement dans la place publique. Abderrahman eut encore plusieurs rebelles à soumettre; tel est Saaïd elyahsbi, surnommé elmathari, qui se révolta dans Seville , & qui fut défait par le Général Nadar ; Abdallah, fils de Harasa el aladi , qui se révolta à Jaen , & fit des courses jusqu'à Cordoue ; & quelques autres. Mais le plus considérable étoit un des Berbers des Miknes, maître d'école , qui prétendoit être descendu de Phatima, fille de Mahomet. Abderrahman fut obligé de marcher en personne, l'an 152 de l’Hegire , de J. C. 769. Il envoya ensuite les Généraux qui furent battus , l'an 155 de l'Hegire , de J. C. 772. Ce rebelle ne fut battu & tué que l'année suivante.

Pendant qu'Abderrahman étoit occupé à appaiser ces troubles, l'an 155 de l'Hégire , de J. C. 772, les habitans de Seville , sous la conduite d'Abdolgaffar & de Haïoua , fils de Salames , se révolterent. Abdolmalek, envoyé par Abderrahman , battit les rebelles , & fit rentrer Seville sous l'obéissance des Ommiades. Ce fut en cette occasion que ce Général fit mourir son propre fils , pour n'avoir pas exécuté ses ordres. Il parut encore des rebelles dans les environs de Barcelone, à Saragosse, & en d'autres endroits; ils furent battus.

L'an 170 de l’Hegire, de J. C. 786, il commença la construction d'une superbe Mosquée dans Cordoue, à la place d'une Eglise. Il donna cent mille piéces d'or à cet effet ; mais il ne pur voir la fin de ce bâtiment, étant yenu à mourir les de Rabi elakher de l'an 171 de l'Hegire, de J. C. 787 ; d'autres disent dans le mois Dgioumadi elaoual de l'an 172 de l'Hegire , de J. C. 788, dans la ville de Cordoue. Il étoit âgé de 59 ans. Il regna 33 ans, 4 mois, 14 jours. 172 | 788 Il laissa 11 enfans mâles ; Ayoub , né en Syrie; Soliman; Hescham, qui lui succéda ; Abdallah, né à Valence; Moslima į Ommia ; Yahia ; Mondar, &c. &

[merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »