Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

avec soin.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

main l'ordonna Prêtre , & il gouverna un mo-
nastere dans le même païs de Clamorgan. Il re-
çut faint Samson de la main de ses parens ; &
l'iniftruisit

Samson aiant fait de grands progrès dans les lettres & dans la vertu, fut ordonné Prêtre par faint Dubrit : puis il mena quelque tems la vie heremetique dans une île , sous la conduite d'un faint Prêtre, & fut ensuite Abbé d'un monaftere, qu'on disoit avoir été fondé par faint Germain. Il y fut ordonné Evêque : après quoi il paffa la mer , & vint dans la Gaule Armorique, où il fonda le monastere de Dol, & plusieurs autres. Il établit à Dol une chaire épiscopale, & après P. 176. avoir gouverné quelques années cette Eglise, il mourut vers l'an 565. On raconte de lui un grand nombre de miracles, & l'Eglise honore la memoire le vingt-huitiéme de Juillet. Il tai- Martyr. R. foit porter une croix devant lui, comme font 28.7al.

Vita liba, aujourd'hui les Archevêques,

Saint Malo ou Maclou , nommé aussi Ma- all. 183. chut , mourut vers le même tems. Il étoit parent de faint Samson , & fut élevé par le faiat abbé Brendan, fameux par fa fcience & fa vertu. On l'ordonna malgré lui Evêque de Guic- A&. SS. caftel , depuis nommé Vinchestre, dont fon Ben, p.217. pere avoit été comte : mais pour éviter l'épifcopat il paffa la mer, & fe retira auprès d'un saint homme nommé Aaron , dans une île près de la côte Armorique. Près de là dans une autre ile étoit la ville d’Aleth, déja fort habitée & frequentée par le commerce: mais dont la plûpart des habitans étoient encore païens. Le peu qu'il y avoit de Chrétiens prierent faint Malo de travailler à la conversion des autres : ce qu'il fit avec tant de fuccès, fa prédication étant foûtenuë par les miracles,

, que la plâpart fe convertirent, & l'obligerent d'être leur Evêque. Telle Y 2

fuc

[ocr errors]

IS. Nov.

Boll. I.

fut l'origine du siege épifcopal d'Aleth en Bre

tagne , qui depuis a pris le nom de faint Malo. Martyr. R.

Il mourut vers l'an 565. & l'Eglife honore fa AX. Ss. memoire le quinziéme de Novembre. Le suc80.1.8.133. ceffeur de faint Samson dans le siege de Dol,

fut faint Magloire son cousin germain , élevé comme lui sous la discipline de faint Heltut. Saint Samson l'aiant ordonné diacre, l'emmena avec lui en Gaule , & en mourant le designa pour successeur : mais après deux ou trois ans il renonça à l'épiscopat, laissant à sa place Bu

. doc fon difciple , se retira dans la solitude, & fonda un monastere où il gouverna soixante

moines. Il fit quantité de miracles, & mourut Martyr. R. vers l'an 575. le vingt-quatriéme d'Octobre , 14.a. jour auquel l'Eglise celebre fa memoire.

Saint Brieuc nâquit dans la même partie de Mai.60.12. la grande Bretagne, & après avoir été ordonné p.91. Coint. an. Evêque & fait plusieurs miracles, paffa dans la 520. n. 8. Gaule & y fonda un premier monastere, puis 15.00.574. un autre au lieu qui porte son nom, & qui fut

depuis érigé en fiege épiscopal. On ne sçait pas precisément le tems qu'il a vécu, mais c'étoit en ce même siécle ; & l'Eglise l'honore le premier jour de Mai. Treguier étoit ausi d'abord

un monastere fondé par faint Tudval, venu de Coirit. an.

la grande Bretagne. Il fut élu Evêque de Lexo553.

bie vers l'an 532. & eut pour successeur, saint Ruellin fon disciple, qui mourut en 574. Le siege de Lexobie qui étoit ancien , fut depuis

transferé à Treguier qui a fait oublier son nom. Boll, 12.

Mais l'évêché de Leon dans la même côte fut Mare. 30.7.

érigé de nouveau pour faint Paul, surnommé p. 208.

Aurelien. Il nâquit dans la province nommée alors Pennohen que l'on croit être en Cornouaille , & fut disciple de faint Hultut, avec faint Samson & faint Gildas. La crainte de l'épiscopat le fit aussi passer en Gaule; & il s'éta

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

blit premierement dans l'ile d'Ouessant, puis dans une autre , & enfin en terre ferme dans la ville de Leon. Le comte Vithur admirant sa vertu & ses miracles, le fit ordonner Evêque par l'autorité du roi Childebert en 529. mais se sentant affoibli de vieillesse, il quitta le gouvernement de fon Eglise en 553. & mit à sa place faint Jaoua, puis faint Tiernomail ses disciples: qui n'aiant tenu le fiege qu'un an chacun, saint Paul le reprit en 555. & le quitta encore onze ans après en 566. le laissant à un autre de ses disciples nommé Cetomerin. Saint Paul se retira dans l'île de Bas , où il gouverna un monastere nombreux , & vécut encore long

tems.

.

[ocr errors]
[ocr errors]

Saint Gildas, surnommé le fage, autre disci- XV. ple de faint Heltut , nâquit à Dumbritton en Saints de

la grande Ecosse , vers l'an 484. Il ne fut que prêtre , &

Bretagne. prêcha dans la province septentrionale de la gran. Bel. 19. de Bretagne , puis en Irlande , où il rétablit la Jann.to.1. pureté de la foi & de la discipline. Enfin il paffa P.952.

Ada ss. en Gaule , & s'établit dans la côte meridionale

tom. 1. p. de la petite Bretagne près de Vennes, où il bâtit 138.

. le monastere de Buis, qui porte encore son nom; & y mourut en 565. Il reste de lui quelques Specil.co. canons de discipline, & deux discours sur la ruïne

9 prof de la grande Bretagne. Il déplore dans le premier, Bibl

. Pp.

tom 5. p la desolation de fa patrie par la conquête des An

477 glois-Saxons, arrivée de son tems , & en attribuë la cause à la corruption extrême des moeurs. Il s'adresse en particulier à cinq Princes , qui regnoient alors chez les Bretons, Conftantin, Aurelius, Conan, Vortipor, Cuneglas & Maglocun ; & leur reproche à chacun leurs crimes, avec une liberté & une vehemence étonnante, les exhortant à penitence. Le second discours, est une exhortation au clergé de la grande Bretagne , qui n'est pas moins vigoureuse. Il leur

repro

[ocr errors]

Y 3

[ocr errors]

reproche leur ignorance , leur negligence , leur

avarice, & les accuse même de fimonie. B.1.1.Feb.

Saint Giljas fut lié d'amitié avec sainte Brigi10.3. P. 99.

de Vierge & Abbeffe, la plus fameuse des Saintes P. 114.2. 94.

d'Irlande. Elle fonda plusieurs monafteres, principalement celui de Kildar à sept lieuës de Dublin, qui depuis est devenu une ville épiscopale.

Oa raconte d'elle un grand nombre de miracles, Martyr. R. & on croit qu'elle mourut en 523. L'Eglife 1. Febr.

bonore fa memoire le premier de Février.

Dans le même tems vivoit faint Colomba ou

Colomban l'ancien Prêtre & Abbé, qui au comBeds III. mencement du regne de Justin le jeune , palla DR, 4 d'Irlande dans la grande Bretagne, pour prêcher V.6.10.

la foi aux Pietes septentrionaux , feparez des méridionaux par des montagnes affreuses. Quant aux Pietes méridionaux, ils avoient reçu la foi long-tems auparavant , par les instructions de faint Ninias Evêque de la nation des Bretons, qui avoit été lui-même inftruit à Rome. Il

mourut l'an 432. à Oüithern en Ecofle où il Martyr. R. avoit établi son liege; & l'Eglise honore fa memoi16. Sept.

se le seiziéme de Septembre. Saint Colomba avant que de passer en Bretagne avoit fait en Irlandé un monaftere celebre nommé Dermarch; & depuis son passage il en fit encore un autre plus fameux dans une petite ile nommée Hy ou Hu au nord d'Irlande, & au couchant de l'Ecoffe. De ces monasteres il en fortit plusieurs autres en Irlande & en Bretagne : mais celui de Hy ou Ycolmkil en fut toûjours le chef. Il étoit gouverné par un Prêtre qui en étoit Abbé, & à qui étoit soumise toute la province, même les Evê ques, par un usage extraordinaire : & cela à l'exemple de son fondateur faint Colomba , qui n'avoit point été Evêque, mais fimple Prêtre. Ses Successeurs garderent une grande abstinence, & fc distinguoient par la regularité & l'amour

de

[ocr errors]

K

I.

de Dieu. Seulement ils n'étoient pas conformes
aux autres Eglises, pour l'observation de la pâ-
que; parce qu'étant si éloignez du reste du mon-
de, personne ne leur avoit porté les decrets des

Vita 8.16. conciles sur cette matiere. Saint Colomba vécut co. 1. trente-quatre ans depuis son passage en Bretagne 18. Ben. & mourut en 598. le lundi neuviéme de Juin , p.36*. jour auquel l'Église honore fa memoire.

Martyr. 9.

Jun.
Le second concile de Tours écrivit à fainte XVI.
Radegonde une lettre , dont il faut dire l'occa- Commen-
fion. Radegonde fille de Berthaire Roi de Turin- cement de

sainte R3ge, aiant été prise captive par les François dans

degonde. fon enfance, vint au lot du Roi Clotaire, qui la vita per fit élever, & l'épousa quand elle fut en âge. Dès. Fortun. lors elle pratiquoit de grandes vertus : des au

A&. S. Ben,

P. 319.com, mônes très-abondantes, de longues prieres, de grands jeûnes, & portoit le cilice tout le Carê- Greg. III. me fous ses habits précieux : le Roi difoit qu'il hifi.6.7. avoit épousé une Religieuse plutôt qu'une Reine, & lui faisoit souvent des reproches de ses de votions. Mais ce Prince aiant fait tuer injustement le frere de Radegonde, elle profita de cet te occasion

pour le quiter : & il l'envoia lui.
même à Noion , pour recevoir l'habit de Re
ligieuse de la main de faint Medard. Le faint
Prélat en faisoit difficulté, à cause qu'elle étoit
mariée, & les Grands s'y opposoient : mais
elle se revétit elle-même du faint habit, & pref,
fa tant faint Medard, qu'il lui imposa les mains
& la confacra Diaconese.

Elle se retira premierement à une terre que
le Roi lui avoit donnée en Poitou, & commen-
ça à y mener une vie très-austere : ne vivant
que de pain de seigle & d'orge, d'herbes & de
legumes, & ne buvant point de vin : son lit
étoit un cilice fur de la cendre. Cependant elle
servoit les pauvres de ses mains , & faisuit des n.7.
aumônes immenfes. Elle portoit fur la chair

Y 4

[ocr errors]

unc

« AnteriorContinuar »