Imágenes de páginas
PDF
EPUB

MANNI.

L. ALA- à perdre, fongea d'abord à fe mettre en sûreté, & fe retira dans le Duché d'Urbin. Sa fuite fut fi précipitée, qu'il ne fongea point à avertir fon coufin, qui étoit en garnifon à Arezzo, de ce qui fe paffoit. Cet oubli fut la caufe de fa perte, car il fut arrêté peu de tems après, & conduit à Florence, où il eut la tête tranchée avec Diacettino le 7. Juin fuivant. Quant à notre Auteur & à Buondelmonte, qui s'étoit auffi évadé, ils furent proferits, & leur tête fut mife à prix. (a).

Ils fe retirerent tous les deux par differentes routes à Venife, où le Senateur Charles Cappello les reçut dans fon Palais. Mais ils ne demeu rerent pas long-tems en cette Ville, car le Cardinal Jules de Medicis ayant été l'année fuivante 1523. élû Pape fous le nom de Clement VII. ils ne s'y crurent pas en sûreté, & formerent le deffein de fe retirer en France.

(a) Les mêmes Journalistes de la Bibliot. Italique ont mal traduit ces paroles du Journal de Venise, è posto taglia di cinquecento forini d'oro per uno, par celles-ci, ils furent mis à l'amende de soo. florins d'or.

[ocr errors]

En paffant à Brescia, ils furent L. ALAarrêtez & mis en prifon, on ne fçait MANNI. pour quel fujet, peut-être à la follicitation du Pape. Mais Charles Cappello l'ayant appris, travailla fi efficacement pour eux, qu'ils furent mis en liberté. Ce fervice fut caufe que Cappello ayant été envoyé quelques années après en ambaffade à Florence , y fut traité avec beaucoup de diftinction par les Seigneurs Florentins.

Alamanni fuyant la puiffance & l'indignation du Pape, demeura fucceffivement en differens endroits, tantôt en France, tantôt à Gennes attendant toujours un changement qui pût le rendre à fa Patrie.

[ocr errors]

Ce changement, arriva en 1527. Car l'armée de l'Empereur Charles V. ayant alors pris d'affaut la ville de Rome, & le Pape s'étant retiré dans le Château S. Ange, où il étoit comme prifonnier, les Florentins, qui tenoient le parti du peuple, reprirent courage, chafferent les Medicis & rappellerent les bannis entr'autres Alamanni & Buondel

monte.

[ocr errors]

L. ALA- Cependant les progrez de l'EmMANNI. pereur firent appréhender à Nicolas Capponi, qu'ils avoient élû Gonfalonier, quelque nouvelle difgrace, & cette appréhenfion le portoit à s'accommoder avec ce Prince. Plufieurs étoient de fon avis, & dans le Confeil qui fe tint pour déliberer für ce fujet, Alamanni fit un long difcours pour l'appuyer. Mais le credit de ceux qui étoient d'un avis contraire l'emporta, & Alamanni commença à devenir fufpect au parti du peuple; ce qui l'engagea à paroître rarement à Florence, & à aller paffer la meilleure partie du tems à Gennes.

La Republique de Florence ayant en 1528. levé des troupes, Alamanni fut élu Commiffaire General, & il accepta cet emploi, dont on lui envoya la Patente à Gennes, où il étoit alors.

Lorfqu'il vit les affaires des François entierement perdues en Italie, il fit de nouvelles tentatives pour engager les Florentins à fe détacher de leur parti & à fe joindre à celui de l'Empereur, mais toutes fes dé

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

marches furent auffi inutiles que la L. ALApremiere fois, & ne fervirent qu'à MANNI. le rendre odieux au peuple, ce qui le fit réfoudre à fe retirer pour toujours de Florence.

Cependant lorsque la treve eût été concluë entre Charles-Quint & François I. les Florentins envoyerent des Ambaffadeurs à l'Empereur, pour faire leur paix; mais ce Prince ne voulut point les recevoir, qu'ils ne promiffent de rendre la puiffance fouveraine aux Medicis. Sur leur refus l'armée de l'Empereur & les troupes du Pape s'emparerent de la meilleure partie de la Toscane, & mirent le fiege devant Florence.

Dans cette extrêmité ils eurent recours à François I. mais ne le trouvant pas difpofé à les fecourir, ils s'adrefferent à ceux de leurs Citoyens, qui étoient refugiez dans les Pays Etrangers. Alamanni, qui aimoit veritablement fa Patrie, oubliant tous les sujets de plainte qu'il pouvoit avoir contre elle, fit fi bien, qu'il ramaffa de côté & d'autre quinze ou vingt mille écus, comme le rapporte Nardi, ou même

L. ALA- quarante mille, felon Segni, & les MANNI. porta de Lyon de Lyon,

où il s'étoit rees

?

à Gennes, d'où il les fit paffer à Pife.

Benoît Parchi, qui dans fon Hiftoire manufcrite de Florence rapporte cet évenement au mois de Mars & d'Avril de l'an 1530. le raconte autrement que Nardi & Segni. Il dit qu'Alamanni s'étoit lui-même tranfporté à Florence, de Gennes où il avoit toujours demeuré, après avoir été faire un tour à Barcelone; & qu'il avoit trouvé moyen par fes follicitations de tirer du Roi de France vingt-deux mille écus, dont il avoit envoyé une partie à Pife & dont il avoit porté une autre à

Florence.

Quoiqu'il en foit de ce fait, qui n'a rien de fort intereffant, il eft sûr que ces fecours ne furent que que d'une utilité mediocre pour les Florentins, puifqu'ils furent obligez de fe rendre le 10. Août de cette année.

La forme du Gouvernement fut auffi-tôt changée, & Alexandre de Medicis fe mit en poffeffion de l'au

« AnteriorContinuar »