Imágenes de páginas
PDF
EPUB

j'avois du loisir, je ne finirois cette Lettre que par de grands complimens que je vous ferois sur toutes les bontez que vous avez pour

moi.

[ocr errors]
[ocr errors]

'A Y lû

par

ordre de Monfeia gneur le Garde des Sceaux Les Avantures 04 Memoires de la Vie ď Henriette - Sylvie de Moliere. A Paris ce fixiéme jour de Mai mil sept cens trente-deux.

Signé, BANIER.

LES

I de

OUIS par la grace de Dieu Roy de FranConseillers les Gens tenans nos Cours de Parlemens , Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel , Grand Conseil , Prevôt de Paris, Baillis , Senechaux, leurs Lieutenans Civils , & autres nos Justiciers qu'il apartiendra, SALUT. Notre bien-amé CHARLES GUILLAUME Libraire à Paris Nous ayant fait suplier de lui accorder nos Lettres de Permission pour l'impression d'un Livre qui a pour Titre Les Avantures ou Memoires de la Vie d'Henriette-Sylvie de Moliere; offrant pour cet effet de le faire imprimer en bon papier &en beaux caracteres , suivant la feuille imprimée & attachée pour modéle sous le contrelcel des Presentes , Nous lui avons permis & permettons par ces Presentes de faire imprimer ledit Livre ci-dessus spécifié, conjointement ou séparément , & autant de fois que bon lui femblera , & de le vendre , faire vendre & debiter par tout notre Royaume pendant le tems de trois années consécutives, à compter du jour de la date desdites Presentes: Faisons défenses à tous Imprimeurs, Libraires & autres personnes de quelque qualité & condition qu'elles soient d'en introduire d'impression étrangeres dans aucun lieu de notre obéissance ; à la char. ge que ces Presentes seront enregistrées tout au long sur le Registre de la Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris dans trois mois de la date d'icelles ; que l'impression de ce Livre sera faite dans notre Royaume & non ailleurs, & què l’Impetrânt se conformera en

1

tout aux Réglemens de la Librairie , & noranment

à celui du 10 Ayril 1725.&qu'avant que de l'expofer en vente , le Manuscrit ou Imprimé qui aura servi de Copie à l'impression dudit Livre sera remis dans le même état où l'Aprobation y aura été donnée ès mains de notre très-cher & féal Chevalier, Garde des Sceaux de France , le Sr Chauvelin, & qu'il en fera ensuite remis deux Exemplaires dans notre Bibliotheque publique, un dans celle de notre Château du Louvre &un dans celle de notredit très-cher & féal Chevalier, Garde des Sceaux de France le Sr Chauvelin, le tout à peine de nullité des Presentes : Du contenu desquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir l'Expofant ou ses ayans cause pleinement & paisiblement, sans souffrir qu'il leur loit fait aucun trouble ou empêchemens. Voulons qu'à la Copie desdites Presentes,qui sera imprimés tout au long au commencement ou à la fin du. dit Livre , foi soit ajoutée comme à l'Original. Commandons au premier notre Huillier ou Sergent de faire pour l'exécution d'icelles cous Actes requis & nécessaires, sans demander autre permission , & nonobstant Clameur de Haro , Chartre Normande & Lettres à ce contraires. CAR tel est notre plaisir. Donné à Paris le trentiéme jour du inois de Mai, l'an de grace 173 2. Et de notre Régne le dix-septiéme. Par le Roy en fon Conseil , Signé, SAINSON, avec Paraphe. Et scellé.

Registré sur le Registre vill. de la Chambre Royale des Libraires des Imprimeurs de Paris, NO. 365. Fol. 3 47.conformément aux anciens Réglemens, confirmés par celui du 28 Février

3 1 Mai 1732: Signé, P. A. LE MERCIER, Syndic.

1723. A Paris le

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

E ne m'est pas une legere

consolation, Madame C

au milieu de tant de més

disances qui déchirent ma réputation par tout , Altesse desire que je me justifie. J'en ai les sentimens que je dois ,

А

>

que Votre

[ocr errors]

& pour n'en être pas ingrate, j'obéirai volontiers au commande. ment qu'Elle me fait de la divertir par un recit fidele de mes erreurs innocentes.

Non , que j'espere jamais pouvoir árracher des esprits des cruelles impressions que la calomnie a données de ma conduite ; le fiecle ne permet pas que je me flate de cette pensée. Mais pour me servir des termes de Votre Alteffe ; il viendra un tems où les hommes ne pouront plus juger si criminellement par eux-mêmes de leurs femblables , parce qu'ils n'auront plus les mæurs si corrompuës ni fi criminelles ; & alors on ajoutera peut-être , plus de foi à ce que j'aurai écrit de l'innocence de mes acţions ; qu'à ce qu'en auront pû dire mes ennemis.

Je ne cacherai rien , non pas mê. me des plus folles avantures où j'au. rai eu quelque part,

afin

que Vos

« AnteriorContinuar »