Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

le concile de Calcedoine, & les plus attachez An. 511. aux erreurs d'Eutychés & de Dioscore. Soteric

avoit été ordonné par Macedonius de C. P. & avoit declaré par écrit, qu'il recevoit la définition du concile de Calcedoine comme regle de la foi. Mais depuis il étoit devenu tellement en

nemi de Macedonius, qu'il étoit allé en Orient * concerter avec Xenaïas, & tous deux ensemble avoient demandé à l'Empereur ce concile de Sidon, pour abolir entierement celui de Calce

doine. Marl.chr. Il se trouva à Sidon environ quatre-vingts on. 511.

Evêques, qui y tinrent le Concile lan 511.indiction quatrieme. Ils ne furent pas long-tems assemblez; & l'Empereur envoia pour

les separer le tribun Eutrope, qui conseilla à Flavien d'Antioche & à Elie de Jerusalem, d'écrire à l'Empereur ce qui s'étoit fait en ce Concile. Flavien déclara

par fa lettre, qu'il recevoit les trois premiers Conciles & l'henotique de Zenon, fans faire mention du concile de Calcedoine. Elie le rejettoit, mais en des termes, qui ne contenterent pas Soteric & Xenaïas. C'est pourquoi ils écrivirent à l'Empereur , que Flavien & Elie avoient concerté ensemble, pour

fe

mocquer de Marcell

. lui; & il en fut fi irrité, qu'il resolut de les faiohr an 512. re chaffer l'un & l'autre.

XIII. Cependant saint Sabas & les autres Abbez de Saint Sabas Palestine étant arrivez à C. P. demanderent auà C. P.

dience à l'Empereur, qui commanda qu'on les

fît tous entrer. Quand ils furent à l'anti-chamB. 298,

bre, les filentiaires qui gardoient la porte les laifferent tous passer, hormis faint Sabas, qu'ils prirent pour un mandiant , le voiant couvert

d'un habit crasseux 85 recousu de plusieurs piepo299. ces. L'Empereur reçut humainement les autres,

car il aimoit les Moines, & lût la lettre du Patriarche Elie, qu'ils lui presenterent, conçuë en

Vico S. Sa

[ocr errors]

ces

ces termes : Je vous envoie l'élite des bons & fideles serviteurs de Dieu, des Superieurs de tout

An.

511. le desert, entre autres le seigneur Sabas , la lu- P.297. 1 miere de toute la Palestine. L'Empereur demanda où il étoit, & les Abbez regardoient de côté & d'autre , ne fçachant comment il les avoit quittez. L'Empereur ordonna qu'on le cherchất exactement, les Officiers de la chambre firent du bruit, & les filentiaires étant fortis, le trouverent debout en un coin qui recitoit des pseaumes. Ils l'emmenerent au dedans du voile: l'Empereur crut voir un Ange devant lui , & les fit tous asseoir.

Après quelques discours chacun recommanda les interêts de fon Monastere. L'un demanda les terres qui l'environnoient, l'autre quelque autre grace de l'Empereur : il les satisfit tous, puis il dit à faint Sabas: Calogere, c'est-à-dire, bon vieillard : pourquoi avez-vous entrepris un fi grand voiage, fans vouloir rien demander? Saint Sabas piz007 répondit : Je suis venu premierement pour baiser les pieds de vôtre pieté, pendant que je suis encore en ce monde : ensuite pour vous fupplier au nom de la sainte cité de Jerusalem & de nôtre saint Archevêque, de donner la paix à nos Eglises, & ne point troubler le facerdoce: afin que nous puissions prier tranquillement jớur & nuit pour votre serenité. L'Empereur fit apporter mille sols d'or, & lui dit : Prenez cela, mon Pere, & priez pour nous : car j'ai ouï dire que vous gouvernez plusieurs Monasteres dans le desert. Saint Sabas dit : Je veux passer ici l'hiver, & vous rendre encore mes respects. L'Empereur renvoia les autres Abbez en Palestine; & ordonna que faint Sabas entrât au Palais toutes les fois qu'il voudroit, sans se faire annoncer.

Quelques jours après il l'envoia querir, & lui n. 526 dit : Vðtre Archevêque s'est declaré défenseur

:

:

a

du concile de Calcedoine , qui a autorisé la doAN. 511. ctrine de Nestorius. De plus il a perverti Flavien

d'Antioche, & l'a attiré à lui : en sorte que comme les decrets de Calcedoine alloient être anathéma

tisez generalement au concile qui est maintenant 7.301. assemblé à Sidon, il l'a seul empêché de concert

avec Flavien , & croit s'être mocqué de moi, m'écrivant en ces propres termes : Nous rejettons toute heresie qui a introduit quelque nouveauté contre la foi orthodoxe, sans recevoir ce qui a été fait à Celcedoine , à cause des scandales qui en font arrivez. Il croit par là nous avoir trompez : mais nous voions bien , qu'il est le défenseur du concile de Calcedoine, & de toute l'heresie de Nestorius; & nous l'avons vû auparavant, quand il a refusé de consentir à la déposition d'Euphemius & de Macedonius, tous deux Nestoriens. C'est pourquoi nous voulons qu'il soit chafté, & que l'on mette en ce Siege apoftolique un homme digne & orthodoxe; afin que les lieux faints ne soient pas prophanez par les dogmes de Neftorius,

Saint Sabas répondit: foiez persuadé, Seigneur, que nôtre Archevêque instruit par nos anciens peres, faiseurs de miracles , & les lumieres du

defert, rejette également la division de NestoP. 302. rius & la confusion d'Eutychés : marchant au milieu

par

le chemin de la foi catholique : nous sçavons qu'il ne respire que la doctrine de faint Cyrille d'Alexandrie. Nous vous supplions donc . de conserver sans trouble la sainte cité de Jerufalem, où le mystere de notre salut a été manifesté; & de n'y point ébranler le Sacerdoce. L'Em

pereur touché de la Sainteté & de la simplicité du Prov. X. 9. vieillard, luidit : L'Ecriture a bien dit, que ce

lui qui marche en fimplicité, marche avec confiance. Priez pour nous, & n'aiez point d'inquiétude : je n'ordonne rien contre vộtro Archevêa

que,

a

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

.

que, à vôtre consideration; & je veux que vous retourniez pleinement satisfait. Saint Sabas étant An.511. ainsi sorti de chez l'Empereur, entra chez l'Imperatrice Ariane : & après lui avoir donné sa n. 53. benediction , il l'exhorta à maintenir la foi de l'Empereur Leon fon pere. Elle lui dit : Vous P• 303. dites bien', faint Vieillard, si on le vouloit entendre. Aiant ainsi quitté l'Imperatrice, & voulant éviter le tumulte, il fortit de la ville, & demeura dans le fauxbourg de Rufin. Il étoit vifité par Juliene & Anastasie, Dames très-catholiques & très-vertueuses, qui alloient souvent lui baiser les pieds & recevoir les instructions. Juliene étoit petite fille de l'Empereur Valentinien III. Elle avoit fait bâtir une Eglise de la mere de Dieu,

Theoph.an

21.8.135. au lieu nommé honorat, du côté d'Afie. L'Em

Cang... pereur

Anastase ne put jamais l'obliger à com- lib. 4.15. muniquer avec le Patriarche Timothée, quelque no 14. artifice qu'il y emploiât : quelque foin que prit Timothée, lui-même, de lui rendre des visites. Anastasie étoit femme du Patrice Pompée, neveu de l'Empereur Anaftafe : qui les maltraita en plusieurs manieres, comme partisans du concile de Calcedoine & de Macedonius , à qui ils fournissoient de quoi subfifter pendant son exil.

L'Empereur aiant encore envoié querir saint Viranista Sabas

peu de jours après : il le pria de remettre à la ville de Jerusalem, quelques restes du tribut nommé Chrysargyre , qu'il avoit ôté par tout l'empire, treize ans, auparavant en 499. Ces re

Sup liv. ftes montoient à cent livres d'or

XXX.molla provenant

des non-valeurs, & on les avoit imposées même fur les Eglises. L'Empereur ordonna à Zotique pre- P. 304. fet du pretoire, de décharger de cette fomme le bureau de Palestine. Mais Marin, qui avoit grand credit sur son esprit, étant survenu, dit, queles habitans de Jerusalem étoient des Nestoriens & des Juifs, indignes de cette grace. Saint Sabas

[ocr errors]

1

le Silencieux.

lui dit : Ne vous opposez pas à la bonne volonAN. 512. té de l'Empereur pour les Eglises, renoncez à P. 305. l'avarice , & prenez garde à vous : autrement

vous vous attirerez dans peu de grands maux. Vous perdrez tous vos biens en un instant, vôtre maison sera brûlée , vous mettrez l'empire même en peril. Ensuite faint Sabas pria l'Empereur de le renvoier en Palestine, & reçut encore de la main mille pieces d'or : mais il n'obtint pas la remise

des restes du Chrysargyre. Il s'embarqua pour son retour, au mois de Mai de la cinquieme indiction : c'est-à-dire, l'an 512. Quelques mois après Marin s'étant trouvé dans une sedition, sa maison fut brûlée, & le reste de la

prophetie accompli. XIV. Depuis le commencement de l'Empereur AnaSaine Jean stase, les Monasteres de Palestine étoient tombez

dans une espece d'anarchie, tant par le relâcheSrep. Xxx, ment des successeurs de faint Paffarion, trop at

tachez au temporel, que par le schisme des AceVita S. phales & la protection que l'Empereur leur donSub.7.30. noit. Ainsi les Moines du defert vinrent trouver

le Patriarche Saluste, qui étoit malade, & s'étant assemblez autour de lui, ils choisirent faint Theodose & faint Sabas, qui furent établis exarques ou fuperieurs generaux de tous les Monasteres. dépendans de Jerusalem : sçavoir, faint Theodo

se des Cenobites, & faint Sabas des Anacoretes. Vita S.

Entre les disciples de faint Sabas, étoit Jean, Joan. Silent.ap. Bol

que son amour pour la retraite fit surnommer land. 13. Hesycafte ou silencieux, & qu'il avoit reçu dans Mai, t0,14.

fa laure, du tems que son Eglise Theoctiste fut P.232. dédiée : c'est-à-dire, en 491. Il fit de fi grands Sap. XXX.

progrès dans la vertu , que sept ans après saint Vita S, Sabas voulut le faire ordonner Prêtre. IĨ le mena Sabin: 27: donc à Jerusalem , & le presenta au Patriarche

6.5.70. Elie, successeur de Salusie : qui voulant l'ordonSup.xxx, ner de fa main, le mena à l'Eglise du Calvaire.

n 25.

[ocr errors]

.

:

71, 23.

Alors

31. 37

« AnteriorContinuar »