Imágenes de páginas
PDF
EPUB

taines amendes, comme l'on voit dans leurs
An. 511. loix.
can. 4. Le concile défend d'ordonner aucun feculier,

sans le commandement du Roi, ou le consente-
ment du juge : mais il ajoûte , que ceux dont
les peres & les ancêtres auront été dans le cler-
gé, seront sous la puissance des Evêques. Ce qui
femble restraindre la défense aux familles des

barbares, qui jusques-là étoient rarement admis
cun. 8. dans le clergé. Le ferf ordonné à l'insçû de son

maître demeurera Clerc: mais l'Evêque ou celui

qui l'a fait ordonner en paiera le prix au double. 6.7. Les Prêtres, les Clercs, les Abbez & les Reli

gieux ne doivent point aller demander des gra

ces au Prince, sans la permission de l'Evêque.
6.19. Les Abbez seront soumis aux Evêques , qui

les corrigeront s'ils manquent contre la regle,
& les assembleront une fois l'an. Les Moines
obéïront aux Abbez, qui leur ôteront ce qu'ils
auroient en propre , & reprendront les vagabonds
avec le secours de l'Evêque, pour les punir se-

lon la regle. On ne sçait quelle étoit la regle dont Mabill

. il est fait mention dans ce Concile ; & il ne papraf. 1.sec.

roît pas qu'il y en eût encore alors dans les Gau-
les, qui fût commune à tous les Monasteres. Il
est défendu aux Moines de bâtir une maison pour

y vivre separément, fans, permission de l'Evêque
6.31, ou de l’Abbé. Celui qui après être entré dans un

Monastere, ou avoir pris l'habit sera marié, ne

pourra jamais être admis dans le Clergé après
6.11. un tel crime. Les penitens , qui abandonnent

leur état pour retourner aux actions du siecle,
seront excommuniez.
Touchant les biens d'Eglise, il est ordonné,

les fruits des terres que les Eglises tiennent
6.5. de la liberalité du Roi, avec exemption de char-

ges, seront emploiez aux reparations des Egli-
ses, à la nourriture des Prêtres & des pauvres,

&

[ocr errors]
[ocr errors]

f, 12,

que

[ocr errors]

& à la redemption des captifs. L'Evêque a l'administration de cous les fonds appartenans à l’E

An.

511.

6.14 glise, soit qu'on les ait donnez à l'Eglise matrice ou aux Paroisses : mais pour les oblations qui c. 18. fe font à l'autel, dans l'Eglise cathédrale il en a

can.is. la moitié, & le Clergé l'autre; dans les Paroisses il en a le tiers: Si l'Evêque a donné des terres can, 2 3. pour un tems à cultiver à des Clercs ou à des Moines, elles appartiendront toûjours à l'Eglise, fans qu'on puisse alleguer la prescription. L'Evê- 6.16. que

doit autant qu'il pourra , donner le vivre & le vêtement aux pauvres & aux invalides qui ne peuvent travailler. Si quelqu'un poursuit son droit contre l'Evêque ou l'Eglise, ce n'est pas une cause pour l'excommunier.

L'Evêque ne manquera point s'il n'est malade, de se trouver le Dimanche à l'Eglise, dont il sera le plus proche. Aucun des citoiens ne pourra ce-6.25. lebrer à la campagne, Pâque, Noël, ou la Pentecôte : & personne ne sortira de la Messe avant qu'elle soit achevée, & que l'Evêque ait donné la benediction. Les mêmes raisons obligéoient à faire les mêmes reglemens qu'au concile d'Agde. Sp.*. 1. Toutes les Eglises celebreront les Rogations;6.27. & pendant ces trois jours , les esclaves seront exempts de travail : on jeûnera, & on ufera de viandes de carême. Le carême ne sera que

de 6.14. quarante jours, & non de cinquante.

Si la veuve d'un Prêtre ou d'un Diacre fe re- 6,13. marie, & ne veut pas quitter fon second mari, ils seront tous deux excommuniez. Il est défen-6.18. du d'épouser fa belle four, soit la veuve du frere ou la seur de la défunte femme. Les clercs heretiques, bien convertis , peuvent être admis aux 6.10. fonctions dont l'Evêque les jugera dignes; & les Eglises des Goths pourront aufli être reconciliées avec les ceremonies ecclesiastiques. Ces cas étoient frequens depuis la victoire de Clovis sur les 6 30.

Goths.

qucs de

Gaule.

[ocr errors]

7.1.

Goths. Ceux qui observent les divinations, les

augures ou les forts que l'on appelle faussement Soepon. 2. des Saints, seront excommuniez. J'ai marqué

ce que c'étoit que ces forts des Saints, ausquels les Romains ignorans & les barbares, étoient fi attachez, que cette superstition ne cessa pas pour

ces défenses. IX.

Le concile d'Orleans est souscrit par trenteSainis Evê,

deux Evêques, dont les cing premiers sont des metropolitains. Cyprien de Bourdeaux, Tetradius

de Bourges, Licinius de Tours, Leonce d'EauVerfs. fe ou Augh, Gildarede de Rouen : c'est faint Aud. p.

Gildard frere de saint Medard, né & baptisé Sur. 8.Jun.

en même jour que lui , comme l'on croit, en V. Coint. 456. Saint Medard n'étoit pas encore Evêque ad an. 456. alors ; puisqu'au même concile d'Orleans, on n.8.494. voit la fouscription de Sophrone Evêque de Ver

mandois fon Predecesseur. Licinius de Tours Greg. X. après avoir fait un pelerinage en Orient, & vihif.c.31. fité les saints lieux, bâtit un Monastere en Anjou

dans sa terre, & fut ensuite Abbé au Monastere Id.vit patr. de faint Venant de Tours, fondé près de l'Egli6.16.

se de saint Martin, par faint Silvain, dont saint Venant fut disciple. Licinius succeda à Verus & fut le neuviéme Evêque de Tours. Les autres

Evêques fameux du concile d'Orleans-font, faint Siponke 4. Quintien de Rodés, dont il a été parlé : Euphra

fius de Clermont, qui l'avoit reçu fi humainement : Loup

Evêque de Soissons, fils & fuccefVita S. Me feur de saint Principe, frere de faint Remi : faint

saint ap. Boll.6. Melaigne de Rennes , Eufebe d'Orleans, január. Theodofe d'Auxerre. Saint Melaigne ou Melanius

se distingua fort dans le concile d'Orleans, tant pour refuter les heretiques, que pour établir la pureté de la foi & de la discipline : comme il paroissoit par les actes du Concile , que nous n'avons plus. Le Roi Clovis avoit grande créance en lui, & par ses conseils il fonda ou repara

plusieurs

a

lan.c.2.

plusieurs Eglises , båtit des Monasteres, fit de grandes aumônes, & prit soin d'administrer la justice. Saint Melaigne fit plusieurs miracles & c. 4. convertit les habitans de Vennes fa patrie, qui étoient encore païens. Il fonda un Monastere au lieu nommé Placitum ou Pleds, & y mourut après l'an 530. L'Eglise honore fa memoire le Martyr R. sixiéme de Janvier, & de faint Theodose d'Au

6. Janu.

17. Jul. xerre, le dix-septiéme de Juillet.

Eusebe Evêque d'Orleans dedia l'Eglise du Monastere que Clovis fonda dans son Diocese en

faveur de faint Euspice & saint Mesmin, à cette occasion. Les habitans de Verdun s'étant revol- Vita S. tez contre Clovis, il assiegea la ville, & l'Evêque

Maxim.

Sec. I. BeFirmin mourut dans le même tems. Les assie

ned.p.582. gez prierent le Prêtre Eufpice, recommandable par ses vertus, d'interceder pour eux auprès du Roi : ce qu'il fit avec tant de succès, qu'il obtint le pardon des rebelles. Le Roi aiant été reçu

dans la ville, vouloit qu'Eufpice en fût Evêque : mais le faint homme s'excusa sur son grand age, & fit élire Viton l'un de ses trois neveux : les deux autres étoient Loup, depuis Evêque de Troyes, & Maximin. Le Roi voulut que

saint Euspice l'accompagnât jusques à Orleans, & le Saint y confentit, à la charge de mener fon neveu Maximin, pour le foulagement de sa vieilleffe. Là le Roi lui donna vers l'an 508.une terre nommée Micy, à deux lieuës d'Orleans, pour y bâtir un Monastere du consentement de l'Evê- to. 5. fpicil.

Mabill. Da que Eusebe , qui en dédia l'Eglise en l'honneur de faint Etienne , & en même tems ordonna plom.9.463. Diacre Maximin. Quelque tems après S. Eufpice fe voiant près de fa fin, pria l'Evêque de donner à faint Maximin l'ordre de Prétrise, & la benediction d'Abbé, ce qu'il fit ; & faint Euspice mourut peu de tems après. De ce Monastere Cortirent plusieurs Saints illustres : sçavoir , Avit, Tome VII.

Theo:

[ocr errors]
[ocr errors]

l'an 511.

[ocr errors]

>

Theodemir , Carilef ou Calais , Letus ou Lie, An. 508. Dulcard, Viator. Saint Maximin ou Mesmin

mourut vers l'an 520. Greg Tur.

Le Roi Clovis mourut la même année du conlib. 11. biff. cile d'Orleans, la cinquiéme après la bataille de 6.xls.

Vouillé, trentiéme de fon regne, & quarantecinquiéme de son âge, 112. depuis la mort de faint Martin : c'est-à-dire,

Il mourut à Paris & fut enterré dans l'Eglise des faints Apo

tres, qu'il faisoit bâtir.
X: L'Orient étoit toûjours troublé par

les enneTrouble mis du concile de Calcedoine. L'Empereur Anafdes Schila matiques

tase, excité par Xenaias & fa cabale, voulut la en Orien. dix-huitiéme année de son regne 508. de JESUS

Theoph. CHRIST, obliger Flavien, Patriarche d'Antiop. 129.

che à souscrire l'Henotique de Zenon. Flavien assembla un Concile des Evêques de fa dépendance, & écrivit une grande lettre fynodale, où il recevoit les trois conciles de Nicée, de C. P. & d'Ephese, sans parler de celui de Calcedoine. Il condamnoit Diodore de Tarse, & Theodore de Mopfuefte ; & joignoit à la lettre quelques articles, par lesquels il paroissoit ne pas approuver le concile de Calcedoine , principalement quant à cette expression : En deux natures. On difoit que ces articles avoient été dressez par Acace de C.P. Outre la lettre fynodale, Flavien en son particulier écrivit à l'Empereur, fe conformant à ses intentions; c'est-à-dire, qu'il re

evoit l'henotique de Zenon. Mais Xenaias n'en fut pas content. Il dressa un écrit, qui ajoûtoit aux articles d'Acace, anathême contre Leon, contre le concile de Calcedoine & ceux qui l'approuvoient. Constantin Evêque de Seleucie en Ifaurie fit un écrit semblable, où il anathématisa le concile de Calcedoine. Flavien se p.aignit à l'Empereur de l'un & de l'autre ; mais l'Empereur en fut irrité contre lui, & approuva la con

« AnteriorContinuar »