Imágenes de páginas
PDF
EPUB

vray qu'Hérodote, L. II. c. 142. rapporte que les Prêtres d'Egypte depuis leur prémier Roy jufqu'au dernier Prêtre de Vulcain, qui avoit tenu le Sceptre, comptoient 341. générations & autant de grands Prêtres, autant de Rois. Mais cela prouve-t-il que les Hiftoriens Grecs ayent égalé les régnes aux générations? Peut-on comparer ces Fables à l'Hiftoire réelle? Ces Prêtres font-ce les Hiftoriens? Ces Egyptiens font-ce les Grecs? Quelle différence de ces prétendues générations & de ces prétendus régnes fi reculez à ceux des Héraclides, des Pélopides, des Rois de Sparte, & de Meffene en comparaifon fi voifins des Hiftoriens qui en avoient écrit ? En un mot il s'agit des Grêcs & non pas des Egyptiens, de l'Hiftoire Grecque & non pas des contes des Prêtres de Vulcain de la Ville de Memphis, qu'Herodote ne rapporte que comme des Fables.

Mais c'est trop peu dire, que de foûtenir feulement que la fuppofition de M. Newton n'elt appuyée d'aucune preuve; il y a des raifons qui montrent clairement qu'elle eft fauffe. J'en tire une d'un fait rapporté par M. Newton luimême dans fa Préface. Eratoftène & Apollodore mettoient 17. régnes & 260. ans entre le retour des Héraclides & la bataille des Thermopyles, M. Newton en conclut qu'ils donnoient trop à chaque régne, puisqu'il n'y a point d'éxemples dans l'Hiftoire véritable où 17. Rois ayent régné confécutivement 38. ans châcun; il devoit encore en conclure qu'ils n'avoient point égalé les régnes aux générations, puifqu'ils ne donnoient que 33. ans à la génération, com me Hérodote le dit nettement à l'endroit que j'ai cité, L. II. C. 142. & que dans cet efpace où il n'y avoit que 17, Rois, il y avoit 19. générations,

De plus fine fachant point en particulier le tems de châcun des régnes dont ils parloient, ils les avoient égalez aux générations; comme les générations, les régnes auffi fe trouveroient toûjours de même durée, ou à peu près du même nombre d'années. Cependant dans tous les Etats de la Gréce les régnes font très-différens pour la durée. A Sicyon, les régnes font de 52, 45, 29, 35, 52, 34, 45, 53, 47, 46, 59, 63, 55, 30, 20, 30, 32, 43, 42, 43, 45, 10, 7, 31, 29, 39, ans, &c. A Argos depuis

[ocr errors]

"Inachus, jusqu'à Acrifius la durée des régnes eft de 50, 60, 35, 70, 54, 33, 46, 21, II, 50, 41, 23, 17, 31 ans. A Athènes, les années des régnes font so, 9, 10, 50, 40, 50, 40, 25, 48, 3c, 23, 1, 8, 7, 21. Celles. des Archontes pèrpétuels font 20, 36, 19, 41, 31, 30, 28, 19, 20, 27, 20, 25, 2. A Mycène, les trois prémiers régnes felon Apollodore, furent de 56. ans,les fuivans de 8, 43, 8, 15, 7, 70, 3. En Macédoine 28, 28, 45, 48, 32, 35, 42, 38, 49, 43, 23, 14, 4, 1, 1, 2, 21, 2, 3, 5, 24, 12. Eft-ce là égaler les régnes aux générations? Comment ces anciens Hiftoriens euffent-ils fait autrement, s'ils avoient voulu marquer une grande différence entre un régne, & une génération?

30. Si les anciens Hiftoriens avoient égalé les regnes aux générations, non feulement les regnes devroient être toûjours égaux pour la durée, il ne devroit jamais y avoir dans le même intervalle plus de regnes que de générations, ni plus de générations que de regnes, & l'un & l'autre devroient toûjours aller de pair. Cependant to. dans le même espace de tems en deux différentes branches de la même famille, ou en deux différens Royaumes le nombre des regnes & des fucceffions eft différent. S'ils avoient voulu mettre cette égalité qu'on leur reproche, il leur eût été fi aifé de le faire; Ils n'avoient qu'à partager en deux un des Rois de la fuite qui en avoit le moins, ou à confondre en une feule deux ou plufieurs fucceffions dans la branche qui en avoit trop. L'expédient ne leur étoit point inconnu'; ils l'avoient employé quelquefois, feion M. Newton. 20. Dans le même Royaume le nombre des regnes furpaffe toûjours celui des générations. L'Induction n'en fera pas longue, mais elle fera démonftrative. Le Royaume de Sicyon étoit te plus ancien de la Grêce; il finit quelques années avant la prise de Troye, après avoir duré Iooo. ans, felon Apollodore & Caftor de Rhodes qui en avoient recueilli l'hiftoire & digéré la Chronologie. Si jamais donc il y eut Rois dont les tems fuffent ignorez, & dont par conféquent on dût, fuivant l'idée de M. Newton, les avoir égalé aux générations, ce font les Rois de Sicyon; cependant rooo. ans ne font que 30. générations & il y eut 32. Rois ou

rations, ou qu'ils les furpaffaffent.

Mais enfin quoiqu'il en foit de tout cela, M. Newton ne pouvoit plus mal choifir léxemple fur lequel il vouloit réformer la durée des régnes; car l'embaras de la Chronologie à l'égard de l'interval qui s'écoula depuis le retour des Héraclides jufqu'à la guèrre du Peloponêfe, n'est pas qu'il y ait 620. années à remplir; tout au contraire l'embaras eft qu'il n'y ait que cela; car c'en eft trop peu, & beaucoup trop peu; embaras au refte fondé fur des principes dont M. Newton eft forcé de convenir après ce que j'ai démontré dans ma prémière Differtation. Car puifque c'eft Chiron, qui a formé les conftellations, & qu'il plaça les 4. points cardinaux au milieu d'Ariès, de Libra, de Cancer & du Capricorne, qu'il le fit pour l'expédition des Argonautes ainfi que M. Newton le dit lui-même ; & puifque les qua tre points cardinaux étoient au milieu de leur Signe l'an 1470. avant J. C. il faut que l'expédition des Argonautes fe foit faite deux ou trois ans après. Il faut donc qu'elle fe foit faite environ l'an 1467. avant J. C. M. Newton ne met que 33. ans entre l'expédition des Argonautes & la prife de Troye; ainfi Troye aura été prife l'an 1434. avant J. C. De la prife de Troye au retour des Héraclides, il n'y a que 8o. ans de l'aveu même de M. Newton; les Heraclides reconquirent donc le Péloponéfe l'an 1355avant Jefus-Chrift. De l'an

avant Jefus Chrift à l'an avant Jelus-Chrift

commença la guèrre du Péloponéfe il y a

1355.

431. que

924.

& non pas 620. ans. On a bien de la peine à fe débaraffer de là, même en donnant aux fucceffions & aux régnes tout le tems que les Anciens y donnent; comment M. Newton s'en tirera-t-il en les diminuant de la moitié ?

Je n'examine pourtant point fi la durée de châque régne eft toûjours jufte, telle que nous l'avons aujourd'hui. Ce n'eft pas de quoi il s'agit ici. Ce que je prétends feulement, ce que les raifons que je viens de rapporter dé montrent, c'eft que les anciens Hiftoriens n'ont point égalé les régnes aux générations.

Il ne paroît pas même qu'il ait été poffible qu'ils le fif fent, ni que cela ait pû leur tomber dans l'efprit; ou fi la penfée leur en fut venue, qu'ils euffent pû l'exécuter, & qu'ils n'en cuffent pas auffi-tôt fenti la fauffeté & l'impoffibilité. En effet, dans le même efpace de tems, & par con féquent dans le même nombre de générations, ils trouvoient en différens Royaumes, & en différentes branches de la même famille, different nombre de Rois & de fucceffions. Par exemple, pour ne point fortir des tems, dont M. Newton s'eft fervi pour établir fa nouvelle idée; dans l'interval qui s'écoula depuis le retour des Héraclides jufqu'à la fin de la guèrre des Mefféniens, il y eut dix Rois de Meffene, & neuf seulement d'Arcadie tous Héraclides; c'eft M. Newton lui-même qui le dit; & quoique la différence ne foit que d'une tête, c'en eft neanmoins affez pour ne pouvoir égaler de part & d'autre les régnes aux générations. Voici quelque chofe de plus. Dans l'efpace de tems qu'il y eut depuis la même expédition des Héraclides jufqu'à la guèrre du Péloponêfe, on ne compte dans la branche de Proclès que 17. régnes, comme M. Newton l'avoue, & il y en eut 19. dans celle d'Euryfténe; & à Athè nes pendant environ la moitié de ce même interval on vit deux Rois & treize Archontes perpètuels, ce qui fait 15. fucceffions, c'est-à-dire, fur 17. deux fucceffions feulement, & fur 19. quatre fucceffions feulement de moins dans la moitié moins de générations. Comment donc on dire qu'on a égalé ces régnes ou ces fucceffions aux générations? Car fi on l'avoit fait, non feulement tous les régnes dans le même état feroient à peu près égaux pour le nombre d'années, mais dans un même efpace de tems il n'y auroit pas plus de régnes ou de fucceffions dans un Etat que dans un autre, à Sparte, qu'à Meffene, & à Meffene qu'à Athènes, & tous ces régnes fe reffembleroient pour la durée. N'eft-il donc pas évident par tout ce que je viens de dire qu'un Syftême appuyé fur cette fuppofition porte néceffairement à faux ?

peut

Mais fi l'on n'a point égalé les régnes aux générations, d'où a-t-on donc pris ce nombre d'années fi différent mais toûjours fi precis, que l'on donne à châque regne,

[ocr errors][ocr errors]

P'un étant de so. ans, l'autre de deux, un autre de 30,
un autre de 12. &c. D'où l'a-t-on pû prendre cette divèr-
fité fi précise, finon des Auteurs qui avoient précédé, des
Archives des peuples & des Villes, des Mémoires & des
monumens qui reftoient encore alors, & qu'on avoit de-
vant les yeux. Voilà les régles qu'ont fuivi les Anciens.
Voyons celles
que M. Newton veut introduire.

III. D'abord pour nous pèrfuader que les Anciens ont trop donné aux régnes en les égalant aux générations, ik éxagere le tems qu'ils ont donné à la génération, & il outre les choses. Après la mort d'Alexandre le Grand, dit-il, on égala les régnes aux générations, & trois générations à 100. ans, OU MEME A 120. ANS. Que ne s'en tenoit-il tout fimplement à ce que dit Hérodote, L. II. C. 142. Il explique nettement & précisément ce que c'étoit qu'une génération, & la durée qu'on y donnoit. Trois cens générations, dit-il, font 10000. ans; car trois générations d'hommes font 100. ans, & quarant? & une générations font 1340. ans, où l'on voit que bien loin d'augmenter la durée de la génération, il ne prend que 40. ans pour les deux dernières générations. Ce n'eft pas une preuve qu'on allât au de là de 100. ou même à 120. ans dans l'évaluation de trois générations. Or de même que nos Hiftoriens pourroient bien placer plus ou moins de régnes ou d'événemens dans un fiècle, mais qu'ils ne fauroient changer la notion que nous avons d'un fiécle; de même Eratoftene & Apollodore pûrent bien fi l'on veut ne mettre qu'un régne dans une génération; mais ils ne pûrent pas changer l'idée qu'on avoit d'une génération, & y donner une autre durée que celle qu'on avoit coûtume d'y donner dans l'ufage ordinaire. Ainfi s'ils avoient égalé les régnes aux générations, ils auroient mis trois régnes en 100. ans, & non point en 120. ans; & je me défie d'un Syftême où l'on a besoin d'outrer les chofes pour les rendre vrai-femblables.

Monfieur Newton prétend-il qu'à s'en tenir même à la notion ordinaire d'une génération, les Anciens ont trop donné aux régnes en les y égalant. J'ai déja montré que de la manière dont ces anciens régnes font partagez, il étoit impoffible qu'on les ait égalé aux générations. Ainfi

M..

« AnteriorContinuar »