Imágenes de páginas
PDF
EPUB

litez, que

faire éclater ces grandes qua

le ciel ne communique qu'aux Heros que fa providence destine pour commander. Je ne toucherai pas ces circonstances , ni tant de glorieuses actions qui rendent vótre nom si celebre elles font encore presentes à toute l'Europe, & feront un des plus beaux traits de l'Hiftoire. Je dirai seulement que vôtre nation , qui revere la memoire de ce grand Cardinal comme le Prote&teur de fa liberté

conserve pour vôtre Altesse la même veneration en le même attache, ment.Vớtre magnanimité rappellant dans le souvenir de

couronne

[ocr errors]

ces peuples le bonheur dont ils avoient joüi fous le 'Regne glorieux de vos ancêtres ; ils ont témoigné que leur plus forte passion seroit de vous voir fuccesseur tranquile de leur

comme vous êtes de leurs vertus : c'est une juf tice

que vos propres ennemis ont été obligez de rendre à vôtre Altesse ; quelles offres, quelles démarches n'ont ils pas fait , pour

la

porter à se relâcher sur ses droits ? Mais ils ont trouvé un Prince preft à facrifier jusqu'à sa vie, plitốt

que

de donner quelque atteinte à sa gloire @ aux privileges de la patrie , qu'elle a toujours regardé comme in

Separables. Après des negociations si concertées, quelle sui: te favorable ne promettoient pas tant d'heureux fuccez de vótre prudence @ de vôtre valeur? Sans des changemens imprévus effets ordinai. res de l'instabilité des desseins des hommes, dont cependant un cæur moins magnanime que le vótre, auroit se ménager de grands avantages. Mais MONSEIGNEUR avez voulu

jouir de toute tre gloire , au préjudice de vos interests particuliers ; c'est ce qui vous a attiré l'admiration de tout le monde, l'estime finguliere du plus grand Roy de la terre , qui

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

parmi les actions éclatantes du Regne le plus glorieux a voulu s’acquerir le nom incomparable de protecteur des Rois es des Princes ; qui n'ayant fixer l'inconstance de la fortune , ont cependant, comme vous, conservé tous les sentimens de leur auguste caractere. Enfin, MONSEIGNEUR, si vous ne joüif fez pas de tous les droits que vótre naissance et vos vertus ont merité, vous avez l'amour

l'attachement d'un peuple reconnoissant que rien n'eft capable d'alterer. C'est ce qu'il marqua envers le Cardinal Martinusius après la mort funeste ; les Transilvains ayant perdu cet illustre protecteur de leur lie berté eg de leur gloire , ne púrent souffrir une domination qu'ils regarderent comme étrangere ; ils ne voulurent reconnoître que l'autorité d'un Roy de leur nation, quoique encore dans l'enfance, & dont le droit à la Couronne paroif foit affez incertain. Ce font les motifs qui m'ont porté à démesler la verité des faits arrivez fous le ministere du grand Cardinal Martinusius, dont les évenemens presens ne Jont que les suites necessaires. Satisfait de mes recherches, fi lefai que je prens la liberté de presenterà vôtre Al

« AnteriorContinuar »