Imágenes de páginas
PDF
EPUB

crois avoir prouvé autant que cela peut l'être, on voit qu'on peut regarder l'ordre de mortalité établi par M. Kerseboom, comme le plus approchant du vrai pour le monde en général : on se fervira de celui qui a été établi d'après les Tontines, pour , pour les Rentiers & pour les autres perfonnes qui compofent quelque Compagnie ou Société d'élite ; & on pourra se servir du fecond ordre établi d'après les Bénédictins pour les Religieux en général, parce qu'il tient un milieu entre les quatre ordres des Religieux : il n'y en a qu'un établi pour les Religieuses; mais on peut y compter.

Un ordre de mortalité quelconque, le second des Bénédictins, par exemple, marque nonfeulement la proportion de ce qui doit mourir annuellement de Religieux, mais encore la proportion des nombres de Religieux de chaque âge qui font actuellement dans la Congrégation. Car fi on fuppofe qu'il entre tous les ans dans la Congrégation de Saint Maur 814 Religieux de l'âge de 20 ans, un an après ils deviendront les 808 de l'âge de 21 ans, enfuite les 802 de l'âge de 22 ans, les 795 de l'âge de de l'âge de 23 ans, &c. & comme on suppose qu'il en entre tous les ans 814, tous les âges feront remplis chacun du

nombre convenable, diminuant toujours de ce qu'il en doit mourir par année à mesure qu'ils paffent d'un âge à l'autre.

Suivant cette fuppofition qu'il entrât 814 Religieux par an, il y auroit dans la Congrégation 31758 Religieux, qui eft la fomme de ces nombres, 814, 808, 802, 795, &c. & de tout ce nombre il en doit mourir 814 par an, ou autant qu'il en entre, fçavoir, 6 de l'âge de 20 ans, 6 de l'âge de 21 ans, 7 de l'âge de 22 ans, 7 de l'âge de 23 ans, & ainfi des autres, comme il est marqué dans la colonne des morts dont la fomme fait 814. Divisant la fomme de tous les Religieux exiftans 31758 par les 814, qu'il en meurt par an, le quotient 39 fait voir qu'il en meurt tous les ans un fur 39 ou environ.

D'où il fuit que s'il y a 38 ou 40 Religieux dans un Couvent, en fuppofant que ces Religieux foient de tout âge comme cela est ordinairement, il en doit mourir communément un par an; s'il n'y en a que la moitié 19 ou 20 il en mourra communément un tous les deux ans ; s'il y en a 78 ou 80, il en mourra deux par an, l'un portant l'autre, &c.

On doit remarquer que la feconde maniere qu'on a donnée ci-devant pour trouver les vies

moyennes, est la même que celle par laquelle

on vient de trouver ici combien il doit mourir de Religieux par an fur un nombre déterminé & de tout âge au-delà de 20 ans.

D'où il fuit que fi à la vie moyenne d'un âge quelconque, on ajoute les 6 mois qu'on avoit retranchés alors du quotient pour avoir la vie moyenne, la fomme marquera fur quel nombre de perfonnes il en doit mourir une par an, ces personnes étant de tout âge depuis celui auquel appartient cette vie moyenne jufqu'à l'extrême vieilleffe. Par exemple, les Tontines font compofées de gens de tout âge: fi les nombres de· chaque âge étoient proportionnels à ceux de l'ordre de la Table, il en mourroit environ la quarante-huitieme partie par an: mais parce qu'il y a beaucoup plus de gens âgés que de jeunes, il doit en mourir une plus grande partie; car fi les Rentiers étoient de l'âge de 50 ans, & de tout âge au-delà, comme le font pour le moins les Officiers à qui le Roi accorde des pensions, il en mourroit tout au moins la dix-neuvieme ou vingtieme partie par an.

L'Académie Royale des Sciences eft compofée d'environ 75 ou 80 personnes, en y comprenant les huit Associés étrangers, & les Vétérans,

s'ils

s'ils étoient tous reçus à l'âge de 25 ans, qui eft l'âge qu'il faut au moins avoir, l'Académie feroit compofée de perfonnes de l'âge de 25 ans, & de tout âge au-delà : on peut bien les regarder comme auffi choifis que des Rentiers; la vie moyenne des plus jeunes, ou de l'âge de 25 ans, eft de 37 ans deux mois; le Sécretaire pourroit donc compter fur deux Eloges à faire par an, l'un portant l'autre. Mais parce qu'on en reçoit beaucoup qui ont 35 ou 40 ans, & même plus, on peut les supposer, les uns portant les autres, être reçus à l'âge de 35 ou 36 ans, dont la vie moyenne étant de 30 ans ou environ, on peut compter qu'il mourra tous les deux ans cinq Académiciens ou environ.

On n'entre gueres dans les Corps des Marchands ou dans les Communautés d'Arts & Métiers, que vers l'âge de 25 ans ; il en doit donc mourir par an un fur 37 ou environ, fi on les regarde comme des gens auffi choifis que les Rentiers, comme on peut le faire : car ceux qui craignent d'être attaqués de quelque maladie, ne font gueres la dépense de se faire recevoir Maîtres. Si on ne veut pas les regarder comme des gens choifis, on n'a qu'à prendre la vie moyenne dans l'ordre de M. Kerfeboom, & on verra

M

qu'il en doit mourir un fur trente-trois ou trente-quatre.

Ainfi la vie moyenne des plus jeunes de toute Société ou Compagnie, marque quelle partie il en doit mourir par an, ou fur combien il en doit mourir un.

Suivant l'ordre de M. Kerseboom fi on fuppofe qu'il naisse dans une Ville 1 400 enfans paran, & qu'il ne forte & n'entre personne dans cette Ville, il y aura 1125 enfans de l'âge d'un an, 1075 de l'âge de 2 ans, 1030 de l'âge de 3 ans, &c. Si on ajoute tous ces nombres ensemble, la fomme 48956 fera la quantité de personnes de tous les âges ensemble qui font dans cette Ville. Mais il en meurt par an autant qu'il en naît*,

*On le fuppofe ici, quoique cela ne foit pas abfolument vrai; car quoique tout ce qui naît meure, il n'eft pas douteux que le nombre des perfonnes vivantes iroit en augmentant, s'il n'arrivoit de tems en tems des accidens, comme guerre, famine, pefte, & autres maladies approchantes de celle-là, qui éclairciffent de tems en tems les hommes dans les endroits où elles paffent. Ajoutez à cela, pour les pays Catholiques, l'augmentation que produiroient toutes les filles qui s'enferment dans des Couvents, fi elles fe marioient, au lieu de fe faire Religieufes, & qu'elles n'enfeveliffent pas à la fois, elles, leurs enfans, & leur poftérité; & malgré cela lorsque la paix dure longtems, ne leve-t-on pas des colonies pour aller peupler d'autres pays? Il est donc vrai que dans un tems uniforme le monde doit aller en augmentant, ou qu'il en doit naître tous les ans plus qu'il n'en meurt. Mais la différence que cette augmentation apporteroit à la conféquence qu'on tire de la fuppofition ci-deffus, peut être regardée comme rien pour le fujet dont il s'agit, puifque tout cela ne doit jamais être regardé que comme des à-peu-près.

« AnteriorContinuar »