Imágenes de páginas
PDF
EPUB

6. 9.

:

4

facrera , comme étant fondée, plûtôt par inte-
rêt que par devotion. Le Métropolitain dénon- An. 572.
cera aux Evêques le jour de la Pâque , à la fin
du Concile ; & chaque Evêque le dénoncera au
peuple, le jour de Noël après l'Evangile. On
commencera le Carême par des processions de
trois jours aux Eglises des Saints : le troisiéme
jour on celebrera la Messe a trois ou quatre heu-
res après midi, & on avertira d'observer le jeûne,
& d'amener au milieu du Carême les enfans qui
doivent être baptisez, pour être purifiez par les
exorcismes. Les Prêtres ne doivent consacrer
qu'à jeun , & il n'est pas permis de s'en dispen-
ser , même fous pretexte de Messes pour les
morts.
La même année 572. les Evêques de la pro- Confit

. vince de Lugo y tinrent un Concile , où le Roi ap: Ambr. у

Mor. XI. confirma la division des dioceses, établie de nou. Chr. 6.62. , veau. Nitigius Evêque de Lugo présidoit à ce Concile, & il y avoit des Legats du faint Siege. C'est le même Nitigius à qui faint Martin de Brague adressa fa collection de canons. Il mar

Tom s.cont.

P que dans la préface , qu’aiant été d'abord écrits P923;

App.cor. en Grec, ils ont été alterez , tant par

le défaut des traductions , que par l'ignorance ou la ne. Rel. gligence des copistes : c'est pourquoi il a travaillé à les rendre plus corrects. Ce recueil est divisé en deux parties , dont la premiere regarde le Clergé, & la seconde les Laïques ; & il comprend en tout quatre-vingts-quatre canons. On marque à chacun , d'où il a été tiré : c'est-àdire , des Conciles compris dans l'ancien code de l'Eglise universelle , & des conciles d'Espagne , tenus 'jusques alors. Cette collection de laint Martin de Brague, a été depuis très-fameu- Greg.Tur. se. Il mourut vers l'an 580.

V. hift. c.

37. Le Pape Jean III. mourut en 572. & fut en

XX. terré à saint Pierre le treiziéme de Juillet : il Lombards

ayoit en Italie.

Bibl. Ivo

[ocr errors]

Lib, Pontif. avoit tenu le faint Siege près de treize ans. En

deux ordinations au mois de Decembre , il fit
trente-huit Prêtres & treize Diacres, & soixante
& un Evêques. De son tems les Lombards en-
trerent en Italie, sous la conduite d'Alboin leur
Roi. Ils étoient Germains d'origine : mais ils
avoient demeuré quatre cens ans en Pannonie ;
& ils en sortirent en la premiere indiction, le

lendemain de Pâque : c'est-à-dire , le second jour Paul. diac. d'Avril 568. Ils entrerent en Italie par la Vene lib. 11.6.7. tie ; & Paul Patriarche d'Aquilée , qui en étoit

la capitale, craignant leur fureur, quitta la ville 6.10. & fe rerira à l'île de Grade, emportant avec lui

tout le trefor de son Eglise. Il mourut l'année
f 11. fuivante , & cut pour successeur Probin. Alboin

étant arrivé à la riviere de Piave, Felix Evêque
de Trevise vint au-devant de lui ; & le Roi ac-

corda à sa priere tous les biens de son Eglise, & 6.13. en confirma la donation par lettres. Ce Felix Swp.m.18. étoit ami de Fortunat de Poitiers , & avoit été Pami.6.14. gueri avec lui du mal des yeux , par l'huile de

la lampe de faint Martin. Alboin prit Vicenze,
Verone , & toutes les autres villes de la Vene-
tie : excepté Padoue , Mont-Silice & Mantove.
Puis il passa dans la Ligurie , & le troisiéme de
Septembre de la troisiéme indiction, c'est-à-dire,
l'an 569. il entra a Milan. Honorat qui en étoit

Evêque, s'enfuit à Genes : car Alboin conquit
6. a 3.

toute la Ligurie; à la reserve des villes mariti-
mes. Honorat étant mort peu de tems après,
on élut en même tems à Milan Froton & à Grer
nes Laurent, pour la même Eglise. Mais ceder-
nier demeura Evêque de Milan, après qu'il euzt
donné au Pape un écrit, par lequel il consentoit
à la condamnation des trois chapitres. Cet écrit
fut certifié par les personnes les plus nobles, en-
tre autres par saint Gregoire , alors Préteur de
Rome.

Pavie

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

Pavie foutint le siege pendant trois ans, & cependaut Alboin se rendit maître de tout, juf

An.

572. ques en Toscane , excepté Rome & Ravenne. 6. 26. A Ravenne residoit le Gouverneur d'Italie

Paul, II. pour

6.29. l'Empereur, que l'on commença alors à nommer Exarque , & le premier fut Longin. Les Romains n'étoient pas en état de resister aux Lombards : tant à cause de la peste , qui peu auparavant avoit ravagé la Ligurie & la Venetie, qu'à cause de la famine , qui étoit alors trèsviolente par toute l'Italie. Avec les Lombards, Alboin avoit amené plusieurs autres barbares : Gepides, Bulgares, Pannoniens, Sueves, Noriques & autres : entre lesquels il y avoit grand nombre de Païens , & les Lombards étoient Ariens. Pavie fe rendit enfin, & Alboin l'épargna , quoiqu'il eût fait voeu de passer tout au fil de l'épée, à cause de sa longue resistance. Il 6.271 fut tué lui-même par l'artifice de la femme Rosemonde, en 572. après avoir regné en Italie trois ans & demi.

On attribuë aux ravages des Lombards , la XXI. longue vacance du saint Siege après la mort de

Benoît Jean III., car elle dura dix mois. Enfin on elut Bonose Pa. Benoît surnommé Bonose, Romain de naiffance, Lib. Pontif.

pe. & fils de Boniface. Il fut ordonné la septiéme année de l'Empereur fuftin : c'eft-à-dire, en 573. Chr. Foi le seiziéme de Mai, & tint le faint Siege quatre Bici. ans , au milieu de la persecution des Lombards. Rome auroit péri de faim en fon tems, fi l'Empereur Justin n'y eûttenvoié d'Egypte des vaisseaux chargez de bled. Après Alboin, les Lombards élurent Cleph pour leur Roi : mais il fut tué dix-huit mois après par un de ses domestiques; & les Lombards pendant dix ans n'eurent 6.38. point de Roi, mais seulement des Ducs, dont chacun tenoit la ville, & qui étoient au nombre de trente. C'étoit la septiéme année après l'en

-1

[ocr errors]

tréc

!

[ocr errors]

trée d'Alboin : c'est-à-dire , l'an 575. Pendant cette espece d'anarchie , les Eglises furent dé. pouillées, les Evêques tuez, les villes ruinées,

les peuples exterminez. Greg. III. Saint Cerbone Evêque de Populonium en dialog.c.ll. Toscane , se retira dans l'ile d'Elve en la mer

voisine ; & se voiant près de la mort, il dit à ses Clercs de l'enterrer en son sepulcre , qu'il avoit preparé dans la ville. Comment pourronsnous , dirent-ils , y porter votre corps ? les Lombards en font les maîtres. Ne craignez rien , leur dit-il, aiez soin seulement de vous retirer en diligence , fi-tôt que vous m'aurez enterré. Ils le firent ainsi; & à peine étoient-ils

rentrez dans leur barque, que Gommar l'un des Martyr R. trente Ducs arriva. L'Eglise honore la memoire 10. 08.

de saint Cerbone, le dixiéme d'Octobre.

Les Lombards avoient pris un Diacre qu'ils Greg.6.17. tenoient lié, & le vouloient tuer. Saint Sanétule

Prêtre de Nocera, les pria de lui donner la vie; & n'aiant pû l'obtenir, il demanda au moins qu'ils le lui donnassent en garde, & promit d'en répondre sur sa tête. A minuit voiant les Lombards endormis, il l'éveilla, & l'exhorta à s'enfuir. Le Diacre ne le vouloit point, fçachant à quel péril il expofoit faint Sanctule : mais enfin il le preffa tant qu'il se sauva. Le lendemain saint Sanctule aiant confeffé la fuite du Diacre, les Lombards lui dirent : Tu es bon homme, nous ne voulons pas te fring mourir dans les tourmens : choisis le genreu mort que tu voudras.I! répondit : , Faites-moi inourir de la maniere que Dieu le permettra. Ils resolurent de lui couper la tête. Comme il étoit en grande veneration pour fa fainteté, tous les Lombards qui étoient en ce lieu-là s'assemblerent pour voir la mort. Il demanda permission de prier, & l'obtint. Il fe prosterna par terre : mais celui qui étoit choisi

pour

[ocr errors]
[ocr errors]

pour l'execution, trouvant qu'il prioit trop long-
tems, le poussa du pied & le fit lever. Étant à
genoux & voiant l'épée tirée, il dit tout haut:
Saint Jean arrêtez-la. Alors l'executeur demeura
le bras levé , fans pouvoir l'abaisser. Tous les
Lombards commencerent à témoigner leur ad-
miration pour le Saint. On le pria de guérir le
bras de l'executeur : mais il Pobligea aupara-
vant, à jurer que jamais il ne s'en serviroit pour
tuer un Chrétien. Après qu'il l'eut promis, le
Saint lui fit abaisser le bras , & remettre son
épée au foureau. Ils lui offroient tous en recon-
noissance de la vertu, les bæufs & les chevaux
qu'ils avoient pillez : mais il leur dit : Si vous
me voulez donner quelque chose , donnez-noi
tous les captifs que vous avez pris , afin que
j'aie sujet de prier pour vous : ils les renvoie-
rent tous avec lui. Dans la province de Valerie , IV. 6.21.
les Lombards pendirent à un arbre deux Moines,
qu'eux-mêmes crurent entendre chanter après
leur mort. En un autre quartier , l'Abbé Soran 6.12.
avoit donné aux captifs qui s'étoient sauvez des
Lombards , tout ce qu'il avoit d'habits & de
vivres pour la provision de son monastere, &
jufques aux herbes de fon jardin. Alors les Lom-
bards vinrent lui demander son argent; & com-
me il leur dit qu'il n'avoit rien, ils le tuerent.
Tandis

que
l'Italie étoit ainsi ravagée par les xx11.,

XXII Lombards, l'Empereur Justin ne fongeoit qu'à se challe

Anastases plaisirs , & s'abandonnoit fans reserve à ses

d'Anriopassions. Il chaffa d'Antioche le Patriarche Anaf- che. Gretase, sous pretexte qu'il dissipoit les biens de goire pa

criarche. l'Eglise : mais en effet , parce qu'il le haïssoit.

Evanr. V. Quand Anastase fut élû Patriarche , il refusa à c. s. Justin l'argent qu'il demandoit, pour lui procurer l'agrément de l'Empereur Justinien. Etant devenu Empereur , il aprit que comme on demandoit à Anastase pourquoi il prodiguoit les

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »