Imágenes de páginas
PDF
EPUB

An. 531.

[ocr errors]

l'Empereur fit bâtir le château pour les Monasteres de saint Sabas, & y mit une garnison entretenuë. Ainsi il accomplit fes cinq demandes, Un jour comme il étoit occupé à donner ses ordres avec le quêteur Tribonien, faint Sabas se retira à l'écart pour dire Tierce. Jeremie Diacre de la grande laure, un de ses disciples, lui dit: Mon pere, puisque l'Empereur témoigne tant d'affection à accomplir vos demandes , pourquoi le quittez-vous ? Le saint vieillard répondit: Mon fils, ils font leur devoir, faisons le nôtre.

Aiant reçu les ordres de l'Empereur, il s'en XXX. retourna , & arriva en Palestine au mois de Scp- s. Sabas.

Mort de tembre de la neuviéme indiction, la même an-6174, née 531. Il vint à Jerusalem, publia les ordres de l'Empereur, & diftribua à fes Monasteres l'argent qu'il avoit apporté de C.P. Puis à la priere 6.75 du Patriarche & des Evêques, il alla publier les mêmes ordres à Celarée & à Scythopolis, & les faire executer. Il revint à Jerusalem vifiter les 6. 769 saints lieux, comme pour leur dire adieu, & se rendit enfin à sa grande laure, où peu de tems après il tomba malade. Le Patriarche Pierre l'aiant appris l'alla voir , & ne lui trouvant pour tout rafraîchissement dans sa cellule , que des cofles & de vieilles dattes, il le fit mettre dans une litiere, & porter à l'évêché, où il prit soin de lui, le servant de ses propres mains. Le Saint eut revelation qu'il mourroit dans peu & l'aiant dit au Patriarche, le pria de le renvoier. Le Patriarche voulant le contenter en tout, le renvoia à fa laure avec le service neceffaire. Le faint homme étant couché dans la petite tour au commencement de Decembre, appella les Peres de la laure , & leur donna pour Abbé Melitas de Beryte , l'exhortant à conserver les traditions de ses Monasteres , qu'il lui donna par écrit. Il demeura quatre jours fans

de jours,

ABRSIDAD CLNTRIES

rien

BIBLIOTECA

s Dec,

6. 19.

>

rien prendre , & sans voir personne; & le famedi AN..53.1. au soir aiant demandé & reçu la communion, Martyr. R.

11 mourut. C'étoit le cinquiéme de Decembre, indiction dixiéme, la sixiéme année de Justinien : c'est-à-dire, l'an 531. Il étoit dans sa quatre-vingt-quatorziéme année. Les Grecs pretendent encore aujourd'hui suivre dans les offices

divins, l'ordre établi dans la laure de saint Sábas. XXXI. L'Eglise d'Alexandrie étoit dans une étrange

Schisme confusion. Les Eutyquiens y dominoient : mais à Alexandrie.

divisez en deux sectes : dont voici l'origine. Severe le faux Patriarche d'Antioche , étant refugié à Alexandrie, un Moine lui demanda, si on devoit dire

que

le

corps de JESUS-CHRIST Liber. Tevi fut corruptible, ou incorruptible. Severe répon

dit, que les peres l'avoient reconnu corruptible. Autrement ce feroit nier la verité de la passion, & lui donner un corps fantastique imaginaire, comme les Manichéens. On proposa la même question à Julien d'Halicarnasse, refugié en un autre lieu d'Egypte ; & lui, suivant les principes d'Eutychés, dit : Le corps de Jesus-Christ a toûjours été incorruptible. Car si nous disons qu'il étoit corruptible, nous admettons de la diAinction entre le corps de Jesus-CHRIST & le Verbe de Dieu, & par consequent deux natures en JESUS-CHRIST : & pourquoi donc combattons-nous le concile de Calcedoine? Chacun voulant solltenir son opinion, Severe & Juljen écrivirent l'un contre l'autre, & leurs écrits diviserent le peuple d'Alexandrie. On nomma Corrupticoles les sectateurs de Severe : c'est-àdire, adorateurs du corruptible: & on appella les partisans de Julien Incorruptibles ou PhantasiaItes. Un Diacre d'Alexandrie nommé Themiftius, fit un schisme particulier : se separant de la commuuion du Patriarche Timothée, qui favorisoit tantôt l'un, tantôt l'autre parti.

L'Em

com

[ocr errors]

L'Empereur Justinien manda à Timothée de venir à C.P., voulant l'obliger à se réünir aux Ca- Sup.XXXI tholiques, ou le chasser d'Alexandrie: mais me il se preparoit à partir, il mourut après environ dix-huit ans d'Episcopat. Sa mort fortifia le schisme, par les brigues de deux competiteurs. Le clergé & les puissances seculieres favorisoient Liber. brev. Theodose, homme de lettres , disciple de Seve- 6.20. re, & de la secte des Corruptibles: mais les Moines & le peuple portoient l'Archidiacre Gaïen, disciple de Julien & de la secte des Phantasiastes. C'étoit la coûtume à Alexandrie, que le nouvel Evêque veilloit auprès du corps de son predecesseur , mettoit la main sur la tête, l'ensevelisfoit lui-même : puis mettant à son cou le pallium de faint Marc, prenoit poffeffion du Siege.

Theodose fut ordonné le soir dans la cathedrale sur un decret du clergé, à la poursuite du chambellan Calotychius, qui étoit du parti de l'Imperatrice, de l'autorité du prefet Dioscore & du Duc Aristomaque. Mais quand il voulut faire les funerailles de fon predeceffeur, le peuple & les Moines, qui n'avoient point eu de part à fon élection, s'y opposerent, le chafferent de l'Eglise, & introduisirent Gaïen. Celui-ci avoit pour lui quelques-uns du Clergé, les plus riches citoiens, les corps des métiers, les soldats, les nobles & toute la province, ainsi il se maintint pendant trois mois. Cependant l'Imperatrice Theodora, envoia au nom de l'Empereur, le chambellan Narsés, qui remit en possession Theodose, comme ordonné le premier ; & envoia Gaïen en éxil : premierement à Carthage, puis en Sardaigne : après quoi on ne sçait ce qu'il devint. Theodose demeura à Alexandrie un an & quatre mois : mais

peu

de gens communiquoient avec lui, & la plûpart tenoient pour Gạien.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Ils en vinrent aux mains contre les soldats de Narsés : sur lesquels les femmes du haut des maifons jettoient tout ce qui leur tomboit fous les mains. Il y eut plusieurs personnes tuées de part & d'autre. Enfin Theodose fatigué de ces feditions vint à C. P., où l'Imperatrice le fit traiter avec honneur, promettant à l'Empereur qu'il recevroit le concile de Calcedoine. Mais comme il perfiftoit à le refuser, il eut ordre de fortir de C. P., & demeura comme éxilé à fix milles de

la ville. XXXII. Cependant l'Empereur Justinien voulant rameConferen- ner à l'unité de l'Eglise les partisans de Severe, cesà C.P.

appella à C. P. Hypace Archevêque d'Ephese Collat, toi Jean de Veline , & Innocent de Maronie", qu'il 4. conc. Po joignit à trois autres Evêques, qui étoient déja 17.3.

à Č.P.: sçavoir, Etienne de Seleucie , Antoine de Trebisonde, & Demetrius de Philippi. Il destina ces fix Evêques à entrer en conference, avec fix du parti de Severe : sçavoir, Sergius de Cyr, Thomas de Germanicie, Philoxene de Dulichium, Pierre de Theodosiopole , Jean de Constantine, & Nonnus de Ceresine. Mais il ne s'y trouva que cinq Evêques catholiques : car. Demetrius de Philippi tomba malade. Avant la conference l'Empereur les appella, & les exhorta à emploier toute la douceur & la patience possible ; & ajoûta : Je ne veux pas que la conference se tienne en ma presence, de peur que les partisans de Severe ne soient chargez de confusion: mais le Patrice Strategius y aslistera.

Ils s'assemblerent dans une salle du Palais, Avec les cinq Evêques catholiques, étoient Eusebe, Prêtre & tresorier de la grande Eglise de C.P., Heraclien & Laurent, Prêtres & fyncelles du Patriarche Epiphane : Hermesigene, Magnus

& Aquilin, Prêtres oeconomes, & députez d'An8.1764. tioche : Leonce député des Moines de Jerusalem.

Quand

:

[ocr errors]

:

Quand ils furent affis, le patrice Strategius dit aux Orientaux, c'est-à-dire , aux Severiens:l'Empereur vous a assemblez,

non pour user d'autorité, mais par une compassion paternelle, afin que vous receviez de la bouche de ces Evêques l'éclaircissement de vos doutes. Proposez-les donc fans esprit de contention, comme il convient à des personnes aufli venerables que vous êtes.

Les Orientaux dirent : Nous avons presenté à l'Empereur un écrit contenant l'exposition de nôtre foi, où nous avons mis tout ce qui nous fcandalife. Les Catholiques répondirent par la bouche d'Hypace Evêque d'Ephefe : Nous avons vu cet écrit, où vous vous plaignez du concile de Calcedoine, qui a été afsemblé contre l'herefie d'Eutychés. Dites-nous donc quelle opinion vous avez d'Eutychés ? Les Orientaux dirent: Nous le tenons pour heretique, ou plutôt pour heresiarque. Hypace ajoûta : Et quelle opinion avez-vous de Dioscore & du second concile d'E. phese, qu'il a assemblé ? Les Orientaux dirent: Nous les tenons pour orthodoxes. Si vous condamnez Eutychés , reprit Hypace ; comment justifiez-vous Dioscore & fon concile, qui ont justifié Eutychés ? Les Orientaux dirent : Peutêtre qu'ils l'ont justifié, comme aiant fait penitence. Hypace dit : S'il a fait penitence, pourquoi l'anathematisez-vous ? Comme cette replique les embarafloit, Hypace ajoûta : Il s'est fi peu

Sup. lio,

XXVII, n. repenti, qu'avant que l'on eût achevé de lire les

40. to. 4. actes faits contre lui à C.P., ils l'ont justifié, & conc

. p.223. condamné Flavien & Eufebe. Si Eutychés s'é- A. toit repenti, il falloit les prier , & non pas les condamner. On exigeoit d'Eutychés la confession 2.1765. des deux natures en Jesus-Christ. Diofcore au contraire approuvoit qu'il dit : Je reconnois qu'il étoit de deux natures avant l'union: mais après l'union, je n'admets qu'une seule na

a

ture,

« AnteriorContinuar »