Imágenes de páginas
PDF
EPUB

10. >

[ocr errors]

tunique. Ainsi les François leverent le fiege; & Childebert étant de retour à Paris, fit bâtir une Aimore Eglise en l'honneur de saint Vincent : où il lib. 11.6.19. mit son étole avec quantité de vafes précieux, de calices, de croix, de couvertures d'évangiles , qu'il avoit apportées de Tolede : entre au- Vita sanct tres une croix d'or, ornée de pierreries, à cause Dractov.

Ad.te,l de laquelle il fit bâtir cette Eglise en forme de

p. 54. croix. Elle étoit foutenuë de colomnes de marbre, la voute ornée de lambris dorez, les murailles de peintures à fond d'or, le pavé de pieces de rapport : le toit étoit couvert de cuivre doré, ce qui fit que le peuple la nomma saint Germain-doré. Il y avoit quatre autels aux quatre extrémitez : le principal au levant, fut dédié en l'honneur de la Sainte Croix & de faint Vincent, dont l'étole y fut enfermée : l'autel qui étoit au feptentrion, fut dédié aux faints Martyrs Ferreol & Ferrution : celui du midi, à faint Julien de Brioude : celui du couchant, à saint Gervais, faint Protais, faint Celse enfant, & faint George. Il y avoit au midi un autre oratoire dédié à faint Symphorien ; un autre au septentrion, à faint Pierre.

Le Roi donna à cette Eglise quantité d'ornemens précieux, & de grands revenus en fonds de terre; & pria faint Germain d'y établir une communauté de Moines : ce que le faint Evêque exécuta, & donna lui-même plusieurs terres de son patrimoine', dans l'Auxerrois & le Ant. to. 34 Nivernois , 'afin de fournir abondamment de p.2.p.93. l'huile & de la cire pour le luminaire de cette Eglise. Il y mit pour Abbé faint Doctróvée, qui avoit été fon disciple à faint Symphorien d'Autun ; & qu'il avoit inftruit', selon la regle de saint Antoine & de faint Basile. L'Eglise n'étoit pas encore dédiée, quand le Roi Childeberti se trouya malade à l'extrémité. C'étoie vers la fin

du

[ocr errors]
[ocr errors]

Autres

du mois de Decembre, & il étoit venu à Paris plusieurs Evêques & plufieurs Grands, pour ce lebrer la tête de Noël avec le Roi. Saint Germain profita de l'occasion, & fit la dédicace avec fix Evêques , le dixiéme des calendes de Janvier : consacrant tous les autels en l'honneur des Saints que j'ai marquez. Le Roi Childebert mourut le même jour vingt-troisiéme de Decembre l'an 558., quarante-troisiéme de son regne : il fut enterré dans la même Eglise de faint Vincent, & la ceremonie de ses funerail

les, suivit immediatement celle de la dédicace. Conc. Aur. Outre ce monastere de faint Vincent , le Roi V.6.15. Childebert avoit fondé un hôpital à Lion , un 10.S.P.394 S. Greg.

monastere d'hommes à Arles ; & donné une VII. Epift. terre à faint Calais, pour la fondation de celui 116.

qui porte son nom. LX. Saint Calais ou Carilefe étoit natif d'Auver

gne, & aiant été élevé dans le monastere de MeSaints de

il en sortit avec S. Avit , pour se mettre Gaule,

fous la conduite de S. Maximien près d’Orleans. Vita fan&. Ensuite ils se retirerent dans une folitude du Carilefi

Perche , où par la liberalité du Roi Childebert, Ad.co. I.

ils bâtirent un monastere qui porte encore le p. 642,

nom de S. Avit : mais il est à present habité par des Religieuses. Saint Calais paffa dans le Maine, & des bienfaits du même Roi fonda un monaftere près la riviere d'Anisole, aujourd'hui Anille dont il prit le nom : mais par la suite il a pris le nom de $. Calais , qui mourut vers l'an 540. Les femmes n'entroient point dans ce monaftere, même dans l'Eglise : pratique affez ordinaire en ce tems-là. L'Eglise de France honore

plusieurs autres Saints , qui habitoient alors les V.hift.saint solitudes du Perche & du Maine : entre autres Ben liv, e.. faint Lomer ou Launomar , saint Almer, faint

Frambauld, & d'autres moins connus.
Le Roi Childebert pendant les dernieres an-

nées

nat ,

[ocr errors]

:

[ocr errors]
[ocr errors]

2

nées de la vie, avoit retenu à Paris faint Ferreol Evêque d'Uzés, qu'on lui avoit rendu suspect, Vila apo parce que voulant gagner les Juifs à Jesus Ans. Dog

,

min. CHRIST, il mangeoit souvent avec eux , & leur faisoit des presens. Saint Ferreol étoit fils du senateur Ansbert , & descendu d'un autre Ferreol, Préfet du pretoire des Gaules. En 553. il succeda à saint Firmin son oncle , Evêque d'Uzés,.& deux ans après il fut relegué à Paris, où il demeura trois ans. Le Roi qui l'y retenoit ne laissoit pas de le respecter , & enfin aiant reconnu sa sainteté, il le renvoia avec honneur & chargé de presens. Saint Ferreol étant de retour, chassa de la ville d'Uzés & de tout le diocese les Juifs qui ne voulurent pas se convertir.

Il fonda un monastere qui portoit son nom , & lui donna une regle qu'il adressa à Lucrece Cod. regul. Eyêque de Die, la foumettant à son jugement. 10.2. p.116. Lucrece avoit été Moine à Bodane & disciple du faint Abbé Marius. Ce monastere situé dans Vita Mar, le diocese de Sisteron , n'est plus qu'un Prieuré as, Bolle

27. Janu, nommé Beuvon, dependant de l'île-Barbe. Saint L to.1. Ferreol ordonne dans sa regle, que tous les Moi- A&. SS. nes sçachent lire, & aprennent les Pseaumes

par

Len.p.105. même ceux qui gardent les troupeaux :

6. 19. 26, qu'ils soient toûjours occupez de la lecture ou du travail des mains. Que ceux qui ne peuvent 6. 28. labourer écrivent , fassent des filets pour la pêche, ou des souliers. Il leur défend la chasse. Ils c. 34. no porteront point de chemises de toile. L'Abbé 6. 31. ne pourra affranchir un esclave du monastere, que du consentement de tous les freres. Ce qui 6.36. montre qu'ils avoient des serfs. On ne baptisera 6.150 point dans le monastere. C'est ce qui m'a paru de plus remarquable dans la regle de ș. Ferreol. Il compofa aulli quelques livres de lettres à l'imitation de Sidonius . & **cut jusques à l'an 5811

Lc

2

[ocr errors]

coeur

[ocr errors]
[ocr errors]

:

Le Pape Pelage mourut peu de tems après le AN.559. Roi Childebert, fçavoir le fecond jour de Mars

559. aiant tenu le faint Siege trois ans & dix LXI. mois. En deux ordinations au mois de Decem

Mort de Pelage

bre, il avoit fait vingt-fix Prêtres, neuf DiaJean II. cres, & quarante-neuf Evêques. Son fucceffeur l'ape. fut Jean III. surnommé Catellin fils d'Anastase ,

qui portoit le titre d'illuftre. Il tint le siege près Lib. Pontif. de treize ans. Quand le Pape Pelage mourut,

il commençoit à bâtir l'Eglise des Apôtres S. PhiBeda. de 6. lippe & S. Jaques : le Pape Jean l'acheva , & y Ar.on.4518 Boll, 1. Mai

fit peindre plusieurs histoires , partie en mosaïP.28. D, que, partie avec des couleurs. Il en fit la dédia

cace ; d'où l'on croit qu'est venuë la fête de ces
deux Apôtres, le premier jour de Mai. Le Pape
Jean augmenta & rétablit les cimetieres des Mar.
tyrs ; & ordonna que tous les Dimanches l'E-
glise de Latran y fourniroit le pain, le vin , & le

luminaire.
· LXII. De son tems le fameux Caffiodore mourut
Calliodo- dans une extrême vieillesse. Il étoit de la plus

illustre noblesse Romaine, né à Squillace en Ca-
labre vers l'an 470. Il fut le principal ministre
du Roi Theodoric : consul en 514. Prefet du
pretoire fous Athalaric, Theodat & Vitige. Après
la chûte de ce Prince, & vers l'an 540. il quitta
le monde âgé d'environ soixante & dix ans , &
se retira au monastere de Viviers, qu'il bâtit

dans une de ses terres près du lieu de fa naifDivinidea, fance. La petite riviere de Pelene qui y paísoit 6. ?). arrosoit les jardins, & faifoit tourner les mode

lins. La mer étoit fi proche, que les Moines y
pouvoient aisément pêcher ; & on avoit pratiqué
dans la montagne des reservoirs pour conferver
le poisson. Il y avoit des fontaines, qui fournisa
foient de l'eau pour boire- & pour les bains, à
l'usage des malades. I - Moines trouvoient tou-
ses fortes de commor jetez fans fortir du mona-

stere.

[ocr errors]

re.

[ocr errors]

VO

stere. Il y avoit des lampes composées avec tel 6.38.
artifice, qu'elles brûloient long-tems, sans qu'on
y touchât, des horloges au soleil & des clepsy-
dres ou horloges d'eau : mais sur tout il y avoit
une riche bibliotheque. Dans le monastere de
Viviers étoient des coenobites ; & tout proche
fur la montagne étoit le monastere de Castel,
pour les Anachoretes : qui après avoir été éprou- 6:191
vez dans la communauté étoient jugez capables
d'une plus parfaite folitude. Ainsi ce monastere
étoit double ; & c'est apparemment par cette
raison qu'il avoit deux Abbez , Calcedonius & 6.330
Geronce.

Dans cette retraite , Caffiodore composa plufieurs ouvrages. Premierement un commentairo sur les Pseaumes. Car aiant commencé à les goûter , il s'y appliqua entierement : mais y trouvant beaucoup d'obscurité, il eut recours au commentaire de faint Augustin, & en fit un luimême, tiré non-seulement de ce Pere ,

mais de plusieurs autres. Ensuite il composa l'institution des divines Ecritures , qui est une inftruction à ses Moines , sur la maniere de les étudier, & il la commence ainsi : Voiant avec quelle Pref.inftit.. ardeur on étudioit les lettres humaines , j'ai été sensiblement affligé, de voir qu'il n'y avoit point de professeurs publics des Ecritures divines. Je m'efforçai de faire avec le Pape Agapit, que l'on en établit à Rome à frais communs ; commc on dit qu'il y en a eu long-tems à Alexandrie , & que les Juifs en ont encore à Nilibe : mais les guerres & les troubles de l'Italie , aiant rendu entierement impossible l'accomplissement de mon desir : j'espere y suppléer en quelque façon par cet ouvrage. Il veut

que l'on entende l'Ecriture fuivant les explications approuvées des Peres : que d'abord on apprenne le pseautier par coeur , puis qu'on Tome VII.

х

life

« AnteriorContinuar »