Imágenes de páginas
PDF
EPUB

d'un autre Roi, pourvu qu'il lui paie les tributs. C'est qu'après la mort de Clovis, fon roiaume fut partagé entre les quatre fils, Theodoric, Clodomir, Childebert & Clotaire.

Mais Clodomir aiant été tué par les Bourgui- XLV: gnons en 524. laissa trois fils en bas âge, Theo- S. Cloud. balde, Gonthaire & Clodoalde, que la Reine Clo

Sup.n.i. tilde leur aieule faisoit élever auprès d'elle à Paris,

Grog. II,

hifi.6.18. & les aimoit uniquement : ce qui fit craindre à Childebert qu'elle ne les fît reconnoître Rois. Il envoia donc secretement dire à son frere Clotaire de venir à Paris, pour déliberer ensemble ce qu'ils devoient faire de ces enfans, ou leur couper les cheveux, pour les reduire à l'état du peuple, ou les mettre à mort, pour partager le roiaume de Clodomir. C'étoit le privilege de la famille roiale, de porter les cheveux longs. Clotaire fort réjoui de cette proposition vint à Paris, & Childebert fit courir le bruit, qu'ils s'assembloient pour élever ces enfans au roiaume. Ils firent dire à la Reine leur mere de les leur envoier pour ce sujet : & Clotilde ravie de joie, les fit manger & les envoia, disant :- Je ne croirai pas avoir perdu mon fils , fi je vous vois regner à sa place.

Quand ils furent arrivez, on les prit, & on les separa de leurs serviteurs & de leurs gouverneurs. Alors Childebert & Clotaire envoierent Arcade homme de confiance, porter à Clotilde des ciseaux & une épée nuë, & lui dire: Les Rois vos fils demandent ce qu'il vous plaît que l'on fasse de ces enfans.Si vous voulez qu'on leur coupe les cheveux & qu'on les laisse vivre,ou qu'on les égorge tous deux. On n'avoit pris que les deux aînez : le troisiéme, sçavoir Clodoalde, fut fauvé par de braves gens. Clotilde effraiée de cette proposition, & outrée de douleur, dit dans le premier transport de fa colere : Si on ne les fait pas regner, j'aime

:

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

mieux les voir morts que tondus. Arcade vint promptement dire aux deux Rois : Executez vos desseins, la Reine ý consent. Aufli-tôt Clotaire prit par le bras Theobalde l'aîné de ses neveux âgé de dix ans, le jetta par terre , & lui enfonça fous l'aisselle un couteau dont il le tua. Aux cris de l'enfant, Gonthaire son frere âgé de sept ans , se jetta aux pieds de Childebert, & lui embrassa les genoux en pleurant, en disant: Mon cher pere, empêchez qu'on ne me tuë , comme mon frere. Childebert, le visage trempé de larmes , dit à Clotaire : Mon frere, je vous prie de m'accorder la vie de cet enfant. Je vous donnerai pour lui tout ce qu'il vous plaira. Mais Clotaire lui répondit en fureur': Tu le laisseras ou tu mourras pour lui. C'est toi qui m'as engagé dans cette affaire , & tu manques fi-tôt à ta parole ? Childebert lui rejetta l'enfant , & Clotaire le prenant lui perça le côté de son couteau , comme il avoit fait au premier. Puis il monta à cheval', & s'en 'retourna , comme s'il n'avoit rien fait. Childebert fe retira aussi à la campagne : ensuite ils partagerent ensemble le

roiaume de Clodomir. Ainti fut accomplie la Sup. n. 1. prophetie de saint Avit Abbé de Mici, lors qu'il Greg. Ill. vouloit détourner le Roi Clodomir de faire moubifli 6.6.

rir le Roi Sigismond & ses enfans. La Reine Clotilde fit mettre dans un cercueil les corps de Fes deux petits fils , & avec un deuil extrême faisant chanter des Pseaumes, les fuivit à l'Eglife de faint Pierre où ils furent enterrez. Ensuite elle se retira à Tours, où elle acheva sa vie dans les prieres, les aumônes, les veilles & l'exercice de toutes sortes de vertus : donnant liberalement

des terres aux Eglises, aux Monasteres & à tous Greg. iv. les lieux de pieté. Enfin pleine d'années & de hiff, 6.1.

bonnes peuvres , elle mourut à Tours du tems de l'Evêque Injuriofus , vers l'an 545. Son corps

fut

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

fut transporté à Paris, & enterré par ses enfans Childebert & Clotaire, dans le sanctuaire de la même Eglise de faint Pierre, à côté du Roi Clovis son époux. C'est l'Eglise de fainte Genevieve, que Clotilde avoit fait bâtir. Ses Reliques y sont encore ; & l'Eglise honore sa memoire le troi.

Martyr. R. fiéme de Juin.

3. Jun. Le jeune Clodoalde aiant été sauvé du maf- 12.111.c. sacre , fe coupa les cheveux de sa propre main,

18. Vita.

A. SS. & renonçant au monde alla trouver faint Seve

Ben. p. 137 rin ; qui demeuroit près de Paris, enfermé dans une cellule , & reçut de lui l'habit religieux. Il pratiqua toutes les austeritez de la vie monastique ; & donna aux Monasteres & aux Eglises, ce qui lui restoit d'heritages. Ensuite pour éviter les louanges. & vivre inconnu aux hommes, il alla en Provence , y demeura long-tems , & y fit plusieurs miracles. Il revint à Paris où il fut reçu avec une grande joie ; & à la priere du peuple, l'Evêque Eusebe l'ordonna Prêtre vers l'an 551. Enfin faint Cloud , car c'est ainsi que nous nommons Clodoalde, bâtit un Monaftere en un lieu nommé Nogent à deux lieuës audessous de Paris sur la Seine , où il finit faintement ses jours vers l'an 560. Le Monastere a été depuis changé en Eglise collegiale, qui conserve les reliques du Saint, & le lieu a pris fon

. nom. L'Eglife honore sa memoire le feptiéme , Martyr.

7. Sept. de Septembre , & c'est le premier Saint de la race des Rois de France. Il y avoit alors dans les Gaules grand noni- XLVI.

Monafte. bre de Monasteres , & de saints Solitaires, dont je

res des me contenterai de marquer les plus fameux. La Gaules. ville de faint Pourçain fur les confins de l'Au- Greg. Vil.

PP.6.5.: vergne & du Bourbonnois, a commencé par un Monastere, dans lequel Porcien esclave d'un Barbare se refugioit souvent, pour éviter les mauvais traitemens de son maître. Il y fut en

[ocr errors]

a

[ocr errors]

fin reçu , & par son merite en fut élu Abbé. Ses vertus & fes miracles le firent respecter par le Roi des Francs Theodoric, comme il faisoit

la guerre en Auvergne l'an 525., & il lui acMartyr. R. corda la liberté de plusieurs captifs. L'Eglise ho24. Nova

nore la memoire de faint Porcien le vingt-quatriéme de Novembre ; & fon Abbaie a été reduite depuis huit cens ans à un Prieuré de Benedictins , dépendant de l'Abbaïe de Tournus. Le Monastere de Combronde en Auvergne, est aussi devenu un Prieuré de l'Abbaïe de Menat dans la même province.

Cette Abbaie fondée dès le regne de Clovis avoit formé de grands Saints, entre autres saint Calais & faint Avit. Le relâchement s'y gliffa

depuis : mais elle fut reformée par faint Brach Greş, vit, ou Bracchion. Il étoit au service de Sigivalde PP.6.12. Comte d'Auvergne , qui l'emploioit à la chasse

du Sanglier. Comme il en poursuivoit un, il se refugia près la cellule d'un faint Ermite, nommé Emilien , qui habitoit dans une forêt. Ce saint homme persuada à Bracchion de fe donner à Dieu , & il se retira auprès de lui après la mort de son maître. Emilien étant mort, Bracchion succeda en son hermitage devenu Monaftere, & l'augmenta par la liberalité de Ranichilde fille de Sigivalde , puis il alla en Touraine, & y fonda deux Monasteres où il mit des Abbez. Etant revenu en Auvergne il fut fait Abbé de Menat pour y rétablir l'observance , & mourut l'an 576.

L'Abbaïe de Celle en Berri a été fondée par

faint Eusice , des liberalitez du Roi Childebert. Vita Ce Saint fut vendu par ses parens à l'Abbé de Lab. bibl. Nov. to. 2, Patrici , qui le fit Moine : il fut ordonné Prê 2:371. Vila tre : ensuite il se retira en un lieu solitaire près Coint. an. la riviere de Cher. Le Roi Childebert passant 531. Oreg. 81 Conf. 6. par là pour aller en Espagne l'an 531. lúi vou

lut

a

[ocr errors]

28.

[ocr errors]

18.

lut donner cinquante sous d'or : mais faint Eu-
fice lui dit : Donnez-les plûtôt à ceux qui peu.
vent les distribuer aux pauvres : il me suffit de
prier pour mes pechez. Il lui promit la victoi-
re , & un heureux succès de son voiage ; & le
Roi aiant donné cet argent aux pauvres , fit
vou de bâtir en ce lieu une Eglise où repose-
roit le corps du falnt vieillard : ce qu'il accom-
plit ensuite. L'Abbaïe de Celle est aujourd'hui
poffedée par les Feuillans.

En Bourgogne étoit dès-lors celebre l’Abbaïe Bol. 18, de Reomaüs , fondé par faint Jean Prêtre, dont Fans, all. ensuite elle a pris le nom. Il étoit né dans le

SS.Ben. 10.

1. p.693. même païs , au territoire de Langres , fils du

Greg.conf. Senateur Hilaire , dont Gregoire de Tours louë 6.87. Coine. la vertu. Il quitta fa famille dès l'âge de vingt ax. 539. n. ans , & se retira dans une cellule qu'il avoit bå

Greg.cons. tie de ses mains : puis il s'éloigna & s'établit 6.42. dans un desert près de Tonnere , où il eut premierement deux disciples , & ensuite plusieurs autres : enforte qu'il y forma un Monastere. Pour le mieux regler il visita les plus fameux Monasteres de Gaule , & en remarqua les usages. Ensuite il quita fecretement le gouvernement de son Monastere , & avec deux de ses disciples il alla se cacher dans celui de Lerins où il vécut environ dix-huit ans : mais aiant été reconnu, il fut rappellé par faint Gregoire Evêque de Langres. Il reforma sa communauté, qui s'étoit relâchée pendant son absence , & y établit la regle de faint Macaire d'Egypte , taifant sur tout observer le travail des mains, pour maintenir l'humilité & la pureté de ceur. Il ne recevoit point de feculiers dans l'oratoire du Monaftere : mais il ne laissoit pas de prêcher quelquefois au peuple. Il vécut jusqu'à cent vingthuit ans, & mourut vers l'an 540. Son Abbaïe est connuë sous le nom de Moustier-Saint-Jean.

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »