Imágenes de páginas
PDF
EPUB

J. D'AUCOUR.

1

JEAN BARBIER D'AUCOUR.

EAN Barbier d'Aucour naquit à famille

diocre. Il fortit de cette Ville à l'âge de quatorze ans, dans le deffein de chercher à fe pouffer lui-même.

Son premier afyle fut Dijon, où il fit fa Philofophie, logeant chez M. Joly de Blaizy, Préfident à Mortier, qui le prit moins pour Précepteur de fes enfans, que pour leur compagnon d'étude..

Ses deux années finies, il vint à Paris. Il s'étoit imaginé qu'ayant de l'efprit, il trouveroit fans peine dans cette Ville quelque pofte confiderable, mais il eut tout le tems de fe détromper. Un Libraire affez pauvre, qui debitoit fous le manteau divers Ouvrages de PortRoyal, le reçut chez lai moyennant une penfion fort modique. Ce fut tout ce que purent faire pour lui quelques amis de Meffieurs de Port-Royal, à qui on l'avoit, à ce qu'il paroît, adreffé.

Il fe mit enfuite Repetiteur au J. D'AuCollege de Lizieux, & en même COUR. tems étudia en Droit.

Une chofe qui lui arriva vers ce' tems-là le broüilla avec les Jefuites, & c'est à cette broüillerie que nous devons fes premiers Ouvrages. Af fiftant en 1663. à l'explication des Tableaux énigmatiques, qui fe fait tous les ans dans leur College, il voulut parler, & en le faifant il laiffa échapper quelques termes peu modeftes. Comme cet exercice fe fait dans l'Eglife, le Jefuite qui y préfidoit l'avertit demefurer fes expreffions, parce qu'ils étoient dans un lieu facré; mais d'Aucour répondit brufquement: Si locus facrus eft, quare exponitis.... Il ne put achever fa phrafe; car auffi-tôt les écoliers, comme autant d'échos, repeterent de toutes parts fon barbarifme; les Maîtres en rirent, & le fobriquet d'Avocat facrus lui en demeura. D'Aucour alors irrité contre les Jefuites, comme s'ils avoient été la caufe de fon incongruité, réfolut de s'en venger, en employant fa plume contre eux, comme on le verra plus bas. Ddiij.

[ocr errors]
[ocr errors]

COUR,

J. D'AU- Après s'être fait recevoir Avocat en Parlement, il commença à fréquenter le Barreau; mais une difgrace qui lui arriva à fon premier Plaidoyer, l'en dégoûta. Il avoit préparé, fuivant la coûtume, une Piece d'Apparat, dont il ne prononça que cinq ou fix lignes; car étant alors demeuré court, il ne put aller plus loin.

C'est lui que M. Defpreaux, picqué de ce qu'il avoit écrit contre Racine, a voulu défigner dans les derniers Vers de fon Lutrin, où il parle ainfi à M. de Lamoignon Premier Préfident.

Quand la premiere fois un Athlet

nouveau

Vient combattre en champ clos aux
jouxtes du Barreau,

Souvent, fans y penser, ton augufte
préfence,
Troublant par trop d'éclat fa timide élo-

quence,

Le nouveau Ciceron tremblant, déco-
loré,
Cherche envain fon difcours fur fa lan-
gue égaré:

Envain pour gagner tems dans fes tran- J. D'AU

COUR.

fes affreufes Traîne d'un dernier mot les fyllabes

1

bonteufes; Ilhéfite, il bégaye, & le trifte Ora

teur

Demeure enfin muet aux yeux du spec

tateur.

Cet accident lui fit former le deffein de ne plus plaider, & de se contenter d'écrire dans les occafions d'éclat. Hardi la plume à la main, il avoit hors de là une certaine timidité, dont fa mauvaise fortune encore plus que fon tempé ramment pouvoit être la cause.

Il crut pouvoir fe dédommager de la perte qu'il faifoit, en fe jettant dans les difputes fur la fignature du Formulaire; il écrivit fur cette matiere, mais cette forte de métier ne l'enrichit pas.

N'ayant point de quoi payer fon hôte, il convint avec lui d'époufer fa fille; mais ce mariage ne le mit pas à fon aife; heureusement pour lui il n'eut point d'enfant.

Ses Sentimens de Cléante le firent

COUR.

J. D'Au-connoître à M. Colbert. Ce Miniftre prévenu par là en fa faveur, le mit en 1677. en qualité de Précepteur auprès de M. d'Ormoy, qui fut depuis M. de Blainville, fon fils. Ce fut alors que Barbier ajoûta à fon nom celui de d'Aucour.

M. Colbert lui donna vers l'an 1680. une commiffion de Contrôleur des Bâtimens du Roi; & il fut élû en 1683. pour fucceder à M. de Mezerai dans l'Academie Francoife.

à

C'étoient là d'affez beaux commencemens pour un homme qui avoit été fi long-tems en proye fa mauvaise fortune. Malheureufement M. Colbert mourut peu de tems après, & avant même que le nouvel Academicien eût prononcé fon remerciement, ce qu'il fit le 29.. Novembre de cette année 1683.

D'Aucour fe trouva alors, à fa Commiffion près, qui n'étoit ni fort confiderable, ni fort bien payée, auffi pauvre qu'il l'avoit été jufqu'en 1677.

Vers l'an 1689. il entra dans un parti pour les bois de Normandie,

« AnteriorContinuar »