Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

tout ce qui regarde la préparation & l'instruction 10.30.31.33. des catecumenes : la premiere benediction, celle

où on donne le fel; les exorcismes, qui se fai-
foient

par
des Acolytes, & étoient differens

pour
les garçons & pour les filles.
*. 340

Ensuite on leur expliquoit les Evangiles, ce : 13 qu'on appelloit leur ouvrir les oreilles. Quatre Diacres fortoient de la sacristie, portant les

quatre Evangiles , precedez de deux chandeliers avec des encensoirs. Ils mettoient les livres sur les quatre coins de l'autel, & un Prêtre commençoit à instruire les catecumenes : leur expliquant ce que signifie le mot d'Evangile; qui font

les Evangelistes; & comme on leur à appliqué 7. 35. les figures des quatre animaux mysterieux. Puis

il faisoit lire par les Diacres le commencement de chaque Evangile. Un autre jour le Prêtre leur expliquoit le Symbole. D'abord il leur disoit en general ce que c'est : puis un Acolyte prenoit lur fon bras gauche un des enfans destinez au baptême, lui tenant la main droite sur la tête; le Prêtre démandoit en quelle langue confefsentils Nôtre-Seigneur JESUS-CHRIST, on répondoit : En grec, ou : En latin. Car il y avoit toûjours grand nombre de Grecs à Rome. Alors l'Acolyte prononçoit le Symbole de Nicée, en chantant premierement en grec, puis en latin; & ce qui marque l'antiquité de ce Sacramentaire, c'est qu'il y est dit seulement que le SaintEsprit procede du Pere. Le Prêtre expliquoit de même l'oraison dominicale.

Le dimanche des Ramaux est aussi nommé de la Passion. Il est marqué au Jeudi faint que l'on ne chante poiot , & que

faluë point le peuple. Ce même jour comprend deux grandes ceremonies , la reconciliation des penitens , & la consecration des saintes huiles. Le penitent fortoit du lieu où il avoit été renfermé, &

fc

l'on ne

Epift.540

fe presentoit à l'Eglise profterné par terre. Alors
le Diacre intercedoit pour lui auprès de l'Evê-
que , qui l'aiant exhorté à ne plus retomber,
faisoit sur lui plusieurs prieres. On marque en- * 46.
fuite la maniere de reconcilier un penitent à la
mort. La benediction des saintes huiles étoit
telle à peu près qu'elle est encore, excepté la fa-
duration & les genuflexions. Ce jour du Jeudi
saint , il y avoit deux Messes , l'une le matin,
l'autre le soir, comme S. Augustin a remarqué,

ad fans. qu'il fe pratiquoit en quelques Eglises. Le facra- c.7. Sate mentaire marque pour le Vendredi faint les mê- am. n.41. mes Oraisons que nous disons ; l'adoration de la Croix , & la communion generale de l'Euchariftie refervée le jour precedent.

Le Samedi faint le matin , les Catecumenes éleus venoient rendre le Symbole. Premierement, l'Evêque ou le Prêtre faisoit sur eux le dernier exorcisme ; puis il leur touchoit de fa falive le nez & les oreilles, en disant Eppheta & le reste, puis il leur faisoit l'onction de l'huile des Catecumenes : leur faisoit faire les renonciations, & disoit sur eux le Symbole; & après les avoir fait prier , le diacre les renvoioit jusqu'à l'heure du baptême. Au milieu de la huitiéme heure ; c'est-à-dire , à une heure & demie, l’office commençoit par une Litanie , suivie de la benediction du cierge paschal , & des douze leçons, avec les oraisons après chacune. Ensuite on alloit aux fonts en faire la benediction , & baptiser tous les éleus l'un après l'autre , en les plongeant trois fois. Au sortir des fonts, le Prétre leur faisoit l'onction du crême sur la tête; puis l'Evêque leur donnoit la confirmation : Premierement , il leur imposoit les mains en demandant pour eux les fept dons du Saint-Esprit; puis il leur faisoit l'onction au front. On retournoit au fanctuaire, & on commençoit la Messe

D 6

quand

m 54. quand la premiere étoile paroissoit au ciel. Après Cang.gloff. loctáve de Pâque, est la Messe de la Pâque anpajch. ann. notine: ainsi nommoit-on l'anniverfaire du Baptê

me. Soit que chacun le celebrât au même jour 1.63. qu'il avoit été baptisé, soit qu'on le celebrât pour

tous ensemble , le Samedi de l’octave de Pâque. A la Messe de l'Ascension , on met la Benediction des premiers fruits. Au Samedi de la Pen

tecôte , à l'occalon du Baptême solemnel, on m. 66.67. mer la maniere de baptiser un malade, un éner7.710 gumene ou un payen. Car il en restoit peu , &

la plupart de ceux que l'on baptisoit ,'étoient

enfans de chrétiens. Après avoir baptisé le ma$ 75lade , on lui donnoit la communion , & l'Evê

que le confirmoit. XLIV. Après l'office de la Pentecôte , est la dénonAutres ciation du jeûne des Quatre-tems , pour

le offices

qua7,82. triéme, le septiéme & le dixiéme mois , à

peu près comme dans les sermons de faint Leon; c'est-à-dire , le jeûne du Mercredi & dų. Ven

dredi , & le Samedi , les veilles dans l'Eglise de 2.85. faint Pierre. On met ensuite les prieres pour la *. 88. reconciliation des Ariens & des autres Hereti

ques : puis la dédicace d'une Eglise beaucoup plus simple que dans les derniers tems ; & tout de suite la consecration de l'autel , des vaisseaux facrez, & des linges. On marque separément la dédicace du baptistere. On voit ensuite les ordinations, que j'ai déja rapportées : puis la conse

cration des Vierges , qui se doit faire à l'Epi7. 103. phanie , le lundi de Pâque , ou aux fêtes des

Apôtres.

Le second livre du facramentaire de Gelare contient les Messes des Saints; & premierement la formule de dénoncer le jour & le lieu,

auquel on devoit les celebrer , ou auquel on devoit

transferer des Reliques : dont nous avons vû un Sup, Liv exemple dans saint Ambroise. On ne trouve ici

que

XVIII. 2. 47.

11.n. 15.

que des fêtes de Martyrs , & feparément celles Amb.ep. de faint Pierre & de faint Paul ; ce qui marque l'antiquité de ce facramentaire. Le troisiéme li- ". 39.41:

V. Thom, yre contient premierement seize Messes pour les préf. Dimanches , fans en designer aucun en particulier : ce qui semble montrer qu'elles servoient indifferemment pour tous les simples Dimanches, pendant le cours de l'année. Ensuite est le canon de la Messe , te que nous le disons encore; & plusieurs benedictions sur le peuple, après la communion : puis six Messes pour les jours ordinaires. Ensuite plusieurs Messes votives, pour 8.17. les voyageurs , pour les affligez, pour la steri- n.83. lité & les autres causes semblables. Il y en a quelques-unes plus remarquables : pour ceux qui font n.48. une agape ou festin de charité : une Messe pour n.so. dire dans un Monastere , apparemment quand l'Evêque l'alloit viliter. La Messe pour les noces *.52 y est aussi, avec la benediction nuptiale ; & la Messe pour le jour de la naissance. La Messe pour *.53. les malades, & à la fin les prieres pour les morts, n.70. devant & après la sepulture , & plusieurs Messes n. 92. pour eux : entre autres pour un mort nouvelle- n. 96. ment baptisé, & pour ceux qui ont desiré la n. 98. penitence, & n'ont pû la recevoir. On voit dans ce même livre la benediction & l'aspersion de 6.75. l'eau benite & plusieurs autres benedictions. Et c'est ce qui m'a paru de plus remarquable dans le facramentaire attribué au Pape faint Gelase. De son tems & par son autorité le corps de

Søb. livi faint Severin Apôtre du Norique , fut transferé XXIX. au château de Luculland près de Naples, & l'on Vita, ap. у bâtit un monastere. Le Saint étoit mort dès Boll. 8. l'an 482. & fix ans après, tous les Romains qui Janu.6.18, étoient dans le païs , aiant été obligez de passer en Italie , comme il l'avoit prédit, emporterent ses Reliques avec eux. Il se fit plusieurs miracles à ces deux translations : dont l'histoire , aussi

n. 35

12,

que

Ap Boll.

Conver

bien la vie du Saint , a été écrite l'an 5111 Epif. ad par le Prêtre Eugipius fon disciple, témoin ocuPafch.

laire de ce qu'il raconte. L'Eglifa honore la meto. 1. p.4846

moire de faint Severin , le huitiéme de Janvier. Martyr. R. Le Successeur du Pape faint Gelase fut Ana8. Jannar. stase, second du nom, Romain de naissance, qui

XLV 'tint le faint Siege près de deux ans. Peu de tems lion de

après son ordination, il écrivit à Clovis Roi des Clovis. François, sur sa conversion à la religion chré

lib.pontif. tienne: lui en témoignant la joie, & l'exhortant Epift

. a à perseverer. Les Francs ou François étoit une 10.4. Conc. P.1282. nation Germanique, connuë depuis deux cens Rrin. ann. quarante ans : ils habitoient vers le bas Rhin, Franc. ad & aiant passé ce fleuve, ils entrerent dans les Greg. Tur Gaules, & commencerent à s'y établir vers l'an

420. sous la conduite de Pharamond, que l'on Profpo'chr.

leur premier Roi. Clodion lui sucPit.an, 26.

compte pour Honor.

ceda en 428. puis en 448. Merouée qui aida à chaffer Attila des Gaules & vint jusques à la Seine. Son Fils Childeric lui succeda en 458. & avança jusques à la Loire, & Clovis succeda à

Childeric son Pere en 481, Il étendit encore ses Greg.Tur. conquêtes : & aiant vaincu Syagrius, qui com11. hist.

mandoit f. 26.

les Romains, il acheva d'éteindre

pour leur puiffance dans cette partie des Gaules. Le

reste obéïfsoit aux Bourguignons & aux Visigots. Abid.6.28. En 493. Clovis épousa Clotilde, fille de Chilpe

ric & niéce de Gondebaud Roi des Bourguignons : elle étoit Chrétienne & Catholique, quoi que le Roi fon Oncle & toute la nation fît profession de l'Arianisme. Le Roi Clovis traitoit bien les Chrétiens, épargnoit les Eglises & honoroit les saints personnages, particulierement

saint Remi Evêque de Reims, à qui il fit rendre 5.27. un des vases de son Eglife, qui en avoit été en.

levé. $.19 Le premier fruit du mariage de Clovis & de Clotilde, fut un fils qu'elle voulut faire baptiser,

&

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »