Imágenes de páginas
PDF
EPUB

circi limitem omnes habere difcurfus; nec omnes tamen ire pas riter ac redire,fed alias aliis ad eundem locum pervenire temporibus: rurfus ex his alias accedere : retroagi alias viderique ftare nonnumquam: Poftquam, inquam,hec inter eos agi viderunt:certas Gbi partes decreverunt in ipfo circo conftituere & divifionibus annotare; ut certa effent locorum nomina, in quibus cas morari vel de quibus exiffe, ad quave rurfus effe venturas & fibi invicem annuntiarent & ad pofteros nofcenda tranfmitterent. Duobus igitur vafis aneis præparatis quorum alteri fundus erat in modum clepfydra foratus ; illud quod erat imegrum vacuum fubjecerunt pleno aqua altero fuperpofito, fed meatu ante munito & quamlibet de infixis unam clariffimam ftellam lucideque notabilem orientem obfervaverunt, que ubi primum cæpit emergere, mox munitione fubductâ permiferunt (ubjecto vafi aquam fuperioris influere, fluxitque in noctis ipfius & fequentis diei finem, atque in id noctis fecunda, quamdiu eadem ftella ad ortum rurfus reverteret ; que ubi apparere vix cæpit, mox aqua que influebat, amota eft. Cum igitur obfervata ftella itus ac reditus integram fignificaret cæli con、 verfionem : menfuram fibi cæli in aqua de illo fluxu fufcepte quantitate pofuerunt. Hac ergo in partes aquas duodecim fub fida dimenfione divifa, alia duo hujus capacitatis procurata funt vafa ; ut fingula tantum fingulas de illis duodecim partibus ferrent: totaque rurfus aqua in vas fuum priftinum foramine prius claufo, refusa eft; & de duobus illis vafis capacitatis minoris alterum fubjecerunt pleno, alterum juxta expeditum paratumque pofuerunt. His præparatis notte alia in illa jam cœli parte per quam folem, lunamque & quinque vagas meare diuturna obfervatione didicerant, quamque poftea Zodiacum vocaverunt afcenfurum obfervaverunt fidus, cui poftea NOMEN ARIETIS indiderunt. HUIUS INCIPIENTE ORTU ftatim subjecto vafi fuperpofite aqua fluxum dederunt. QUOD UBI COMPLETUM EST, mox eo fublato effufoque alterum fimile fubjecerunt certis fignis obfervatis ac memoriter annotatis item ejus loci ftella qua oriebatur cum primum vas effet impletum, intelligentes quod eo tempore quo totius aqua duedocima pars fluxit, pars cæli duodecima confcendit. Ab illo igitur loco quo oriri incipiente aqua in primum vas cæpit influere, ufque ad locum qui oriebatur, cum idem primum vas impleretur & duo

T

decimam partem cæli, id eft unum fignum, effe dixerunt, &c, De tout ce difcours il s'enfuit bien des chofes contre M. Newton; car 1o. il paroit par là que ceux qui ont fait la divifion du Zodiaque & la diftinction des fignes & des conftellations ont commencé le Zodiaque par une étoile remarquable dont ils obsérvoient le lever. C'est ce qui ne fe trouve point dans le Système de M. Newton, comme on le verra tantôt. Dans mon fentiment fur tout après la découverte que j'ai faite de l'étoile qui étoit la prémière du Belier dans ces anciens tems, tout eft bien plus juste & bien mieux entendu. Car fi le Belier eut commencé comme

aujourd'hui par des étoiles de la 6, ou tout au plus de la 4. grandeur telle que celle de l'oreille, on ne verroit pas trop comment on auroit exécuté le projet de la divifion du Zodiaque, comment on auroit obfervé ce que rapportent Sextus Empiricus & Macrobe, & pourquoi l'on n'auroit point commencé au nœud des Poiffons ou à l'étoile de la corne précédente du Belier qui font de la 3. grandeur, ou plûtôt à la lucide du front, qui felon MM. de l'Obsèrvatoire eft de la 2o. Mais c'est qu'au pied du Belier 45. minutes avant celle de l'oreille il y en avoit une bien plus brillante & plus remarquable que tout cela, puifqu'elle étoit de la re. grandeur ; & cette découvèrte eft excellente pour verifier & l'exécution de la divifion du Zodiaque, & ce que Sextus & Macrobe en difent avec l'ancienne Hiftoire, & ce que la raifon demande. 20. L'étoile par laquelle ils commencèrent un Signe, appartenoit à la conftellation de ce Signe, & non pas à celle du Signe précédent. Afcenfurum obfervarunt fidus, cui poftea nomen arietis indiderunt, &c. Dans l'idée de M. Newton non feulement on ne commença point le Zodiaque à une étoile remarquable mais on ne le commença pas même à des étoiles qui fuf fent du prémier Signe, mais à des étoiles du précédent, comme on le verra tantôt. 3o. On commença le Zodiaque au Signe d'Ariès, & le Signe d'Ariès à l'étoile de cette conftellation, qui fe montra la prémière à l'horifon, par conféquent à la plus occidentale. Au fentiment de M. Newton on commença 7. ou 8. degrez avant que cette étoile fe montrât. 4°. Le commencement d'un Signe n'em

que

piétoit point fur les étoiles de l'autre. Dans l'opinion de M. Newton les commencemens de prèfque tous les Signes empiétent fur les étoiles du précèdent, quelquefois de plus de fept ou huit degrez, & il renferme plufieurs étoiles de ce Signe. 5o. Si quelque Signe dut ne point empiéter fur le précédent, ce fut le prémier. Pour commencer à donner cours à l'eau en débouchant le vâfe, on attendit fa prémière étoile parût, Afcenfurum obfervarunt fidus,cui poftea nomen arietis indiderunt, hujus incipiente ortu ftatim fubjecto vafi fuperpofitæ aqua fluxum dederunt. Dans la divifion de M. Newton le prémier Signe eft un de ceux qui empiétent le plus fur le précédent, & qui enveloppe le plus de fes étoiles; & fi l'on commença la dodécatemorie d'Ariès 70. 2 I, fo". au même 7o. 36. à l'occident de fa prémière étoile, Fon fit couler l'eau fans qu'il parut aucune étoile d'Ariès nimême aucune étoile remarquable, & fans qu'on fçut dans combien de tems il en paroîtroit ; & l'eau coulant toûjours, on refta dans cette indétermination-là pendant 29'. 4. c'est-à-dire pendant une demie heure à . minute près, ou plûtôt 30'.. 30'. 24". c'est-à-dire plus d'une demie heure. Indépendamment du fait contraire rapporté par Macrobe, cela eft-il naturel, & le dut-on pratiquer? Cela fent-il les réfléxions qu'on avoit faites, & l'exactitude qu'on avoit projettée, & dont les préparatifs font garants? 6o. Dans la divifion de M. Newton la prémiere étoile remarquable qui auroit paru n'eut point été une étoile du Bélier. Elles étoient encore à 70. 21. 5o". au moins, & même à 7o. 36'. c'eut été la lucide du noeud du filet des Poiffons qui n'étoit qu'à 3o. 51'. 1". felon les Tables du P.. Anthelme, & 30.59. 50" felon M. Street, ou felon MM. de l'Observatoire 3o. 49'. 40". & qui parut la moitié plûtôt que la prémière du Belier. Puifqu'on n'attendoit qu'une étoile remarquable, c'étoit celle-ci qu'il falloit prendre pour la prémière d'Ariès; d'autant plus qu'elle fe fait mieux remarquer que l'oreille du Belier que M. Newton prend pour la prémière de cette conftellation, celle-ci n'étant que de la 4. grandeur, & celle-là de la 3e. ou plûtôt c'étoit l'étoile du pied, qui comme j'ai dit, étoit de la r. gran deur, & effaçoit par conféquent toutes les voisines. Quelle

"

raifon y auroit-il donc eu de paffer cette étoile, & d'attendre à commencer à une autre plus obfcure, & moins propre aux veuës qu'on fe propofoit, & fans favoir quand elle paroîtroit?

On me dira peut-être que cette invention de divifer le Zodiaque par le moyen de cette efpéce de clepfydre n'eft pas de Chiron.

Je conviens que Sextus Empiricus & Macrobe ne difent point qu'elle foit de lui. Macrobe l'attribuë même aux Egyptiens, & Sextus Empiricus dans tout ce Livre ne parle que des Chaldéens; mais c'est encore une preuve que fi la manière de faire la divifion & les inftrumens dont on se sèrvit, ne font pas de l'invention de Chiron, la divifion au moins eft de lui; puifqu'elle eft des Egyptiens : c'est une preuve qu'il commença comme eux le Zodiaque à la prémière étoile d'Ariès,

En effet, il eft cèrtain que les Grêcs avoient appris tous les Arts, & en particulier l'Aftronomie des Egyptiens. Bien plus, le voyage de la Colchide pour lequel Chiron forma les conftellations fut entrepris à l'exemple de ceux des Egyptiens en Gréce. Le navire Argo fut conftruit fur le modèle de celui qui avoit porté Danaus en Gréce. The ship Argo, dit M. Newton, is built after the pattern of the long ship, in which Danaus came into Grace. On ne peut donc gueres douter que la divifion du ciel que Chiron fit dans le même tems & pour l'ufage des Argonautes ne fut auffi prife de ces mêmes Egyptiens; que Chiron ne fe fut informé des Pilotes de Danaiis de quelle manière & par quel art ils fe conduifoient fur mer, qu'il n'ait fçû d'eux que c'étoit par la connoiffance du ciel & des étoiles; qu'il n'ait appris l'ordre & la difpofition qu'ils y mettoient, & l'ufage qu'ils en faifoient. Il forma fur cela les conftellations auxquelles il donna des noms de fa façon, & convenables à la Gréce, Il enfeigna aux Argonautes à les connoître & à s'en servir. Et c'eft peut-être ce qu'a voulu dire l'ancien Auteur de Clement Alexandrin par le terme de dias dont il fe fèrt: δέιξας. . . . τα χήματ' Ολύμπ". Il montra il enfeigna, & non pas il forma les figures du Ciel. Quoiqu'il en foit, le partage qu'il fit du Zodiaque & l'ordre qu'il y mit eft fi

femblable à celui que les Egyptiens y avoient établi, ou plûtôt il eft fi évidemment le même, qu'il n'y a pas licu de douter qu'il ne l'ait pris d'eux de quelque manière que ce foit, & qu'il n'ait commencé, comme eux, le Zodiaque à la prémière étoile du Belier.

Quoiqu'il en foit encore des prémiers Auteurs de cette invention, il eft cèrtain que les anciens Grêcs commençoient le Zodiaque à la prémière étoile du Belier. Sextus Empiricus & Macrobe le fuppôfent, & le font aflez entendre en cherchant quel eft l'Auteur de cette invention. Il n'est pas moins cèrtain que c'étoit Chiron qui avoit don né aux Grêcs la divifion & l'arangement du Zodiaque qu'ils fuivoient. Chiron en avoit donc fixé le commencement à la prémière étoile d'Ariès.

Bien plus, fuppôfé même que Chiron n'eut aucune connoiffance des Egyptiens, il dût neanmoins auffi bien qu'eux commencer le prémier Signe à une étoile remarquable. 1o, La même raifon qui les y avoit porté devoit auffi l'y détèrminer. 2°. Il dut fixer quelque point dans le Zodiaque, autrement il n'y avoit point de diftinction ou point de moyen de la reconnoître. Or s'il dût fixer un point, ce fut fur tout le prémier duquel tous les autres s'enfuivoient & dont ils dépendoient. 3. De quoi s'agiffoit-il en effet, & qu'entreprenoit Chiron? Avant lui on ne connoiffoit chez les Grêcs ni conftellations, ni Zodiaque, ni ordre, ni dis、 tinction aucune dans le Ciel & dans les Aftres. Il entreprit d'y en mettre, & il l'entreprit non feulement à l'avantage de l'Aftronomie, mais pour l'utilité de la navigation, C'est donc lui qui le prémier, fi je puis m'exprimer ainfi agroupa les étoiles, & des différents groupes qu'il en fit, forma les conftellations, & leur donna leurs limites & leurs noms. Il partagea le Zodiaque en douze parties égales, & pour les faire connoître & diftinguer, ayant formé une conftellation des étoiles qui fe trouvoient dans chacune de ces parties du Zodiaque, il donna à châque dodécatémorie le nom de la conftellation qui s'y trouvoit. Telle étoit l'entreprise de Chiron.

Cette entreprise étoit vaine & inutile s'il ne vouloit diftinguer les conftellations & les Signes ou dodécatémories.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »